2017 ♦ décoration chez Alinea (objet)

Panneau de décoration murale en métal, vendu dans le magasin de décorations et de mobiliers Alinéa en décembre 2017

Cadeau de Noël pour un « vegan »

(par Morgane PETIT, Cnam Certificat 2018)

Me voici partie, en ce weekend de décembre 2017, à la recherche de cadeaux pour Noël. Chemin faisant, je passe les portes à tambour du magasin de meubles et décorations Alinéa, un endroit où, somme toute, on ne s’attend pas à trouver de la science.

Et pourtant… c’est au sous-sol, dans le rayon libre-service, que je tombe sur cette grande affiche murale en métal (90 cm de hauteur quand même). Mon œil est immédiatement attiré par ces quatre animaux noirs ; une poule, un cochon, un mouton et une vache, qui se découpent nettement sur le fond blanc de l’affiche. Plus étrange encore, leurs corps sont défigurés par des écritures en lettres blanches. Elles sont en anglais, mais je comprends malgré tout leur signification (de haut en bas) : « œuf », « bacon », « laine », « lait ».

Pas de quoi en faire tout un foin me direz-vous ; une simple affiche avec des animaux dessus et l’ajout d’une pointe d’humour (noir si on est contre les productions animales). C’est vrai, mais elle peut aussi représenter le point de départ de nombreux questionnements et controverses scientifiques en rapport avec la société. Imaginez-vous, c’est la période de Noël et vous cherchez justement un cadeau. Pourquoi pas cette affiche, après tout plutôt dans un style rétro’ et comme on l’a dit, assez drôle ? Vous l’offrez justement à votre belle-sœur que vous ne connaissez pas encore très bien et là, c’est le drame ! Franchement aussi, c’est la faute de votre conjoint.e. qui ne vous pas prévenu.e.s : votre belle-sœur est « vegan » ! Autrement dit, elle ne tolère aucunement l’exploitation des animaux par l’être humain. Les animaux sont des êtres aussi sensibles que nous et qui devraient avoir les mêmes droits que nous (c’est votre belle-sœur qui parle). Donc, pas question de les utiliser pour faire du lait ou de la laine et encore moins de les manger ! Votre cadeau, cette belle affiche, risque donc de jeter un froid… ou de permettre d’engager un débat : pourquoi exactement es-tu « vegan » ? Est-ce uniquement par respect pour les animaux ? Cette décision a-t-elle aussi été encouragée par certaines dérives de l’élevage qui ont été récemment révélées, notamment au niveau de la façon que l’on a de transporter et d’abattre les animaux ou de les élever, si on prend l’exemple des poulets de batterie ?

Vous voilà donc parti.e.s pendant tout un repas de réveillon, à cause de cette affiche murale, sur un débat opposant les « mangeurs de viande » aux « défenseurs des droits des animaux ». Vous essayez de comprendre pourquoi il y a un tel refus des productions animales chez les « vegan ». Après tout, depuis toujours, l’être humain a domestiqué et élevé les poules, les cochons, les moutons et les vaches afin de pouvoir se nourrir et se vêtir. De plus, l’être humain est un animal (lui aussi) de régime omnivore ; il a besoin de manger de la viande, ne serait-ce que pour ingérer certaines protéines et vitamines (comme la B12) qui sont nécessaires à son organisme et qu’il ne peut pas produire lui-même. Vous essayez ainsi de raisonner avec votre belle-sœur qui, si elle n’appartient pas à L214, voudra peut-être bien entendre vos arguments. Vous lui accordez, il y a beaucoup d’améliorations à faire dans le monde de l’élevage, ce n’est pas pour rien qu’il traverse une crise actuellement ! De nombreuses choses lui sont reprochées et ce dans des domaines très divers. Votre belle-sœur citera très probablement les problèmes sanitaires, notamment avec les perturbateurs endocriniens : « Tu vois ce joli cochon sur ton affiche, je suis sure que tu aurais envie de te faire une bonne tranche de jambon avec ? Eh bien, sois prudent.e car ils sont souvent pleins de nitrites ! ». Dans certains cas, malheureusement, elle n’aura pas tort… Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ? C’est une molécule qui mime, bloque ou modifie l’action d’une hormone et perturbe le fonctionnement normal d’un organisme. Notre tranche de jambon et ses potentielles traces de nitrite peuvent ainsi favoriser les risques de cancer colorectal (enfin si on mange plus de deux tranches par jour). C’est ce que vous pouvez répondre à votre belle-sœur ; c’est que finalement n’importe quelle substance est un poison, il faut surtout considérer l’effet de seuil ! D’accord, vous répondra-t-elle, mais que fais-tu des problématiques de bien-être animal en élevage ? La vache et le mouton de ton affiche vont devoir être transportés dans un endroit qu’ils ne connaissent pas, avec des individus que parfois ils ne connaissent pas non plus, et tout cela pour finalement être abattus dans d’atroces souffrances ! Bon, là le discours est quand même un peu caricatural. Bien sûr que ces animaux sont élevés pour être mangés et c’est vrai qu’il y a des dérives dans certains élevages. Cependant, c’est une minorité ! Dans la majeure partie des cas, les éleveurs sont des gens passionnés qui aiment leurs bêtes et qui cherchent donc à prendre soin d’elles. Les conditions de transport, de contention et même d’abattage des animaux se sont largement améliorées ces dernières années, notamment parce qu’il y a de plus en plus de contrôles vétérinaires et grâce à la prise en compte de tous ces questionnements et controverses. Donc certes l’élevage a encore beaucoup de progrès à faire, mais faut-il pour autant en arriver au point où l’on met au chômage tous les éleveurs et où il faudra emmener nos enfants ou zoo ou chez Alinéa pour qu’ils puissent voir une vache ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.