1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché)

Photo d’auteur anonyme (1902) de l’inauguration de la Statue d’Auguste Comte

Les sciences s’élèvent à la spiritualité

(par Karine GUILLON, Cnam Certificat 2018)

Le document choisi est une photo de l’inauguration de la statue d’Auguste Comte.

L’idée d’élever le philosophe Auguste Comte, précurseur de la sociologie (1798-1857) aux yeux de tous, est lancée en 1898 par Pierre Laffitte, son successeur.

La statue en marbre est l’œuvre du sculpteur Injalbert et de l’architecte Lemaresquier.

Au centre, Juché sur son piédestal, la tête légèrement inclinée, le buste d’Auguste Comte semble saluer le parterre des personnalités françaises et étrangères venues lui rendre hommage. Parmi eux, des gens qui adhèrent vraisemblablement à sa philosophie.

A la gauche de la statue d’Auguste Comte est représentée une femme se tenant debout. Il s’agit de Clothilde de Vaux, son amante et égérie morte 3 ans après leur rencontre. Suite à cet événement, il va intégrer le sentiment dans sa philosophie et figer Clothilde de Vaux dans son esprit en déesse de l’humanité pour l’éternité.

Entièrement drapée, cette mère de l’humanité tient d’une main un jeune enfant et de l’autre la palme de la gloire. Elle représente dans le même temps la pureté, le don de soi et le savoir. Cette vierge moderne jongle avec la maternité et la connaissance, s’élevant chaque jour un peu plus. Cela reflète, l’importance que Comte accordera à la femme dans sa philosophie. Clothilde y étant l’inspiratrice. De plus, nous voyons à travers elle, la nécessité pour chaque individu de s’instruire tout au long de la vie au moyen de la philosophie de Comte. Cette dernière aux yeux du philosophe est la seule valeur sûre pour éduquer les gens.

A la droite d’Auguste Comte, la figure allégorique du prolétariat appelé à se cultiver intellectuellement. Il est incarné par un jeune homme assis, un livre à la main et une hache à ses pieds. Ce dernier fait écho à l’estime qu’avait auguste comte pour les prolétaires qu’il jugeait avoir du bon sens et à qui il enseignait sa philosophie.

Inscrites sur le socle du monument, « Vivre pour autrui », « L’amour pour principe et l’ordre pour base, le progrès pour but », « Famille, Patrie et Humanité » sont les devises d’Auguste Comte. « L’amour pour principe et l’ordre pour base, le progrès pour but » véhicule la pensée philosophique de Comte. En effet, après les différentes révolutions de son époque, il souhaite retrouver une société harmonieuse, un régime politique équilibré, où le progrès scientifique et industriel apporterait la stabilité. Pour cela, il développe la philosophie positive dans laquelle il élimine tout ce qui subit l’influence de la religion et de la métaphysique puisqu’elles ne peuvent pas expliquer la manière dont fonctionne l’univers. De ce fait, il va s’intéresser aux sciences tout en établissant une échelle de hiérarchie. Ainsi, le savoir positif – la connaissance de l’ensemble des sciences – va fournir aux individus la base éducative d’une société spirituellement unifiée. Ces derniers atteindront donc le stade du positivisme et pourront mieux lutter contre la révolution. Aussi, à travers cette devise, mais également par le biais de la déesse de l’humanité, on peut percevoir la dimension spirituelle de la philosophie de Comte. Pourtant, Comte est réfractaire à toute forme d’idolâtrie, mais après la mort de Clothilde, Il fonde en 1848 une société positiviste afin de renouveler l’organisation sociale. Il y établit une véritable religion avec des valeurs basées sur la générosité, l’altruisme permettant à la collectivité de vivre sereinement.  Puis, il va y mettre au centre la science positive, et le positivisme deviendra la religion de l’humanité. En France, des églises seront conçues en son nom. Cette philosophie entrainera avec elle de nombreux adeptes. D’ailleurs, des missionnaires iront vanter les mérites de la science jusqu’en Amérique du Sud. Là bas, des temples y seront construits au nom du positivisme et les Brésiliens porteront telle une emblème la devise « ordre et progrès » sur leur drapeau.

L’édifice se retrouve délogé en 1980 pour des raisons d’aménagement de la place de la Sorbonne. Ainsi, le monument d’Auguste Comte désaxé dans le temps se situe aujourd’hui en contrebas de la place de la Sorbonne, à proximité du Boulevard Saint-Michel où résonne la circulation des voitures.  Lumineuse de blancheur en 1902 , elle se détache de la masse grise des bâtiments qui l’entourent. Aujourd’hui grisée par la pollution des autos, le monument est devenu austère.

Il semble bien que rien ne soit immuable et que même les choses monumentales deviennent mobiles sous l’effet du temps. Des fontaines ont remplacé le monument et semblent prendre le dessus sur des valeurs colossales telle l’altruisme qui doit son nom à Auguste Comte. Elles font rejaillir la quête de renaissance et de pureté à laquelle la population aspire. Néanmoins, parmi ce tumulte ressurgit l’organisation des sciences positives. Aujourd’hui encore les systèmes scolaires, les commissions universitaires et du CNRS sont calquées sur la classification des sciences positives de Comte avec les mathématiques, la physique, la chimie, puis au sommet la biologie. Ainsi, malgré les apparences, le socle constituant la hiérarchie des sciences d’Auguste comte est protégé, rangé, bien à l’abri, au cœur des organisations même si les fontaines et la circulation des véhicules veulent bien nous faire entendre le contraire.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search