2014 ♦ X-Men (cinéma)

Arrêt sur image d’une scène du film X-MEN Days of Future Past, film de super-héros américains réalisé par Bryan Singer, produit en partie par la Century Fox 20th, sorti en 2014.

Les X-Men ou le fantasme de l’ère post-humaine

(par Charlotte JOGUET, Cnam Certificat 2018)

Il s’agit d’un arrêt sur image d’une scène du film X-MEN Days of Future Past ou Jour d’un avenir passé en français, film de super-héros américains réalisé par Bryan Singer sorti en 2014. Ce film fait partie de la série de films américains les X-MEN inspirée de la série de comics du même nom créée par Stan Lee et Jack Kirby, et publiée par Marvel Comics.

Que voit-on sur cet arrêt sur image ?

Un individu à l’apparence étrange, pour nous autres êtres humains communs des mortels. Il est bleu avec des poils sur la tête, et possède de grandes mains poilues avec des griffes. Il ressemble à un loup garou. Mais il s’agit en fait d’un être génétiquement modifié. Dans la saga des X-MEN, c’est Fauve, un mutant bienveillant qui croit en la cohabitation humains – mutants, élève du Professeur Charles-Xavier. Ce dernier dans l’univers des X-MEN forme ceux qui le veulent à utiliser leurs pouvoirs et leur apprend également à vivre en harmonie avec les humains  normaux . Pourtant sur cette image, il semble bien au contraire aggressif. En effet, il attaque sauvagement un robot en s’agrippant autour de sa tête. Robot, qui lui impassible, les yeux ou les diodes pourraient-on dire, allumées, prêt à riposter avec toute la froideur possible qu’une machine peut dégager.

En arrière-plan nous pouvons distinguer une sorte de bâtiment gris complètement en ruine, on dirait une arène, en réalité un stade de football américain, l’Amérique du Nord  étant le continent dans lequel se déroule cet épisode. Il semble régner une ambiance de chaos : le stade est en ruine, l’on y perçoit encore la fumée liée aux éboulements des morceaux de l’ouvrage. Néanmoins, on  distingue derrière les nuages des morceaux de ciel bleu, annonceraient-ils un destin plus heureux ?

Finalement, on pourrait qualifier cette scène classique voir banale pour ce blockbuster de science-fiction américain exporté mondialement (3 289 100 entrées en France à l’affiche pendant 12 semaines), qui par conséquent s’inscrit pleinement dans le champ de la culture ordinaire de masse. Mais si l’on y réfléchit, cette image peut-être plus subtile qu’un simple combat de “monstres” de film américain, où violence et le spectaculaire sont savamment dosés pour tenir le public en haleine et remplir les salles pour les prochains épisodes…

En effet, d’une part, avec la présence de Fauve, ce mutant agressif semble faire écho à un fantasme collectif de notre société occidentale contemporaine, fruit d’un mélange entre science et courant de l’évolutionnisme : les mutants génétiquement modifiés, ces individus au caractère nouveau dû à une mutation génétique remplaceraient à terme l’espèce humaine… Synonymes de menace pour nous autres basiques humains.

Si l’on se penche de plus près dans l’univers des X-Men, (filmographie Marvel) certains mutants comme Wolverine ont subi des mutations qui leur ont été imposées par des humains, des militaires. Il possédait déjà ses griffes rétractiles, partie intégrante de son squelette. Dans le cadre d’un projet militaire secret Weapon X, qui visait a créer un soldat hyper-efficace, ses griffes ont été recouvertes d’adamantium, un métal indestructible. Par ailleurs, si l’on regarde toute la filmographie X-MEN (Marvel), dans chaque épisode revient la problématique du vivre ensemble, de l’intégration des mutants dans la société des humains. Interrogation soulevée tantôt par la peur de disparaître des humains remplacés par les mutants, ou par la peur des mutants de devenir les “esclaves” des humains (servir d’armes de destruction massive grâce à leurs super pouvoirs par exemple) ou tout simplement d’être exterminés. Tous les ingrédients STS sont réunis : transhumanisme, champ militaire, acceptation et compréhension des évolutions scientifiques par la population, mutants, etc.

D’autre part, en bas de l’image on peut apercevoir le début d’une tête, de dos, on ne sait pas si c’est un mutant, un robot, ou un humain ou autre chose finalement. Il est situé quasiment au même plan que le spectateur derrière son écran, et semble assister passivement avec lui à ce combat dans ce paysage chaotique. Cet affrontement entre ce mutant et ce robot n’interrogerait-il pas ici un autre fantasme des années 2000 (rappelons que le film est sorti en 2014) : la peur des robots ou encore une guerre des robots. En effet, l’angoisse de notre société de voir un jour les machines supplanter l’Homme voire même de le faire disparaître est croissante, comme l’attestent aujourd’hui différents titres de presse, certains plus provocateurs que d’autres : Intelligence artificielle : faut-il avoir peur des robots ? titrait l’Usine digitale en 2015. Plus récemment en 2018 France Info annonçait : Technologie faut-il avoir peur des robots ? ou encore Les Arpenteurs qui écrivaient Faut-il avoir peur des robots tueurs ?

Curieusement, ces deux interprétations de cet arrêt sur image raisonnent avec l’histoire de cette épisode des X-MEN . En effet, dans X-MEN Days of Future Past, il est annoncé qu’en 2023 les mutants et les humains susceptibles d’engendrer des mutants ou prêts à les aider, seront exterminés au cours d’une guerre contre les Sentinelles, des robots programmés pour les éliminer…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search