2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky
S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911.

La mode est un vecteur culturel puissant et attractif. Il permet ici l´hommage au courage et au travail de Madame Curie. Le but de l’artiste Rachel Ignotofsky a été de contribuer à faire reconnaitre le travail des femmes scientifiques, de montrer ce qu’elles ont accompli et d’offrir un tribut aux femmes qui ont souvent été éloignées de la société et ont été très peu reconnues. Elle souhaite ensuite participer à la lutte quotidienne des femmes contemporaines qui essaient d´améliorer leur situation professionnelle face aux inégalités qui persistent dans le temps et dans l´histoire.

Les femmes ont été écartées de la science comme des autres domaines de la société. Elles restaient cantonnées dans la sphère privée parce que la sphère publique était limitée aux hommes. Marie Curie est vraiment un exception, et c´est pourquoi elle reste une des icônes de la femme scientifique moderne.

Selon Delphine Gardey, la participation des femmes aux professions scientifiques a progressé au cours des trente dernières années, mais cette situation demeure minoritaire en France comme en Europe. De la même façon, pour Luisa Prista, chef de l’Unité Culture Scientifique et Questions de Genre à la Commission Européenne, nous avons 60% de femmes avec des diplômes mais qui ne persévèrent pas dans la carrière scientifique. Actuellement, au sommet du monde de la science il y a seulement 18% de femmes scientifiques. Cela implique que les personnes qui prennent les décisions concernant la science, tels que les décisions politiques sur des financements, sur les contenus de recherche, etc. sont majoritairement le fait des hommes. Pour la Commission Européenne, les enjeux actuels sont liés à la problématique sociale et aux questions d´égalité. De plus, l’enjeu est aussi économique du fait de la meilleure performance d’équipes mixtes.

La mode et la science

La mode, considéré couramment comme un vecteur de culture, a influencé l´habillement, l´architecture, le design des objets, la déco et en général les éléments esthétiques tout au long de l´histoire.

L´aspect externe des gens se rapporte à des facteurs sociaux et économiques, mais dessinent aussi une idée collective de ce que la société voudrait devenir, ce qu´elle doit et devrait faire. Elle aide à créer et sculpte les sociétés actuelles.

L´esthétique devient une façon de montrer qui nous sommes ou parfois, qui nous voudrions être. On utilise la mode pour nous positionner politiquement et/ou socialement à travers de messages, images imprimées sur notre habillement ou au travers de notre propre style de vêtement. Nous devenons souvent mannequins de marques et nous offrons nos corps pour vendre des images et des idées qui font partie des valeurs de la société actuelle.

Rachel Ignotofsky a voulu certes rendre un hommage aux femmes mais peut être a-t-elle voulu aller un peu plus loin encore. Revendique-t-elle le rôle majeur mais encore minoritaire des femmes dans la science ? Veut-elle diffuser à travers la mode et à destination de toutes les catégories sociales le message que la science doit être un véritable espace pour les femmes, que la science peut être un phénomène à la mode et influencer certaines tendances de la société, que la science n’a lieu que dans les labos ?

Donc… Est-ce que la science peut être à la mode ?

En fait, face à une actualité encore difficile, l´idée de porter une image positive sur la femme et la science est très intéressante. Les nouvelles tendances nous ouvrent un champ presque vierge à explorer : on peut aborder la question des sciences et techniques en société à travers des mécanismes indirectes mais très proches aux gens. La Mode, la science, s´habiller en science, exprimer des idées spécifiques et croyances sur nous, devenir l’agent d’une tendance nouvelle en portant ces idées avec nous, c’est dans ce cas-là envoyer un message positif, c’est encourager les gens à approfondir un peu plus cette idée.


Une réflexion au sujet de « 2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *