1980s ♦ Observatoire de Paris (gravure)

L’Observatoire de Paris et la Tour de Marly / Plan de l’Observatoire Royal de Paris, bâti sous le règne de Louis le Grand l’an 1667 sur le dessin de Mr Perrault […] Gravure de Antoine Coquart tirée de L’Atlas curieux ou Le Monde représenté dans des cartes […] Fer, Nicolás de (1705) / reproduction partielle sur planche d’une partie de la gravure/1980 env./ 90×180 cm

L’Observatoire de Paris en vrai et en image

(par Maïder BUGNON OLANO, Cnam Certificat 2018)

Cette planche est située dans l’entrée du bâtiment Perrault, bâtiment historique de l’Observatoire de Paris. C’est à la suite de mes recherches que j’ai appris qu’il s’agissait de la reproduction partielle d’une gravure qui se composait de trois parties. Toutes représentent l’Observatoire, qui a été achevé en 1672.

La partie qui nous intéresse représente la vue orientale de l’Observatoire de Paris et la tour de Marly au début du XVIIIe siècle.

La planche est visible par le public qui – théoriquement (travaux en cours pour la mise aux normes ERP depuis 3 ans et pour quelques temps encore) – visite l’Observatoire les mercredi matin.

En attendant que le public revienne, tous ceux qui travaillent à l’Observatoire passent devant pour se rendre au service des ressources humaines, à une réunion en salle du Conseil, faire une observation la nuit à la coupole (qui elle date de 1851), ou assister au lancement d’un satellite depuis la salle Cassini qui est juste au-dessus.

Cette planche représente l’histoire en marche. Elle nous montre l’Observatoire construit et les astronomes à l’œuvre pour l’observation de la Lune et de Saturne à l’aide d’un dispositif inventé à l’Observatoire de Paris : les lunettes sans tuyau. Les longs traits dessinés représentent le trajet des rayons lumineux qui sont focalisés au niveau du sol par une lentille se trouvant sur le toit de l’Observatoire et une autre sur la grande tour de Marly qui a auparavant servi à l’alimentation en eau de Versailles. Le fait que la planche se situe dans le bâtiment qu’elle représente lui donne un sens particulier, celui de nous plonger dans un trou temporel, qui nous indique qu’en trois siècles la pierre est la même.

L’œuvre est entourée d’autres cadres, et si nous y lisons une œuvre pédagogique, une archive de notre histoire scientifique et institutionnelle, il serait erroné d’oublier qu’il s’agit aussi d’un objet qui décore l’entrée.

On y voit une partie du terrain de deux hectares et demie qui avaient été acheté le 7 mars 1667, en dehors de Paris, offrant un horizon dégagé propice aux observations. Claude Perrault (médecin, architecte et mathématicien), dresse les plans et lance le chantier une fois que, le 21 juin 1667, le jour du solstice, les mathématiciens de l’Académie aient tracé le méridien et les autres directions nécessaires à l’implantation exacte de l’édifice. Son plan médian définit désormais le méridien de Paris ou méridien origine pour la France.

Le bâtiment est terminé en 1672, son aménagement en 1683. Louis XIV le visite en 1682.

Sur la planche, on ne voit pas l’Observatoire de face mais sous une vue orientale. La représentation du terrain est en partie imaginaire, et fantastique. L’arbre sur la gauche du bâtiment qui fait 27 m de hauteur, semble bien plus grand qu’en réalité, mais surtout, le terrain est jonché de collines qui n’existent et n’existaient pas. Peut-être s’agissait-il de donner à voir ou faire croire que le territoire était bien choisi car en pleine nature. En réalité sa proximité avec Paris fut reprochée dès le départ par J.-D. Cassini I, directeur à l’époque de l’Observatoire.

Sur la droite du bâtiment on voit une sorte de structure triangulaire, il s’agit de la grande tour de Marly (40 m). A la demande de J.-D. Cassini elle fut transportée à l’Observatoire en 1685 pour supporter les objectifs astronomiques qui avaient des focales très grandes (plusieurs dizaines de mètres) dans le but premier de réduire les problèmes d’aberration chromatique des verres objectifs.

« Les astronomes travaillaient en posant la lentille sur la terrasse supérieure de l’Observatoire (environ 30m de haut) ou en haut de la tour où un aide l’orientait. En bas, ils cherchaient sur un écran l’image de l’objet, puis avec un oculaire tenu à la main, ils menaient leurs observations. Seuls Cassini et Huygens ont su utiliser à profit ces systèmes de « lunettes sans tuyau » ».

Cette reproduction fut installée autour des années 80 environ dans l’entrée du bâtiment Perrault. Faute d’être parvenue à connaitre le contexte exact de sa création et de son installation je ne peux que supposer que cette œuvre a été installée là où tout le monde la voit, comme un rappel.

Un rappel de l’histoire du lieu et de l’institution mais aussi, peut-être rappelle-t-elle l’origine sacrée de l’astronomie, celle que chacun peut vivre, et qu’elle matérialise par ce lien éternel entre nos yeux et le ciel nocturne qui reste une source immense d’inconnues et de découvertes.


1 réflexion sur « 1980s ♦ Observatoire de Paris (gravure) »

  1. Ping : L’Observatoire de Paris en vrai et en image – Nouvelles des STS!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.