2011 ♦ Tu mourras moins bête (bande dessinée)

Couverture de la bande dessinée réalisée par Marion Montaigne en 2011, « Tu mourras moins bête. La science c’est pas du cinéma », tome 1 paru aux éditions Ankama.

Professeure explique « comment ça marche »

(par Gisèle BUTTERLIN, Cnam Certificat 2018)

La science, c’est pas du cinéma, est le premier tome de la collection « Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même) », bande dessinée créée par Marion Montaigne et publiée aux éditions Ankama en 2011.

De son célèbre coup de crayon et sur un fond rose prononcé, la dessinatrice a illustré la couverture de l’album représentant Professeure Moustache, reconnaissable à ses couettes blondes et sa petite moustache. Parée d’une blouse blanche et de gants verts, elle tient en main un tube à essai duquel s’échappe le titre de la BD. A ses côtés, on peut en voir d’autres sur des portoirs, des fioles diverses, un squelette humain et des souris blanches, incontournables références aux laboratoires. Dans ce joyeux bric-à-brac figurent également de nombreux renvois cinématographiques. Sur le bureau, un casque de Dark Vador porte- crayons, le robot R2D2 et l’affiche du Chubaka fan club, nous rappellent aux bons souvenirs des héros de « Star Wars », film de George Lucas sorti sur les écrans en 1977. Sur la petite étagère, sur la gauche de l’image, on distingue la machine capable de miniaturiser la matière, inventée par Wayne Szalinski, savant excentrique du long métrage « Chérie, j’ai rétréci les gosses » réalisé par Joe Johnston en 1989. Collé sur le mur et épinglé de fléchettes, on reconnaît le portait d’Horatio Caine, chef de la police scientifique dans la série « Les Experts Miami » dont la saison 1 a été diffusée à la télévision française dès 2003 et enfin, négligemment posé sur le sol, un clap semble avoir été abandonné.

Ces références cinématographiques notoires sont décortiquées, au fil de l’album, par Professeure Moustache qui nous démontre en quoi le cinéma est bien loin de la réalité scientifique. Elle nous explique ainsi qu’il ne sera jamais possible de se battre avec des sabres laser, qu’un tel faisceau est lumineux, ne fait pas de bruit et que pour pouvoir être émis, il faudrait aux guerriers des étoiles, la puissance d’un réacteur nucléaire pour l’alimenter.

Tout aussi irréaliste, est la miniaturisation des humains obtenue en supprimant « l’espace inutile » contenu dans les atomes. En effet cette manipulation, si elle était réalisable, ferait accroître les forces de répulsion entre atomes, conduisant à une explosion. Et dans l’hypothèse où cette technique serait malgré tout opérationnelle, les humains miniaturisés garderaient leur masse d’origine, soit cinquante kilogrammes pour six millimètres !

Enfin, la série policière américaine culte, en apparence relevant moins de la science-fiction, n’est cependant pas plus vraisemblable car, contrairement à ce que l’on y voit dans cette fiction, dans la réalité un inspecteur de la police scientifique ne se présente pas en costume sur une scène de crime. Dans la vraie vie, l’enquête est menée par toute une équipe dont chaque membre a une fonction différente. L’expert balistique ne va pas sur le terrain, pas plus qu’il n’arrêtera le coupable, comme le fait Horacio Caine, qui cumule tous les rôles et qui résout l’enquête dans un délai tout aussi improbable !

Au fil des différentes planches, le titre du tome un, « la science c’est pas du cinéma ! » prend tout son sens. A partir de questions du style, pourra-t-on un jour faire comme dans le film  « Jurassic Park »  et ressusciter des dinosaures ? , Professeure répond. Les arguments et explications de cette dernière éloignent ainsi les fictions de cinéma de la réalité, en déconstruisant par des démonstrations scientifiques, les aberrations filmées. Professeure Moustache a pour vocation de démystifier la science. Elle la rend accessible pour les lecteurs au travers de nombreux exemples tirés entre autres du cinéma. Cette bande dessinée est donc un excellent outil de médiation scientifique, qui initialement s’adressait aux adolescents et aux adultes. La BD, tout comme le blog de Marion Montaigne usent de beaucoup d’humour, flirtant parfois avec les limites de la bienséance. Les réponses apportées par l’héroïne s’appuyant cependant toujours sur des enquêtes et des investigations personnelles menées par l’illustratrice afin de répondre avec le plus de justesse et de précision scientifique aux questions posées.

Depuis 2015, avec la diffusion sur la chaine Arte d’une version en dessin animé de « Tu mourras moins bête », la célèbre scientifique moustachue touche aujourd’hui un public plus jeune et fidélise les accros déjà acquis à sa cause, nous incitant pour le coup à nous cultiver davantage pour ne pas mourir idiot

Un élément particulier interpelle cependant le lecteur. Professeure Moustache est une femme, l’alter ego de l’illustratrice selon elle. Est-ce une façon originale d’évoquer à demi-mots, ou à demi-dessins, la question du genre et celle de la place faite aux femmes dans le monde scientifique actuel ? Clin d’œil accentué peut-être, pour ce premier volume par une couverture sur fond rose, non pas le rose bonbon des robes de petites filles, mais un rose vif, celui d’une femme de caractère qui s’affirme dans un monde encore très largement représenté par la gente masculine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.