2018 ◊ affichage éco-irresponsable ? (cliché)

[proposition de Cyndie DUPOUX]

 La poubelle se tape l’affiche !

cliché pris le samedi 24 mars 2018 au croisement de la rue Lemercier et la rue des Moines dans le 17e arrondissement de Paris.

A l’heure où les villes se végétalisent, on voit pousser, un peu partout dans Paris, une nouvelle espèce arboriforme, le Totem numérique. Tronc de 2 mètres de haut portant un smartphone géant d’1m80. Ce grand écran de 72 pouces, diffuse en temps réel des informations sur la ville. L’innovation est, depuis quelques années déjà, au cœur de tous les appels à projets et le mobilier urbain connecté est à la mode.

Samedi 24 mars donc, au départ d’une journée de cours au Cnam, à 9h09 exactement, cette nouvelle espèce non endémique délivre son message : « Ne jetez pas vos déchets par terre, il y a une poubelle à moins de 100m de vous ». La surprise est suffisamment loufoque pour que les neurones connectent et que j’immortalise ce moment. Dans la lignée des « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », au croisement de la rue Lemercier et de la rue des Moines devant le marché des Batignolles, ce panneau gaspille 10 secondes toutes les 2 minutes pour informer le passant qu’une poubelle est à sa disposition à quelques mètres.

Drôle de société donc où nous vivons. On en arrive à mettre en place des dispositifs à écran LCD, consommateur d’électricité et émetteur de CO2, pour diffuser un tel message. Une pollution pour en traiter une autre ! Cet affichage publicitaire d’extérieur est régi par le code de l’environnement après tout ! Et cette technologie est parait-il, moins polluante que …. d’autres. C’est d’ailleurs celle qu’on retrouve dans nos téléphones portables, ordinateurs et téléviseurs. Et comme notre vie semble régie par ces écrans, on pourrait se poser ces questions : Est-il à ce jour nécessaire de déployer de grands panneaux lumineux connectés de 4 mètres de haut et une taille de police de 300, pour interpeler le passant et lui rappeler une chose aussi basique ? Ce genre de message est-il inséré, entre de l’évènementiel et la météo, par préoccupation environnementale ou pour se racheter une conscience ? Bientôt ces médias citoyens proposeront ils un diaporama des arbres de nos régions ou encore une vidéo de la floraison d’un prunier ? Et osera-t-on appeler ça la végétalisation numérique ? Ou encore, le nom Totem a-t-il été choisi au vu de sa connotation sacrée, quasi religieuse et sciemment rattaché à l’adjectif numérique ? …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.