1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie)

Accident de train à la gare de l’Ouest (maintenant gare Montparnasse) – 25 octobre 1895

Quand la technologie traverse les murs

(par Pisca CEZ, Cnam Certificat 2018)

Un évènement bien particulier va marquer les esprits en octobre 1895. L’un des plus spectaculaires accidents ferroviaires du siècle va se produire à Paris. Que s’est-il passé ?

Le 22 octobre 1895, le train express n°56 part de Granville à 8h55. A 16h55, il pénètre dans la gare avec 7 minutes de retard à une vitesse supérieure à la normale. Le train se compose d’une locomotive, de deux fourgons bagages, d’un wagon-poste, de six wagons occupés par 131 voyageurs et le fourgon de queue. Dans sa course, il renversa le buttoir, le trottoir entre les buttoirs sur 15 mètres pour heurter au final le mur du fond et le balcon de la façade pour s’échouer sur la place de Rennes en contrebas de la gare de l’Ouest (maintenant la gare Montparnasse) vers 16h00. 

Le mécanicien ne serait pas arrivé à actionner le robinet de frein continu Westinghouse. Par chance, le conducteur placé en queue de train a manœuvré la manette arrière du même frein. Cette action a permis l’arrêt. Seuls la locomotive et le tender sont tombés pour s’enfoncer à 80 centimètres dans le sol. 70 000 kilos ont fait une chute de 10 mètres.

Le convoi était parti avec une dizaine de minutes de retard. Le magazine « Le Rappel » fait part le 18 octobre 1895 d’une nouvelle qui circule et qui attribue à M. Christophle, député de l’Orne et gouverneur du Crédit foncier, une part de responsabilité dans l’accident. L’express avait en effet pris du retard sur son horaire pour que le wagon spécial du député soit raccroché au train, ce qui aurait forcé le mécanicien à prendre des risques pour rattraper le temps perdu et écoper d’une amende.

Deux personnes vont être inculpés. Le conducteur M. Mariette, cheminot expérimenté et travaillant depuis 19 ans pour la compagnie de chemins de fer. Et le mécanicien M. Pellerin qui a déjà été porté deux fois à l’ordre du jour pour acte de bravoure. Tous deux affirment avoir bien serrés les freins. Ils vont être poursuivis pour homicide par imprudence. Des experts, M. Pelletan, ingénieur en chef du contrôle de l’Etat, M. Janet, ingénieur et M. Levy, ingénieur en chef du ministère des travaux public n’aboutissent pas aux mêmes conclusions. M. Pelletan affirme que les freins ont bien été tirés mais que la pluie a rendu les rails glissants. M. Janet dit que les freins ne fonctionnaient pas. M. Levy admet qu’il est possible que le frein fût défaillant mais le train roulait trop vite. Le juge condamna pour homicide et blessures par imprudence le mécanicien M. Pellerin à deux mois de prison avec sursis et 50 francs d’amende. M. Mariette a eu 25 francs d’amende avec sursis. A ce jour, la cause réelle de l’accident n’a pas été déterminée.

Une seule victime a été déplorée. Marie Aiguillard, âgée de 37 ans, couturière venue dépannée son mari qui tenait le kiosque à journaux. Elle sera heurtée par la chute d’une pierre du mur de façade de la gare alors qu’elle tricotait. La compagnie des Chemins de fer versera une pension à ses deux enfants.

L’information doucement se propage ce 25 octobre 1895. Les badauds se précipitent sur place pour découvrir un fait divers hors du commun. Des officiers de police ont estimé à 100 000 personnes venus en 24h00. La nouvelle qui circule en France pousse certains à monter sur la capitale. Des photographes sont même dépêchés sur place afin d’immortaliser l’évènement. La presse met en première page l’accident qui va être illustré dans le meilleur des cas d’une gravure. La technologie, celle qui fascine et qui effraie vient de montrer ces faiblesses. La réalité peut dépasser la fiction. « L’Echo de Paris » écrit que « de mémoire d’homme, on n’a vu pareil accident, aussi bizarre, aussi étrange, aussi étonnant, aussi extraordinaire, aussi incompréhensible »… Le photographe L. Mercier a une commande, il doit réaliser une photographie en vue de réaliser une gravure pour la presse.

La photographie nommée « Accident gare de l’Ouest le 22 octobre 1895 » a été acquise par le collectionneur Jacques-Paul Dauriac. En 2000, il en fera don aux musées nationaux et sera confiée au musée d’Orsay. Pendant une période, le musée va en faire des tirages en carte postale qui sera un véritable succès. Le public va être sensible à cette photographie car l’accident est souvent situé à la gare d’Orsay. Il fallut attendre 2008 afin que l’identité probable de l’artiste soit identifiée par le musée. Toutefois il faut souligner qu’elle s’offre au public le 14 juillet 1900 lors de l’ouverture de l’Exposition Universelle, soit 5 ans plus tard.

On peut se demander comment cette image est entrée dans l’imagerie collective. Elle n’a pas pu être publiée lors de l’accident pour la simple raison qu’en France, l’impression de la photographie comme illustration a débuté vers 1960 pour la presse. Une diffusion a été faîte par la carte postale jusqu’à récemment encore. Toutefois, les traces d’usage de cette image sont bien compliquées à trouver. Le musée d’Orsay, la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, les archives de la SNCF, la Bibliothèque Publique d’Information, la BNF, le musée Carnavalet… ne trouvent presque aucune trace dans leurs archives. D’autres pistes sont à explorer afin de peut-être avoir des informations sur l’histoire de cette photo comme les archives de Paris, le collectionneur Jacques-Paul Dauriac ou encore l’agence Roger-Viollet.

Cette photographie très ancrée dans l’imaginaire nationale cache encore de nombreux mystères. L’enquête va se poursuivre et peut-être des découvertes vont en découler.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search