1954 ♦ On a marché sur la lune (bande-dessinée)

onamarc
On a marché sur la lune, couverture de la bande-dessinée de Hergé (1954) publié chez Casterman
On a tous marché sur la Lune avant Amstrong !

(par Dominique MENARD, Licence  Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

La première publication des planches de cet album dans le Journal de Tintin date d’octobre 1950 mais sa parution en album a eu lieu en 1954.

L’image de cette couverture a marqué la mémoire collective depuis plus de 3 générations ( de « 7 à 77ans » comme le disait Hergé) puisque l’album est toujours présent dans les rayons des librairies de nos jours.

Le réalisme de l’image sur la couverture de cette bande dessinée est à mettre en lien avec la réalité du premier pas sur la Lune de Neil Amstrong le 11 juillet 1969, soit 15 ans après la première publication des planches.

L’alunissage de l’équipage d’Hergé a lieu dans le cirque Hipparque situé en plein centre de la face visible de la Lune.

La vue plongeante nous montre l’immensité du paysage et permet de regrouper les éléments qui servent à la mise en scène. Les ombres laissent à penser qu’on est au début du jour lunaire : le soleil est bas sur l’horizon et les ombres sont allongées.

C’est dans une situation d’observation que sont montrés les personnages, contrairement à la plupart des couvertures de Hergé où ils sont en pleine action. Tintin a l’air de décrire et de commenter le paysage à ses acolytes ainsi qu’à nous, ses lecteurs.

Il semble clair qu’aucune vie n’est possible sur cette Lune vue l’aridité du paysage et les équipements nécessaires pour s’y déplacer. Le paysage « effrayant de désolation » comme le dit Tintin a aussi été qualifié dans les mêmes termes (« magnificent desolation ») par Aldrin, le ,deuxième homme à poser le pied sur la Lune juste après Amstrong.

On retrouve sur cette couverture des détails étonnants: les combinaisons des astronautes, la fusée, le paysage lunaire avec ses cratères, la vision de la Terre, planète bleue dans un coin du ciel… on est époustouflés du réalisme du dessin.

La fusée rouge et blanche est inspirée de la V2 lancée par les allemands en 1942. Au pied de la fusée, on voit un engin qui ressemble à un char militaire et qui préfigure les véhicules utilisés pour le déplacement des astronautes américains, le Lunar Roving Vehicle ou Jeep lunaire qui sera utilisé à partir de 1971.

L’équipement des astronautes est lui aussi traité avec réalisme : les combinaisons et les casques indiquent l’absence d’atmosphère et la présence d’un rayonnement intense, les lourdes chaussures attestent l’apesanteur, les antennes radio pour communiquer dans cet espace où les sons ne se propagent pas… Toutes ces notions et équipements que les véritables astronautes auront à côtoyer sont déjà présents dans cet album, et le grand public en a déjà pris conscience avant qu’elles ne deviennent réalité.

« On a marché sur la Lune » est sans doute l’album le plus abouti scientifiquement que Hergé ait réalisé.

Pour en attester la rigueur, la démarche scientifique est présentée dans la première partie de l’album par le professeur Tournesol dans un style plus proche du reportage scientifique que de la science fiction.

L’installation par le professeur d’un observatoire lunaire, composé de télescopes et d’appareils de mesures, est aussi un témoignage de l’aspect scientifique de la mission des héros d’Hergé.

Cependant certains détails ne sont pas vérifiés scientifiquement : par exemple, la terre, visible en entier sur le dessin, devrait ne présenter qu’un quartier, car vue de la Lune elle présente aussi des phases.

La compétition spatiale entre USA et URSS a commencé depuis la fin de la deuxième guerre mondiale et dès le début des années 50 la présence de l’homme sur la Lune est envisagée. Mais c’est en 1961 que John Fitzgerald Kennedy fixe véritablement à la NASA l’objectif d’envoyer des hommes sur la Lune.

Hergé s’est basé sur une abondante documentation scientifique pour écrire et dessiner son histoire.

C’est le livre « L’astronautique » de A. Ananoff qui à servi principalement de base scientifique à Hergé. Ananoff, installé à Paris, a été souvent consulté par Hergé qui l’a plusieurs fois remercié pour son aide. C’est un autodidacte, passionné par l’astronomie et les fusées qui a donné de nombreuses conférences et a publié des articles sur le sujet après des échanges avec les plus grands spécialistes de l’époque. Son ouvrage de 500 pages, publié en 1950, fut considéré comme une référence en son temps.

Le Dr Heuvelmans, créateur de la crypto zoologie, auteur de « L’homme parmi les étoiles » a aussi souvent collaboré avec Hergé pour ses albums et a participé à la réalisation d’une maquette de la fusée.

L’héritage de Jules Verne est aussi très présent sur cette image : dès 1865 il publiait le roman « De la Terre à la Lune » en introduisant le réalisme scientifique dans son ouvrage de science-fiction.

Cette couverture illustre le rôle que ce média, la bande dessinée, joue depuis quelques dizaines d’années dans les rapports Sciences et Société.

La présence des sciences et techniques dans la bande dessinée a fait son chemin depuis cette publication, et c’est un support très utilisé de nos jours : on peut citer les séries d’ « Anselme Lanturlu » écrites par Jean-Pierre Petit dans les années 80, « Les chroniques d’EPO » publiées par la NASA, la collection « Okisé » de l’INRA, la série « Tu mourras moins bête »…. jusqu’à en faire un média important dans le dialogue sciences et société, et pas uniquement pour les enfants.

On retrouvera un bon nombre de publications de ce genre sur le portail Strip Science (http://stripscience.cafe-sciences.org)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.