2014 ♦ La voiture électrique Zoé (publicité)

pleine-page-parisien
Paru dans le Parisien (mars 2014) assurant la promotion de la Zoé en pleine période de pollution francilienne
Stratégie publicitaire ou nouvelles formes d’écologie ?

(par Chloé CHOQUET, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Cette page de publicité pour la voiture Renault ZOE,, est paru dans le journal quotidien Le Parisien le 17 mars 2014. A l’heure, ou les interrogations sur la consommation des gaz à effet de serre et des particules fines sont une des préoccupations principales de l’état français, la voiture électrique paraît comme La solution tant attendue. Elle s’inscrit dans une démarche de développement durable et, est plébiscité par les constructeurs automobiles qui y voient un nouveau marché pouvant relancer une économie en crise. Les promesses de cette publicité incitent les citoyens à revoir leur mode de consommation en matière de transport individuel

Dans l’imaginaire de la société, à la fin du XXe et début du XXIe siècle, les voitures diesel représentaient des véhicules bons pour l’écologie. En effet, ils étaient présentés comme moins polluants que les moteurs essence car ils dégageaient moins de CO² dans l’atmosphère. De plus, grâce à l’État français, ils étaient moins coûteux, ce qui favorisa leur commercialisation. Mais, depuis quelques années, la communauté internationale, alerte sur la dangerosité des particules fines émises par ces moteurs. Les recherches scientifiques ont démontré que celles-ci favoriseraient des cancers et autres maladies respiratoires. Alors, entre l’essence, qui accroît le réchauffement de la planète, et le diesel qui est néfaste pour la santé, la voiture électrique apparaît comme une oasis écologique. D’ailleurs, en utilisant la même méthode des moteurs diesel, L’État français contribue à cette illusion. Cette année, pour l’achat d’une voiture électrique, la prime écologique s’élève à 27 % du coût d’acquisition TTC et va jusqu’à 6300 euros.

Mais comment fonctionne-t-elle ? C’est simple : grâce à sa batterie en Lithium, un simple raccordement à une prise électrique et c’est partie pour 100 à 240km de voyage. Tout cela, en garantissant un confort digne des voitures habituelles et surtout appréciable pour toute la société. Même la pollution phonique est diminuée grâce à son moteur silencieux.Que demander de plus ?

Cette publicité présente une voiture blanche à l’arrêt, sur un fond bleu-vert. Cette image est accompagnée du message choc de Renault : « Pour lutter contre la pollution, roulez en voiture ». Elle s’inscrivait dans le contexte ponctuel de circulation alternée annoncée par les autorités administratives à la veille du week-end des 15 et 16 mars 2014, au moment où la pollution francilienne atteignait un pic élevé. Ce message explicite, incite les consommateurs à rouler en voiture électrique pour réduire la pollution atmosphérique ainsi, elle contribue à protéger l’environnement. C’est pourquoi, dès le lendemain, la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT), a porté plainte, auprès du Jury de Déontologie Publicitaire(JDP), contre l’entreprise Renault et l’agence Publicis. L’avis publié du 26 juin 2014 de la JDP, exprime le fait que la voiture ZOE n’est pas un des modes de locomotion les moins nocifs (Ceux-ci étant le vélo et les transports en commun). Elle ne peut, alors, se définir comme étant écologique.

Cette publicité est paru dans un journal lu par environ 2 500 000 personnes. Elle s’inscrit dans une démarche de diffusion et contribue, alors, à l’idée que l’électrique est l’avenir de la planète. Les seules précisions inscrites, en bas de la page, est le fait, que l’utilisation de ces voitures n’émettent pas de CO², et ne se réfère pas à son cycle de vie ou à la consommation électrique nécessaire à son rechargement. Cette astérisque, reste relativement floue. L’unique certitude, la meilleure pour notre chère Terre, c’est de rouler avec cette voiture. Mais alors, tout ces messages antinucléaires étaient faux? Parce que l’électricité ne vient pas de nulle part !!! Elle est toujours produite dans nos centrales.

Même si Renault a été condamné par la JDP, il n’en reste pas moins que son message a eu un retentissement important dans notre société. Les journaux se sont emparés de l’affaire et continuent de nous laisser entrevoir cet avenir radieux. Et puis après tout, pourquoi cela ne marcherait pas ?

Peut-être faudrait il penser à une répartition équitable des énergies renouvelables et s’inscrire, réellement, dans une démarche de développement durable. Penser à l’avenir est l’affaire de tous. Alors, la publicité et ses punchlines, ont la responsabilité de refléter la réalité quant aux innovations des technosciences.

Les gouvernements, s’engagent de plus en plus, pour un avenir écologique meilleur afin de préserver la planète. D’ailleurs cette année, la France va accueillir la 21e Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, du 30 novembre au 11 décembre prochain. L’engagement de chaque pays, dans cet événement, encourage une volonté commune à persévérer dans ce sens.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.