1969 ♦ des hommes sur la lune (journal)

La Une enthousiaste de France-Soir au lendemain des premiers pas de l’homme sur la Lune. Photo prise à 4’36 de la vidéo en illustration sur le site http://www.francesoir.fr/culture-medias/20-juillet-1969-un-petit-pas-pour-lhomme-video – la Une de France-Soir du 22 juillet 1969

Des hommes sur la Lune à la Une

(par Annie DUMONT, Cnam Certificat 2018)

Le 21 juillet 1969 (temps universel), l’Américain Neil Armstrong exécute — en mondovision — les premiers pas humains sur la lune. Il en restera une phase célèbre « un petit pas pour un homme, un grand bond pour l’humanité ». La veille, le module lunaire se posait dans la « Mer de Tranquillité ». L’Amérique triomphante avait gagné la course à la Lune sur fond de guerre froide.

Ce numéro de France-Soir, avec sa une en noir et blanc, montrant astronautes, module lunaire et drapeau américain, mes parents l’ont conservé tout au long de leur vie. Âgée de 5 ans à l’époque, la dimension science et technique, ainsi que politique m’avaient quelque peu échappée. L’importance de cette journée m’est apparue au fil du temps, alors que je croisais régulièrement ce journal jaunissant parmi les papiers de notre classeur familial. Mes parents ne se sont jamais résolus à s’en séparer. C’était une relique, le collector d’un exploit technologique très largement relayé dans l’espace public, dans un monde qui ne connaissait, ni les disques durs, ni les magnétoscopes.

« Une danse fantastique sur la Lune », mais un voyage dangereux

Ce titre accrocheur résume à lui seul la fascination que cet événement a pu générer à ce moment-là. Depuis la nuit des temps, l’humanité repousse les frontières de l’inconnu grâce à ses explorateurs, comme Christophe Colomb, Vasco de Gama, ou encore Marco Polo. L’événement est tel, que quasi toute la une lui est consacrée : seul un minuscule encart publicitaire vient perturber la célébration. L’humanité vient de fouler un autre sol, qu’on découvre très largement sur la photo d’illustration.
La culture populaire quant à elle a amplement devancé l’appel. En Europe, « Objectif Lune » et « On a marché sur la Lune », deux albums de Tintin d’Hergé se lancent en avant-première.

Côté états-unien, les comics, dont les super héros ont été lessivés par la Seconde Guerre mondiale retrouvent une nouvelle jeunesse, avec des héros de l’espace comme Adam Strange (1958). Quant à la science-fiction, elle prend un nouvel essor y compris côté soviétique. L’humanité se rêve en grand voyageur visitant des planètes peuplées ou non.

Si le public est friand des exploits de ses explorateurs, il sait aussi que fouler des terres inconnues est un exercice qui peut se révéler dangereux. La fragilité des astronautes est très bien illustrée par la composition de la photo, et l’écho qu’on peut ressentir avec le sous-titrage anxiogène : « le Monde a encore peur ». Les humains et leur matériel brillent dans la lumière crue du soleil, mais sont dominés par le noir intersidéral qui les chapeaute. Brillants, mais seuls. Brillants, mais fragiles. Il est certes formidable d’avoir marché sur la Lune, encore faut-il en revenir.

Une victoire pour l’Amérique dans un contexte de guerre froide

La photo en noir et blanc, qui occupe une place centrale ainsi que la moitié de la page à elle toute seule ne laisse aucun doute sur ce qui est ici célébré.

Se détachent sur un même plan : le module lunaire, les deux astronautes et entre eux un drapeau. Le module lunaire est cadré sur le côté : ce n’est pas lui qui est mis en valeur, mais bien le couple d’astronautes encadrant le drapeau américain.

C’est l’image même d’une Amérique triomphante que France-Soir décide de montrer.

Cette une, tout à la gloire des États-Unis par sa photo se comprend d’autant mieux que depuis des années, la culture populaire, notamment cinématographique, ne cesse de représenter le pays en vainqueur systématique, de ses affrontements face à un bloc communiste au mieux envieux (ex, le rideau déchiré d’Alfred Hitchcock), ou face à des envahisseurs agressifs (ex, La Guerre des Mondes de Byron Haskin).

Pourtant l’Amérique perd les premières manches de la conquête spatiale : le premier satellite artificiel (1957) et le premier vol habité (1961) sont soviétiques. La toute nouvelle NASA créée en 1958 met alors les bouchées doubles et investit des millions de dollars dans le projet Apollo. Cependant, après cette réussite éclatante, l’enthousiasme retombe rapidement. On arrête de marcher sur la Lune, dès 1972. Les investissements iront plutôt à un projet de navette spatiale. Quant à l’humanité, elle vise désormais la colonisation de Mars. Mais pour l’exploration spatiale, elle préfère envoyer des robots en éclaireur.

Controverse
Aujourd’hui, 6 à 20 % des gens, selon les pays sondés, doutent que l’on soit jamais allé sur la Lune. Ce scepticisme né dès les années 1970, est soutenu par nombre de sites internet. Il est peu entamé par les images de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) qui montrent les traces des différentes missions, dont celles de la mission Apollo 11 prises en 2012.

Se pose alors, la confiance qu’on peut avoir en les images qui nous parviennent et qui se résume souvent en la confiance qu’on porte à l’émetteur.

Mes parents n’ont jamais douté de ce qu’ils ont vu en ce 21 juillet 1969. Je me souviendrais toujours de leur regards scotchés sur ces bonshommes blancs sur fond noir qui bougeaient bizarrement. À mes yeux de fillettes de 5 ans, ça ne valait pas tripette. J’attendais avec impatience… les dessins animés.


2 réflexions sur « 1969 ♦ des hommes sur la lune (journal) »

  1. Ping : Ma fiche sur la Une du 21 juillet 1969 de France-Soir – La Lucarne – Allons-y !

  2. nasri

    Je venais de fêter mes 7 ans. J’avais lu avec bonheur et passion “Objectif lune” et “On a marché sur la lune”.
    Et j’étais certaine de pouvoir effectuer plusieurs voyages terre-lune-terre “quand je serai grande”… Il y a eu comme une rupture entre imaginaire et réalité : je ne suis jamais allée sur la lune.

    Kepler, déjà au XVIIe siècle, avait décrit un voyage imaginaire sur la lune :
    https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1985_num_1_1_1245

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.