2017 ♦ Rachel Carson (photographie)

Portrait de Rachel Carson par Irving Penn (1951), photographié au Grand Palais le 7 octobre 2017 lors d’une rétrospective consacrée à Irving Penn.

L’appel de la nature

(par Tanit HALFON, Cnam Certificat 2018)

Une femme d’un certain âge observe les visiteurs se pressant au Grand Palais. Attirée par son regard triste, je m’arrête pour contempler ce portrait en noir et blanc d’Irving Penn. Immortalisée en 1951, la photographie de Rachel Carson était exposée au Grand Palais lors de la rétrospective consacrée au photographe, du 21 septembre 2017 au 29 janvier 2018. Avec pour légende : « Rachel Carson, biologiste marin et zoologiste, a lancé une mise en garde contre l’emploi massif du pesticide DDT. Son ouvrage Printemps silencieux (1962) est à l’origine du mouvement écologiste moderne. » Si Rachel Carson m’est inconnue, les mots « pesticide » et « mouvement écologiste » n’ont jamais été autant d’actualité. Ces derniers mois, les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, ou encore les prévisions mortifères des scientifiques sur la 6ième extinction de masse ont fait la une des journaux. Les débats politiques écologiques sont au cœur de la cité, l’enjeu n’étant rien de moins que la survie de l’humanité. D’ailleurs, avec l’élection d’Emmanuelle Macron à la tête de l’Etat en France, le ministère de l’écologie et du développement durable est devenu le ministère de la transition écologique. Ce changement sémantique en dit long : l’écologie imprègne tant l’espace public, le lexique qui s’y rapporte est tant connu par le citoyen, que ce ministère peut déjà afficher une volonté d’agir. Pourtant, et comme le rappelle la légende du portrait de Rachel Carson, les questions écologiques se posaient déjà il y a plus de 50 ans. En 1962, dans son livre « Printemps silencieux », elle dénonçait l’usage irréfléchie des insecticides chimiques, en particulier du DDT (dichloro-diphényle-trichloro-éthane) : « nous avons aveuglément placé des produits chimiques toxiques et dotés d’une puissante action biologique entre les mains de personnes largement ignorantes de leur puissance nocive » (page 38). Avec pour conséquence une pollution durable de tous les pans de l’environnement : l’eau, le sol, les végétaux, les animaux et l’être humain. Elle y parle d’ailleurs de « biocides », de « guerre chimique » et d’« armes pointées contre le sol. » La simplicité de son écriture rend son ouvrage facilement accessible au plus grand nombre et en un mois, il est vendu à 600 000 exemplaires aux Etats-Unis, après avoir été publié pour moitié dans trois numéros consécutifs du journal ‘Le New Yorker’. Le 3 avril 1963, CBS Report diffuse un documentaire d’une heure sur le livre, suivi par près de 10 à 15 millions de téléspectateurs. Le président John F. Kennedy s’empare du sujet et mandate une commission pour vérifier les faits relatés par Rachel Carson, aboutissant à un rapport, publié en mai 1963, qui recommande de limiter l’emploi des pesticides, avec notamment l’arrêt des programmes de pulvérisation du département de l’Agriculture, ainsi qu’une évaluation des niveaux de tolérance de résidus de pesticides dans les produits alimentaires. 18 mois après la publication de son livre, Rachel Carson décède d’un cancer du sein. Pour autant, la « graine » qui aboutira à la conscience écologique citoyenne demeure. En témoigne par exemple la création en 1967 de l’Environmental Defense Fund, une organisation non gouvernementale de protection de l’environnement réunissant juristes, scientifiques et économistes, qui obtint, en 1972, l’annulation de l’homologation du DDT par la toute nouvelle Agence américaine de protection de l’environnement créée par le président Nixon en 1970. Cette même année, le public marche pour la Terre lors de la première « journée de la Terre. » Quelques 20 millions de personnes défilent dans plusieurs villes américaines, pour célébrer la nature. Il y a un peu plus de 50 ans, Rachel Carson contribuait à faire entrer les savoirs issus de l’écologie dans la sphère publique, un « terreau » de connaissances qui aida au développement de l’écologie politique ou écologisme, c’est-à-dire l’intégration des questions écologiques dans la vie et l’organisation sociale et l’action politique. Pourtant, la photographie avait été publiée dans le numéro de l’US Vogue du 15 août 1951, presque 10 années avant la publication du livre « Printemps silencieux », dans un article intitulé « Famous in Washington », au côté de 72 autres photographies de personnalités immortalisées par Irving Penn. Et accompagnée d’une légende : « auteure d’un brillant nouveau livre ‘La mer qui nous entoure’, et éditrice en chef de l’U.S. Fish and Wildlife Service. » A l’époque, ce livre, son deuxième, un ouvrage de vulgarisation scientifique sur la vie marine, devenait un best-seller, primé deux fois aux Etats-Unis, resté plus de 80 semaines sur la best-seller liste du New York Times, et traduit en près de 30 langues. Aujourd’hui, Rachel Carson n’est-elle pas retombée dans un parfait anonymat pour le grand public, venu célébrer au Grand Palais le seul travail artistique d’Irving Penn ? Mais qui sait, peut-être va-t-elle sortir de l’imposant bâtiment et réinvestir pleinement l’espace public actuel ? Car en 1962, on pouvait lire dans le premier chapitre de son ouvrage l’histoire tragique d’une ville imaginaire exposée aux pesticides : « il y eu un étrange silence dans l’air. Les oiseaux par exemple – où étaient-ils passés ? (…) Ce fut un printemps sans voix. » En mars 2018, les scientifiques du muséum national d’histoire naturelle et du centre national de la recherche scientifique annonçait un phénomène de disparition massive des oiseaux sur le territoire français, « proche de la catastrophe écologique. » Le printemps silencieux dont parlait Rachel Carson serait-il arrivé ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.