1970 ♦ nuit et brouillard (film)

Arrêt sur image du film Nuit et Brouillard d’Alain Resnais, 1970 (5’57’’)

Shoah : le film de l’Histoire

(par Alexandre COUTURAS, Cnam Licence 2018)

1956. Alain Resnais réalise Nuit et Brouillard, premier témoignage populaire de la déportation des juifs d’Europe. L’image capturée du film est d’abord censurée et son réalisateur se voit contraint de présenter son travail amputé du document. L’image donc, censurée d’abord, est ensuite un objet de témoignage historique et judiciaire. Elle est enfin un objet de mémoire et d’illustration de sa construction. Cette archive constitue un outil dont l’usage, ou la dissimulation, caractérise l’absolue nécessité pour l’historien de construire, au sens du processus, avec toute la rigueur qu’impose la recherche scientifique tant l’influence du politique, de l’idéologique et du culturel peut lui nuire. Censurée en 1956, la France ne découvre donc pas ce policier français en train de surveiller les internés du camp de Pithiviers. Pithiviers ou la dernière étape avant le centre de mise à mort de Birkenau à Auschwitz pour un grand nombre de juifs de France et pour la totalité des enfants juifs du Vel d’Hiv. Les français ne découvrent pas les baraques, les barbelés, les internés et l’implication de la France dans l’assassinat systématique des juifs. Ils ne découvrent pas l’implication française dans la mise en œuvre de la Solution Finale. En 1956, cette image ne dit pas les 165 000 déportés de France dont 76 000 qui étaient des juifs. C’est la commission de censure qui impose à Alain Resnais de retirer cette image du policier français, identifiable par sa casquette, qui surveille le camp de Pithiviers. Si la France accepte de montrer la réalité des camps, elle refuse de montrer la collaboration.

1970s. Les français découvrent la collaboration. Parmi eux, les premières générations qui n’ont pas connu la Seconde Guerre mondiale. Réhabilitée, cette image montre, 15 ans après la Libération, la collaboration française et l’implication de Vichy dans l’organisation de la Déportation ainsi que son investissement dans l’extermination des juifs d’Europe. Face à l’émergence des thèses révisionnistes et négationnistes, l’image donne à voir l’internement. A minima, l’image du fonctionnaire de police français qui surveille ces internés avant leur déportation met en lumière l’allégeance de l’État français au 3e Reich. La diffusion de cette image devait permettre de corroborer les témoignages des rescapés des camps pour lutter contre les révisionnismes, les négationnismes et la montée nouvelle de l’antisémitisme en Europe. L’image montre ici le fait historique.

16 juillet 1995. L’image révèle que « La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable ». Jacques Chirac prononce ces mots pour dénoncer l’implication politique, économique et administrative de la France dans l’organisation des Déportations et dans la mise à mort systématique des juifs d’Europe. En 1995, l’image montre que ce n’est pas l’État français qui a prêté allégeance au 3e Reich mais la France qui a mené une politique économique, administrative et raciale aux côtés de l’Allemagne nazie. Si tous ses prédécesseurs rejetaient une telle reconnaissance au motif que le régime de Vichy n’était pas l’autorité légitime en France, Jacques Chirac, lui, l’affirme. 53 ans jour pour jour après la rafle du Vel d’hiv, qui a vu notamment tous les enfants arrêtés être transférés au camp de Pithiviers avant leur déportation vers Auschwitz, les français voient dans l’image censurée en 1956, un policier français qui surveille des enfants juifs, arrêtés parce qu’ils étaient des juifs et conduits à la mort parce qu’ils étaient des juifs. Les français, en 1995, découvrent l’Histoire de la France.

2005. Le document est issue d’archives nazies dont la date de réalisation se situe entre 1941 et 1944. Si on a tu son existence dans un premier temps, l’image a par la suite montré la Déportation, le rôle de l’État français, l’internement, la réalité de la Solution Finale et l’implication de la France dans le génocide selon l’époque et le contexte dans lesquels elle est lue. En 2005, Jacques Chirac et Simone Veil inaugurent le mémorial de la Shoah à Paris. Cette structure « trouve son origine pendant la guerre, avec la création dans la clandestinité d’un fonds d’archives visant à rassembler les preuves de la persécution des Juifs. […] Centre d’archives, musée, le Mémorial est aujourd’hui un lieu de médiation essentiel pour la transmission». L’image a donc d’abord constitué une preuve. Celle de la réalité du génocide. L’objectif de cette collecte a été de juger les criminels de guerre, comme cela a été le cas dans les années 80 à l’occasion du procès de Klaus Barbie. Outre la preuve, elle est l’image, la voix de ceux qui n’ont pas survécus et qui ne peuvent pas témoigner.

2018. L’image construit la mémoire. Naturellement elle témoigne, partiellement, de l’Histoire, mais elle montre surtout qu’il convient de la contextualiser pour que le lecteur lui trouve tout son sens. Image censurée, sous-interprétée voire sous utilisée, puis image référence et illustratrice d’un propos en fonction de son contexte, elle est aujourd’hui un objet de mémoire qui s’inscrit dans le contexte d’un film qui en 1956 souffre du manque d’analyses historiques. Elle est néanmoins une archive qui a la particularité de nous inviter volontiers à l’anachronisme.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search