1981 ♦ voyages extraordinaires (facsimilé)

Réédition en facsimilé et voyages extraordinaires

(par Cyndie DUPOUX, Cnam Certificat 2018)

Qu’est-ce qu’une couverture ? Une illustration d’une scène du récit, une bande annonce figée, un hommage à l’auteur ou encore une représentation de style, d’époque, de technique ?

Un livre, c’est une histoire, un auteur mais aussi un illustrateur, un relieur, un éditeur. Ce fut et c’est encore dans certains rares cas, un doreur, un presseur, quantité de métiers qui font du papier, l’objet livre.

Cette couverture des éditions de l’Agora de 1981, illustrée par Daniel Boudineau, nous raconte plus d’une histoire. L’histoire de l’auteur et de ces œuvres romanesques, l’histoire d’un procédé de fabrication qu’est la reliure industrielle, l’histoire d’une maison d’édition et de sa collection.

Quand l’illustrateur illustre l’illustre auteur

Au premier coup d’œil, central et sphérique, apparait le portrait de Jules Verne vu de trois quarts. Son portrait est auréolé d’un éventail rouge orné d’or où est inscrit son nom et celui de sa célèbre collection. Il surplombe un cartouche sur lequel on peut lire le titre de l’ouvrage. Dans les deux tiers supérieurs sont représentés des scènes tirées des autres ouvrages de sa collection. On peut y voir le ballon, l’obus en direction de la Lune ou encore le Great Eastern. Les moulures dans les coins supérieurs, font échos aux débuts de l’auteur dans la sphère du théâtre. Au bas de l’illustration, s’accumule un fatras doré d’instruments techniques et scientifiques : sextant, compas à pointe sèche, longue vue, ancre, cordage, barre à roue, scaphandre… ainsi que des livres sur lesquels reposent l’encrier, la plume et la mappemonde. Tous ces objets racontent les passions de l’auteur pour le voyage, l’exploration, la géographie et retrace ses aventures romanesques.

La reliure industrielle

Cette couverture que j’effleure de ma main fait partie de ce qu’on appelle, dans le jargon de la reliure, un cartonnage. Ce dernier est constitué de deux plats réunis par le dos. S’intéresser à ces cartonnages, c’est se pencher sur une période peu connue, voire méprisée par les bibliophiles élitistes, appelée la reliure industrielle. Cette notion apparait en 1840. Engel et Lenègre, justement en charge de la reliure des « Voyages extraordinaires » de Jules Vernes pour les éditions Hetzel, sont considérés comme les précurseurs de la reliure industrielle. Pour cibler le grand public et relier moins chers on remplace le cuir par du papier de toile et la main du relieur et du doreur par un procédé mécanique. Arrivent dans les ateliers le massicot, la machine à coudre ou encore la presse à balancier. Près de 400 ans après la découverte de la typographie par Gutenberg, ces innovations révolutionnent le monde de l’impression et le travail de l’ouvrier. Les livres sont alors édités par millions, principalement à destination des jeunes publics, comme cadeaux offerts lors des communions ou étrennes et dans le milieu scolaire. On assiste au déclin des maisons d’édition proches de l’Eglise, au bénéfice d’éditeurs laïques, comme Hetzel ou Hachette, aux objectifs pédagogiques plus scientifiques.

Voyage autour de l’édition

Le roman 20 000 lieues sous les mers est tout d’abord diffusé en feuilleton dans le Magasin d’éducation et de récréation, revue littéraire française destinée à l’enfance. Le Tome I parait en octobre 1869 aux éditions Hetzel. Cette époque est l’âge d’or de l’édition. L’éditeur n’est plus fabricant de papier, imprimeur, distributeur ou libraire. Il devient le médiateur entre public et auteur. Chaque éditeur porte un projet, celui d’Hetzel, faire collaborer savants, écrivains et illustrateurs, pour réconcilier la science et la fiction et mettre l’imaginaire au service de la pédagogie. C’est ainsi qu’Hetzel signe un contrat de 20 ans avec Jules Verne et crée la collection « Voyages extraordinaire » qui comptera 62 romans. Plus de 100 ans après la parution de cette collection, cette couverture de 1981 est une compilation, un puzzle, un découpage des 14 couvertures parues aux éditions Hetzel au 19e siècle. On prend ci et ça et on remet ça et là. Souvenir, nostalgie ou hommage. L’illustrateur emprunte l’éventail et le cartouche que l’on retrouvait déjà en 1876 dans le « type au deux éléphants ». Il recompose le fatras d’outils scientifiques présents en 1890 dans le « type au portrait ». Il n’oublie ni l’éléphant, ni le dromadaire quoique s’offrant le luxe de les inverser. Les éditions de l’Agora utilisent un cartonnage et un format 12 pouces plutôt que le livre de poche à couverture souple. Leur choix se porte sur une toile rouge aux dorures factices ou encore sur une polychromie sur fond d’océan bleu. En 1981, la ligne éditoriale d’Agora est claire : coller au plus proche des éditions originales.

Dans une période ou l’avènement du livre de poche a fait ses preuves et où les livres numériques font leurs débuts avec le projet Gutenberg, les éditions de l’Agora, publient en 1981 l’une des derrières rééditions en facsimilés modernes des « Voyages extraordinaires » hetzeliens. Dernière tentative de lutte contre la suprématie du livre de poche ou nostalgie des chefs d’œuvre de reliure et de l’édition ? Stratégie commerciale visant les esthètes de la fin du 20è siècle, qui peuvent s’offrir pour quelques euros de plus un facsimilé de collection, ou conservatisme anticipé aux prémices du changement de paradigme de l’objet-livre suite à une possible dématérialisation par le numérique ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.