1896 – Le boulevard Pasteur

Une voie d’exaltation de la science au travers de l’une de ses figures les plus populaires

Boulevard Pasteur Paris 15e
Plaque émaillée sur pilier du métro aérien de la ligne n° 6 entre les stations Sèvres-Lecourbe et Pasteur, 2011

(par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Par un arrêté du 28 juillet 1896, le prolongement du boulevard Vaugirard se voit attribuer le nom de Louis Pasteur, décédé depuis moins d’un an, le 28 septembre 1895. La décision de lui rendre hommage par l’inscription de son nom dans l’espace public est acquise en un temps remarquablement court. Pas ou peu de récriminations lors des débats pour immortaliser de cette façon le souvenir d’une personnalité que la science française revendique comme l’incarnation du pur génie. L’image du savant désintéressé et bienfaiteur de l’humanité fait apparemment consensus.

Au demeurant, la notoriété du savant était de son vivant largement acquise. Né en 1822, Louis Pasteur choisit après les concours habituels d’intégrer l’École normale supérieure. C’est en chimiste cristallographe qu’il poursuit sa carrière. Il exerce à l’université de Dijon, Strasbourg et Lille, avant d’être chargé à Paris, en 1857, de la direction des études à l’École normale. C’est là qu’il entreprend parmi d’autres ses travaux sur la maladie du vin et des vers à soie, et surtout sur la fermentation, ceux qui lui valent pour une large part sa notoriété publique, notamment au travers de la controverse qui l’oppose à Félix Pouchet à l’Académie des sciences. Elle concerne les débats qui s’étaient depuis quelques décennies engagés, mais non encore clos, autour de la question de la génération spontanée, sur le rôle des organismes microbiens dans la fermentation. La réfutation triomphante de la thèse contradictoire en fait un héros positiviste de la démarche expérimentale. Dans une République friande de démonstrations de la puissance des sciences appliquées à l’industrie et à l’agriculture, Pasteur fait l’objet d’un culte peu modéré pour incarner auprès de nombre de ses contemporains le progrès de l’humanité par l’hygiène et la médecine préventive.

Dans les années 1880, la lutte contre les microbes bat son plein avec l’isolation et l’identification de germes pathogènes responsables de quelques affections redoutables, notamment le choléra des poules et la maladie du charbon. Mais l’icône de grand savant est surtout attachée à la bataille qu’il engage contre la rage. La vaccination antirabique qu’il obtient en 1885 parachève sa consécration scientifique et médiatique. L’image d’Épinal d’un Louis Pasteur inoculant dans son laboratoire le jeune Joseph Meister mordu par un chien réputé enragé s’inscrira durablement dans l’imaginaire collectif et la culture populaire. La presse de l’époque en fait un événement digne de figurer au titre des réalisations scientifiques majeures, déclinant ses représentations sous toutes les formes possibles. L’histoire est encore aujourd’hui contée dans les manuels scolaires. On y reproduit notamment le célèbre tableau d’Albert Edelfelt peint la même année où figure la posture d’un Pasteur serein dans son laboratoire, observant consciencieusement le flacon qui contient la moelle épinière de lapin enragé à partir de laquelle il a obtenu son vaccin.

Si le nom de Pasteur ne peut encore figurer en 1889 sur le pourtour de la Tour Eiffel parmi ceux des 72 noms de savants et ingénieurs disparus incarnant le génie français, le sien s’inscrira partout ailleurs et durablement dans l’espace public. Pasteur tient par exemple le palmarès des noms de scientifiques associés à un établissement scolaire, loin devant Chaptal, Berthelot ou même Curie. Son boulevard, proche d’un institut de recherche et d’une station de métro du même nom, assure aujourd’hui encore les fonctions de lieux de mémoire pour une certaine conception républicaine de la science française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.