CURIOSITas INSIDE

Dimanche 27 septembre 2015, 19h.

Coucher de soleil illuminant le domaine du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) de Gif-sur-Yvette lors des derniers moments du premier temps fort du festival CURIOSITas. Sentiments partagés… La satisfaction de l’énorme travail accompli par tous les acteurs du festival (organisateurs, artistes, scientifiques, médiateurs, etc.) se mélange à une nostalgie grandissante que l’acte soit déjà consommé.

Imagine your cells - Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris- Saclay - festival CURIOSITas édition 2015 - CNRS Gif-sur-Yvette.
Imagine your cells – Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay – festival CURIOSITas édition 2015 – CNRS Gif-sur-Yvette.

Le temps est passé tellement vite, les rencontres ont été tellement fortes, les œuvres ont été tellement surprenantes ! Résumer ce curieux festival serait laborieux et rester objective…de l’ordre de l’impossible ! Je vais donc vous conter mon expérience 2015 de CURIOSITas, festival insolite mêlant Arts et Sciences.

PHYSIQUE… La partie la plus sportive du festival a été l’accueil des scolaires la journée du vendredi avec les Petits Débrouillards, nos pieds s’en souviennent ! Trêve de lamentations, les élèves accueillis (primaire à lycée) ont été conquis. Et, si on en revient à la physique, les œuvres interactives de Matière Noire ont su les captiver et ont permis de mieux leur faire comprendre que notre corps est aussi fait de vide et traversé chaque seconde par des particules invisibles !

MAGIQUE… Les arts visuels prenaient une grande place dans le festival et, au détour d’un rideau noir, les visiteurs pouvaient découvrir Manifeste de Bifurcation. Bercé par le bruit du goutte à goutte mêlé à une ambiance sonore, le public contemplait des filets d’eau s’égrenant subitement en gouttelettes sous l’effet de vibrations sonores. « Mais l’eau remonte ! » s’exclamaient les plus jeunes en mettant leur main sous l’eau afin de tester leur hypothèse. Fausse, bien évidemment, car cette illusion d’optique était due à l’utilisation subtile de stroboscopes et du phénomène de persistance rétinienne.

(AL)CHIMIQUE… Les échanges ont été nombreux, quoi de plus naturel pour un festival faisant un pont entre Arts et Science ! Quelques bribes de conversations restent gravées en mémoire… Jean-Marc Chomaz (Inventer des rivières), se réjouissant de travailler aux frontières de la recherche, là où la science n’a pas encore permis de nous éclairer… Camille Duprat (Misty way), expliquant le test en laboratoire, avec brume artificielle, du filet textile pour la collecte d’eau potable… Jacques Rémus (Thermophonia), racontant son métier de création d’installations sonores et machines musicales. Mais, je vous l’avoue, je suis tombée sous le charme de l’œuvre C20H10Na2O5 Effect et des deux étudiantes porteuses du projet (MéKa & B. FULL-NOW). Elles ont d’ailleurs gagné le prix public pour projet Lumière du Synchrotron SOLEIL ! L’œuvre est, sans conteste, esthétique ; cependant c’est son histoire et les questionnements amenés sur la pratique médicale qui m’ont plus particulièrement touchés (interview de ces deux jeunes filles à venir !).

POETIQUE… Gardien du temple, œuvre basée sur le traitement de la vidéo en temps réel, était, sans nul doute, l’œuvre la plus poétique du festival. Interagir avec l’œuvre permettait de faire apparaître et d’entendre des strophes de « Mon corps est mon pays » du poète syrien Adonis. Cette première immersion laissait déjà présager de la célébration de la femme, du corps et de sa liberté. Et, tout prenait sens lors de la performance d’une artiste circassienne – danse initiatique lui permettant de se libérer de l’entrave d’un tissu noir et d’accéder au centre de l’œuvre, où son corps se confondait avec le poème projeté en écriture arabe.

Je pourrais encore longuement vous parler mathématiques (Regards Croisés), optique (Rainbow) ou même éthique (spectacle Stimulation cérébrale profonde de la collection binôme)… A la place, si cette petite incursion dans le festival CURIOSITas vous a plu, je vous invite à aller découvrir les œuvres exposées du 10 au 24 octobre dans les médiathèques et centres culturels du campus Paris-Saclay. Sinon, à l’année prochaine pour l’édition 2016 !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *