2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. La photo que j’ai prise montre la Grande Perspective. Nommée ainsi dès 1660, cette continuation de l’axe est-ouest reliant le palais royal à Paris est l’axe principal des jardins. Les bosquets et les bassins se trouvent en symétrie de chaque côté de cet axe. En effet, les jardins de Versailles sont l’incarnation par excellence des jardins classiques à la française. Ils forment une représentation du monde où la domination des hommes sur la Nature est totale. Tout y est construit artificiellement et délibérément par l’homme. Sur la photo, on remarque que l’utilisation d’effet optique permet de rapprocher le Grand Canal. Même la végétation est taillée en topiaires géométriques. La maîtrise de l’eau, élément vital, est très présente avec la réalisation de jeux d’eau dont la complexité et la puissance en mesure la réussite. Les innovations scientifiques et techniques que la réalisation de ces jardins a nécessité voire engendré n’ont fait qu’accroître l’image toute puissante du roi et sont ressenties au quotidien pour les trois milles à dix-mille personnes qui s’y trouvent pendant le règne de Louis XIV à Versailles à partir du 6 mai 1682.

En 1661, après la mort du Cardinal Mazarin et l’arrestation du surintendant des finances Nicolas Fouquet, le roi Louis XIV assoit un peu plus son autorité absolue. Il lance alors les travaux du château de Versailles sous le contrôle de Jean-Baptiste Colbert avec l’équipe qui s’était occupée du château de Vaux-le-Vicomte : Charles le Brun (peintre), Louis le Vau (architecte) et André le Nôtre (paysagiste). C’est ce dernier qui est responsable de l’aménagement des jardins du parc, avec la famille Francine qui s’occupe du système hydraulique. Pour le roi, les jardins sont aussi importants que le château et représente plus du tiers du budget. On compte entre six-cents et deux-mille jets d’eau selon l’époque, cinquante-cinq bassins et trente-cinq kilomètres de canalisation. La question de l’alimentation en eau est donc au cœur des préoccupations, depuis le début des travaux jusqu’à aujourd’hui encore. Les travaux des jardins dureront quarante ans, dont vingt ans après l’emménagement du roi. Toute cette demande en eau exigea un gros travail de conception et des milliers d’hommes en main d’œuvre qui prendront part involontairement à la science en action. Tout d’abord, il fallut assécher le marécage qui occupait le terrain. Ensuite, creuser les bassins, créer le système hydraulique (en bois pour commencer) et faire venir les arbres et les plantes. En 1670, La Grande Perspective contient déjà les deux fontaines dédiées au mythe d’Apollon, dieu du soleil que l’on peut voir sur la photo. La première représente Latone et ses deux enfants Apollon et Diane ; la seconde montre Apollon sur son chariot dont la légende disait qu’il tirait le soleil. À ce moment-là système hydraulique puisait l’eau depuis l’étang de Clagny à proximité vers plusieurs réservoirs sur le toit plat du château ainsi que sous les terrasses du jardin pour alimenter par gravité les bassins en contrebas. En 1672, la famille Francine crée les premiers systèmes hydrauliques en fonte. En 1679, la construction du Grand Canal prend fin. Sur vingt-deux hectares, il est le plus grand bassin du parc et accueillait pendant le règne de Louis XIV plusieurs navires, dont un trois-mâts. Sur la photo, on observe qu’il se trouve au point le plus bas du jardin. Il récupère l’eau qui tombe des fontaines et un système de moulins à vent et à cheval la renvoyait dans le réservoir des fontaines formant un circuit fermé. En 1682, la machine de Marly, créée par Arnold de Ville, démontre au roi la possibilité de puiser l’eau depuis la Seine à dix kilomètres de Versailles.

Devenu le monarque absolu, le roi voulut éloigner la noblesse de Paris et instaura à Versailles des règles d’étiquettes très recherchées. Toute la vie de la cour était organisée et théâtralisée autour des activités du roi. Pendant les Grandes Eaux, spectacles de grande envergure organisés par le roi, près de six-mille mètres cubes d’eau étaient nécessaires à l’heure. Ces prouesses techniques répondaient au besoin d’étalage de richesse et de prestige qu’avait le roi pour asseoir son pouvoir. Malgré toutes les technologies mises en place, les besoins en eau toujours plus grands du Roi-Soleil dépassaient les capacités du système hydraulique. C’est pourquoi dans un ballet sans fin, les fontaines étaient activées à l’arrivé du roi grâce à un coup de sifflet puis arrêtées une fois le roi passé. Les longues promenades dans les jardins, les défilés de bateaux et les spectacles des fontaines et des feux d’artifice ; tout montrait la capacité du roi à réussir ce qu’il entreprenait, à contrôler son entourage, à choisir le meilleur du meilleur. Dès lors, les jardins incarnaient la France luxueuse et moderne à l’image du Roi-Soleil.

Jusqu’à présent, le domaine du château de Versailles a logé six rois et deux empereurs. Il a survécu à une révolution et deux guerres mondiales. De nos jours, il sert, en plus de l’attrait touristique, à recevoir des dirigeants étrangers et à organiser des réunions politiques. Les jardins de Versailles, eux, sont sans doute les jardins à la française les plus connus au monde. Chaque année, on compte autour de sept millions de visiteurs pour le château et les jardins. Son entretien coûte cent millions d’euros par an, dont vingt-cinq millions en subvention de l’État. Tout cela montre bien que le château et ses jardins sont restés longtemps après la mort du Roi-Soleil un symbole de la puissance de la France et de cette période faste de son histoire. Et pendant les weekends de mars à octobre, les fontaines sont ranimées et le visiteur peut voir la technique prendre vie sous ses yeux comme au XVIIe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.