2015 ♦ la COP21 selon Liam Gillick (installation)

L’inaccessible message de Liam Gillick

(par Alexandre Ben Othman, Cnam Magister 2018)

Le changement climatique est un problème majeur pour notre planète. En effet, notre surpopulation et nos méthodes de production ont de plus en plus d’impact sur l’environnement et l’écosystème global, engendrant de nombreux effets néfastes tels que :  les catastrophes “naturelles” ayant de plus en plus d’ampleur au niveau mondial, la disparition d’espèces animales et végétales, la pollution des océans, rivières, fleuves et autres points d’eau, des records de températures atteints d’année en année …

C’est dans ce contexte de plus en plus préoccupant que s’est tenu à Paris fin 2015 la 21e conférence sur le changement climatique, dit COP21. Très attendue à l’époque, elle avait pour objectifs de discuter des questions environnementales, et à terme, de permettre la ratification d’un accord international sur le climat par l’ensemble des pays. Ce qui fut le cas le 11 décembre 2015.

À cette occasion, SNCF Gares & Connexions a donné carte blanche à plusieurs artistes pour réaliser à la Gare du Nord des œuvres inspirées par l’événement. Parmi eux le britannique Liam Gillick, artiste conceptuel qui avait déjà investi différentes galeries en Europe et aux États-Unis, travaillant à différents projets en lien avec le cinéma, l’architecture, la littérature et bien d’autres formes d’expression.

Pour réaliser ce projet thématique, Gillick a décidé de prendre pour référence les travaux du climatologue japonais Syukuro Manabe, renommé pour son élaboration d’une simulation de l’évolution du climat, dans les années 1960. Inauguré avant le début de la COP21, l’ensemble de l’œuvre est constitué de quarante-deux panneaux, installé le long des voies souterraines des RER B et D. En tant qu’usager quotidien du RER B, j’ai pu voir l’apparition de ce dispositif et je me doutais bien qu’elle était en accord avec l’actualité, sans pour autant aller chercher plus loin.

Ces panneaux montrent les formules du scientifique, et quelques mots d’explications, sur des fonds de couleurs unies. À une interview accordée à SNCF Gares & Connexions, Gillick justifie sa démarche en parlant du fait que “les mathématiques constituent un langage universel”, et que “le problème climatique est très complexe”.

Sur la photo présentée ci-dessus, nous voyons l’un des panneaux qui composent la création de Gillick : une formule mathématique, sans aucune indication sur son but ou sur les unités utilisées, le tout sur fond vert. On y voit au premier plan un homme, équipé de son casque, ne semblant pas prêter attention au panneau.

Cette image illustre parfaitement l’impact de cette installation : elle est (quasi) nulle. Et pour cause, une formule, posée ainsi, ne sert à rien. Si nous n’avons pas étudié les travaux de ce climatologue en particulier, ou alors pas même avoir recherché sur Internet par curiosité des informations sur l’exposition, nous ne pouvons pas comprendre quel est le but de ces panneaux.

Après quelques recherches simples, nous pouvons trouver le document dont Liam Gillick a sûrement récupéré la formule en question. Il s’agit d’une équation contenue dans le volume 24 du Journal of Atmospheric Sciences (Journal des Sciences Atmosphériques), page 243. La formule présentée permettrait d’obtenir la capacité de chaleur en fonction de l’humidité de l’air :

Autre élément : sur l’ensemble des panneaux, les fonds unis n’évoquent pas directement le thème de l’environnement. Bien que ce panneau-là soit vert, ce n’est pas le cas pour l’ensemble du dispositif. Bleu, jaune, orange, rose et blanc, ces couleurs ne servent qu’à faire ressortir les éléments présentés sur le panneau et à attirer l’œil du public.

Nous pouvons dire que le message de complexité est atteint, mais que sa compréhension reste très difficile. Cette installation n’est pas assez impactante pour faire ressortir l’idée principale que l’artiste souhaitait transmettre. Selon moi, Liam Gillick a créé une œuvre trop abstraite. Je dirais même qu’elle fait ressortir la frustration et le désintérêt que peut avoir le grand public pour les sciences.

Bien qu’il a souhaité partager cette idée pythagoricienne du langage universel des nombres, il oublie qu’il faut apprendre ce langage pour le comprendre ; ce qui demande du temps et de la réflexion. La combinaison de tous les éléments de ce dispositif (lieu, support, message, forme…) n’était pas adaptée pour faire œuvre de médiation scientifique. Mais ma question demeure : a-t-il vraiment cherché à faire de la médiation scientifique ?

Quoi qu’il en soit, le message doit être claire et efficace rapidement, car les usagers ont pour but unique de prendre leur train et d’atteindre leur destination. Ces problèmes d’adaptation sont bien connus dans le domaine de la communication, et celui de la médiation scientifique s’en inspire de plus en plus. Nous ne pouvons qu’espérer que les futurs dispositifs de médiation auront beaucoup plus de succès pour évoquer le thème de l’environnement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.