2018 ♦ Gucci (scène)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent.

L’évènement se situe dans le GucciHub à Milan, quartier général de la marque italienne. Une pièce aux murs recouverts de PVC, une lumière blanche aveuglante transmise par des projecteurs immaculés et haut perchés, des sièges en plastiques alignés et liés les uns aux autres entourent l’élément central : un lit d’hôpital. Michele transporte les spectateurs dans un bloc opératoire. Au cas où un doute subsiste, la musique accompagnant le show est ponctuée par des bip-bip d’électro-cardioscope.

Parmi les centaines de photos du défilé que l’on peut trouver, celle-ci est l’une des plus intéressantes. Elle est signée Imaxtree, une équipe de photographes spécialisée dans la mode (des défilés au street style). En un cliché, le ou la photographe a su capter tous les points majeurs du défilé. Sa profondeur et le nombre important de détails qui la composent permettent une analyse complète de l’évènement.

D’abord l’arrière-plan, sur lequel on peut apercevoir le traditionnel premier rang, largement relégué au second plan. Moins statique et plus agité qu’à l’habitude, les « personnalités importantes » de la mode ne semblent plus être juges mais spectatrices. Au deuxième plan, le fauteuil médical recouvert d’un banal drap vert contraste avec la densité des créations vestimentaires. Agressivement éclairé, il constitue la seule décoration de la salle. Il est là pour rappeler le travail du chirurgien qui coupe, découpe, coud et reconstruit. Ce travail, Michele le compare à celui du styliste qui rassemble des pièces pour construire quelque chose de nouveau, qui redéfinit la personne. Mais le choix du domaine chirurgical ne s’arrête pas à cette comparaison. Toujours au second plan, comme au premier d’ailleurs, on peut voir les mannequins porter une reproduction de leur propre tête dans les bras, en lieu et place du sac à main dont le défilé est exempt. Cet acte a été largement relayé dans les médias et est devenu le fait le plus marquant du défilé. Ici, le designer affirme faire référence au clonage. La multiplication à l’identique d’un être vivant agite la controverse, surtout sur le plan éthique. Et quand Michele s’empare de l’affaire, c’est pour soulever une question précise. Quelle serait l’identité du clone ? Il voit son asservissement, un sous-homme qui devient objet, un peu comme un sac-à-main. La reproduction de leur visage sous le bras, les mannequins défilent sans expression autour du lit médicalisé, comme pour alerter contre les risques de pratiques abusives.

La métaphore du clone, le directeur artistique de Gucci s’en sert aussi pour illustrer l’importance de l’identité de chacun. La capacité de tout individu à pouvoir exprimer sa personnalité est chère au milieu de la mode qui voit et conçoit le vêtement comme un vecteur d’expression personnelle. Et justement, l’idée de personnalité, d’identité est au cœur de la collection et présente tout au long du show. Sur la photo, c’est un homme aux cheveux longs et aux traits très fins qui est présent. Derrière, c’est une femme portant des vêtements outrageusement larges qui le suit. Phénomène très rare dans les défilés et encore plus pour une marque de luxe, hommes et femmes sont rassemblés pour le même évènement. Michele casse ainsi les codes traditionnels et décide de briser la frontière entre masculin et féminin. Et pour cause, son défilé a pour titre « A Cyborg Manifesto », emprunté à l’essai bien connu de Donna Haraway. Comme elle, il critique un féminisme identitaire traditionnel et prône l’affranchissement total des notions de genre. Et toujours comme Haraway, il exploite la figure du cyborg pour appuyer son propos. Non visibles sur la photo, certains mannequins défilent avec un troisième œil sur la tête ou sur la main et avec des créatures issues de l’imaginaire dans les bras. C’est un monde post-genre, post-humain même à l’identité indéfinie et en constante évolution que décrit ici Gucci. Tout au long de son défilé, Michele se sert donc de métaphores à caractère scientifique (milieu médical) ou issu de la science-fiction (cyborg) pour sensibiliser à certaines pratiques et véhiculer un message : la nécessité de s’affranchir des notions traditionnelles de genre pour se sentir libre d’être qui on veut.

Ce n’est qu’après avoir assisté au défilé que les personnes conviées ont compris l’invitation écrite, citant Michel Foucault sur la régulation de l’identité sociale comme instrument de contrôle des masses, et contenant un beeper médical décomptant le temps restant avant le début du défilé. Fait suffisamment exceptionnel pour être notable, le défilé a commencé pile à l’heure, à la minute près. On comprend bien que pour faire valoir son point de vue, Alessandro Michele a souhaité être d’une précision chirurgicale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.