2004 ♦ les Becher (affiche)

Patrimoine industriel et / ou art contemporain ?

(par Julie DAVIET-DRAYE, Cnam Certificat 2018)

Lorsque le centre Pompidou organise une exposition, une immense affiche d’environ 3,5 x 2,5 m est tendue sur son bâtiment, dans la partie droite. Il organise en parallèle une opération de communication, avec des publicités dans les journaux, sur les réseaux sociaux, dans le métro etc. … Les citoyens de toute la France peuvent alors accéder à l’affiche et au(x) nom(s) des artistes exposé.e.s. Afin d’illustrer très fidèlement l’œuvre des Becher, dont le Centre Pompidou organise une grande rétrospective en 2004, il est décidé de mettre en image à la fois leur travail et leur manière de travailler. Les parisien.ne.s du quartier et plus largement les français.e.s découvrent cette image, qui est à la fois répétition du semblable sans être le même. Ces photographies représentent des chevalements de mines. La multiplication du même motif le rend peu à peu étrange, et l’on s’étonne de commencer à y voir comme des oiseaux fatigués, qui semblent enfoncer leur long bec dans le sol. La monotonie de cet étrange rassemblement est rompu par le sens des images : si les toboggans des chevalements sont situés vers la gauche sur la première et la troisième ligne, ils sont inversés sur la deuxième. Monotonie rompue mais tout en restant ordonnée.

Les Becher formaient un couple de photographes allemands, aujourd’hui décédés. Au moment de cette exposition, ils sont déjà très connus. Ils ont remporté un lion d’or à la biennale d’art de Venise, et ont de nombreux élèves très célèbres.

Depuis la fin des années 50, ils pratiquent ensemble une photographie que l’on a pu qualifier de documentaire, et leur pratique est restée inchangée. Leur travail d’archivage les emmène à sillonner l’Allemagne, mais aussi la Belgique, la France puis les États-Unis, à travers des usines et des régions abandonnées.

Ils s’intéressent aux bâtiments et paysages industriels – hauts-fourneaux, silos, châteaux-d’eau, tours de refroidissement – dont ils capturent l’image suivant un même protocole. Les éléments sont pris de face, toujours à la même distance, d’un point de vue surélevé, isolés de leur environnement, sur un ciel gris et uniforme, sans présence autre que celle du bâti : toute spontanéité est écartée. Ils utilisent toujours des chambres photographiques à trépied, nécessitant un temps de pose assez long. Ils classent ensuite toujours leur travail de la même manière, en les regroupant sous des « typologies », et les caractérisent en fonction de leur géographie, leur forme, leur usage etc… Même leur manière de présenter ces images n’a jamais varié, avec toujours le même cadre plastique blanc, toujours la même mise en espace, en créant des comparaisons, des rappels de forme, toujours par infrastructure, disposant leurs œuvres en carré, en rectangle ou en frise sur les murs.

Ils font partie de l’histoire occidentale, et représentent un savoir-faire : on ne peut imaginer ces sites sans les femmes et les hommes qui les ont fait vivre.

Au-delà de l’histoire sociologique et de l’histoire politique dont ils sont les marqueurs, ces chevalements de mines ont aussi joué un rôle très important dans la société occidentale : la révolution industrielle a induit de nombreux changement, notamment dans la création d’une société plus urbaine, la création de la figure de l’ouvrier. Ces usines sont aussi les marqueurs du « progrès » dans sa vision occidentale. Cependant, si ces ouvrages industriels représentent une réalité, ils sont tous à l’abandon, et représentent maintenant plus un passé, voir un passé fantasmé dont on est sortie déçu. En effet, les époux Becher ont travaillé essentiellement sur des usines fermées, des sites géographiques sinistrés : cette expérience industrielle s’est donc soldé dans la plupart des cas par le chômage de ces principaux acteur∙rice.s.

Les Becher ont fortement marqué l’art conceptuel, même si leurs discours les emmènent à considérer ces ouvrages de béton et de fer comme des sculptures. Cependant derrière ces « sculptures » se cachent des êtres humains, des territoires, mais aussi une histoire économique, industrielle, et finalement écologique. Dans leur livre paru en 1990 Hauts-fourneaux, ils associent à leurs photographies des textes historiques et scientifiques sur le fonctionnement et l’histoire de ces ouvrages, et des régions qu’ils ont visitées.

Ces ruines menaçantes sont toujours présentes. Le passage par le prisme de l’art les transforme selon moi en vestiges archéologiques, chargés de poésie et de significations. Ici les chevalements témoignent d’une culture ordinaire à double-titre : ils sont les traces d’un paysage industriel qui a fait partie de notre culture et même de notre patrimoine puisque certaine de ces mines sont maintenant des sites protégés.

Peut-on vraiment parler d’archive à propos d’une affiche d’exposition datant de 2004 ? En soit oui, car elle a déjà rejoint les archives du centre Pompidou. Mais il est plus intéressant de remarquer que cette affiche, dispositif de communication autour d’un évènement, supporte des images qui sont elles-mêmes des archives. C’est un amas de souvenirs d’un monde aujourd’hui pratiquement disparu du paysage français. Il faut aussi se souvenir qu’en 2004, le centre Pompidou organise la première grande rétrospective de ces deux artistes. C’est donc une découverte pour une grande partie des français.

Est-ce de cette façon que la culture scientifique peut s’institutionnaliser ? Ou venir au contact d’un public plus large ? Le passage par l’art peut-il créer une vision de ces paysages, de ces infrastructures presque banale et acceptée de tous avec toute l’histoire et les controverses qu’elles portent et ont porté ?

Serait-il possible que par-là se créé une vision nouvelle de ce passé ?

Ce regard nous pousse alors à le conserver et à reconsidérer autrement les enjeux de notre industrie actuelle, comme la pollution, ou encore l’impact sur le paysage ou la vie des citoyens vivant autour d’un site.

Si l’on considère cette image dans son contexte de production et de diffusion, ce paysage industriel est amené à faire partie de la culture « dominante », celle des musées, comme les messages qu’elle véhicule (pollution, problèmes sociaux)

En conclusion, à travers cette affiche, on voit un exemple de manifestation de cette culture ordinaire : une culture qui est présente physiquement dans notre paysage et à laquelle nous sommes habitués tant sa présence est banale. Cette culture se manifeste aussi dans l’art et est exposée par des institutions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.