1927 – Metropolis (film)

La fusion de l’être et de la machine

metropolis10
Fritz Lang (1927) Metropolis (version restaurée 2001), Kino Lorber Inc. – durée : 2h28 [séquence à 1h27]
(par Michel Letté, Cnam, mars 2013)

Metropolis est un film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Tout en musique philarmonique, le film est muet et en noir et blanc. Le scénario a été écrit par Lang et sa femme, Thea Von Harbou. Il a été l’une des premières superproductions de l’histoire du cinéma mais aussi un échec financier. Il fut néanmoins le premier film inscrit en 2001 par l’Unesco au Registre de la Mémoire du monde.

Metropolis est une ville technologique sur laquelle Joh Fredersen règne en maître despotique. Dans sa partie souterraine, les ouvriers soumis aux pires conditions de travail mènent une existence misérable, enchainés aux machines, tels des organes mécaniques vivants. Freder, le fils de Joh Fredersen, sensible aux conditions inhumaines auxquelles son père réduit les ouvriers, décide de répondre à l’appel de Maria, une habitante des bas-fonds et prêtresse ouvrière. Cette dernière annonce la venue prochaine d’un médiateur capable de réconcilier classe dirigeante et travailleurs, ce que la devise  » le cœur doit être le médiateur entre la main et le cerveau  » invoque au début du film et impose à sa fin dans la concorde fraternelle retrouvée au prix de la destruction des machines.

Toute empreinte de mysticisme et pleine de références mythologiques, cette œuvre marquée par le traumatisme d’une Allemagne meurtrie et dévastée par la crise aborde, parmi de nombreuses autres questions, celle de la modernité matérielle et de la performance technique, de la rationalisation à outrance de l’organisation sociale et de son corollaire, le productivisme.

L’illustration choisie l’a été pour son statut de véritable icône de la culture populaire. Elle a marqué et marque toujours l’imaginaire collectif de génération en génération. Dans cet épisode, le savant Rotwang a entrepris la fabrication d’une créature androïde, à l’image de Hel, être aimée et disparue. La séquence fameuse montre, dans le laboratoire du scientifique toujours au bord de la folie, l’opération consistant à fusionner l’être de chair qu’est Maria avec la machine. On ne sait pas vraiment si la créature vivante qui en résulte doit être qualifiée d’être humain, mais elle devient assurément l’instrument des desseins du savant qu’il contrôle ici parfaitement, jusqu’à ce que la fureur populaire condamne l’être hybride au bûcher.

Cet épisode de l’incarnation du robot aborde l’une des utopies parmi les plus ancrées dans l’histoire de la culture scientifique et technique, celle des pouvoirs démiurgiques de contrôle totale de la vie, de la résurrection et de l’immortalité, dont les manifestations sont à rechercher tant auprès de l’Éve future d’Auguste Villiers de l’Isle-Adam que des projets de création aujourd’hui de cyborgs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.