1889 ♦ couple Lavoisier (tableau)

Jacques-Louis David, Portrait d’Antoine Lavoisier et de sa femme, 1788, huile sur toile, 260 x 195 cm, New York, Metropolitan Museum of Art.

Genre et sciences dans le portrait du couple Lavoisier par Jacques-Louis David

(par Julie PISKOR-IGNATOWICZ, Cnam Certificat 2018)

Ce tableau de Jacques-Louis David représente le chimiste Laurent-Antoine Lavoisier et son épouse et collaboratrice Marie-Anne Pierrette Paulze. Il est signé, en bas à gauche : L DAVID, PARISIIS ANNO, 1788. Comme Lavoisier dans son domaine, David est célèbre de son vivant et reconnu par ses pairs. Peintre du néoclassicisme, il devient le portraitiste de la haute société après son passage à l’Académie Royale où il obtient le prix de Rome, avant de se faire « peintre révolutionnaire ». Le tableau n’est pas présenté au Salon des artistes français de 1789 pour des raisons politiques. Il reste dans la famille de Marie-Anne Pierrette Paulze et n’est pas exposé pendant un siècle. Il est prêté par Etienne de Chazelles pour l’exposition universelle de Paris de 1889, date charnière à partir de laquelle il devient très célèbre. En 1924, il est acheté par Rockefeller pour l’institut Rockefeller pour la recherche médicale. Il est acquis par le Metropolitan Museum de New York en 1977. Il est donc largement montré, étudié et diffusé dans les médias depuis 129 ans.

Cette toile est une commande de Madame Lavoisier à l’artiste, auprès de qui elle a étudié le dessin. Il s’agit d’un double portrait de très grandes dimensions (1,96 par près de 2,60 mètres). Il fait figurer le couple dans le bureau du chimiste. L’arrière-plan est constitué d’un mur orné de trois pilastres de style antique, selon la mode néoclassique. Au centre de la composition, le couple fait face au spectateur. Marie-Anne Pierrette Paulze est debout, habillée à la mode de la fin du XVIIIe siècle d’une robe en mousseline blanche et coiffée d’une perruque blanche bouclée. Elle s’appuie sur l’épaule de son époux et sa main droite est posée sur le rebord de la table, tandis qu’elle fixe le spectateur. C’est elle qui attire le regard en premier.

Antoine Lavoisier est assis à sa gauche, habillé d’un costume noir et portant une perruque également. Le visage tourné vers son épouse, il est en train d’écrire sur une feuille de papier avec une plume d’oie. Détail incongru : sa jambe droite dépasse de la table recouverte d’un riche tissu rouge. Sur cette table sont posés trois instruments de chimie : un baromètre, un gazomètre et une cuve à eau. Par terre, devant la table, un ballon de verre et un robinet d’arrêt. Ces instruments servent à Lavoisier pour ses études sur les gaz et l’eau.

Tout à gauche du tableau, au fond, on peut voir dans l’ombre un fauteuil sur lequel est posé un carton à dessin avec des feuilles qui dépassent, rappelant que Madame Lavoisier réalise les dessins des expériences de son mari et en note les résultats. Elle illustre notamment le fameux Traité élémentaire de chimie de Lavoisier.

Ainsi, ce tableau est particulièrement intéressant du point de vue des rôles de genre. Au premier abord, l’unité et l’interdépendance du couple sont probablement le thème explicite de la toile : Madame de Lavoisier s’appuie sur l’épaule de son mari, qui lève vers elle un regard aimant voire admiratif. L’aspect charmant de la figure de l’épouse, son léger sourire, évoquent le fait qu’elle tient un salon dont le succès participe à la notoriété de Lavoisier : le laboratoire de Lavoisier et le salon de Mme Lavoisier dans leur logement à l’Arsenal sont des lieux complémentaires réunissant hommes de sciences, écrivains, artistes, économistes, fermiers généraux et aristocrates, intéressés par les nouvelles théories chimiques et l’avancement des sciences en général.

Mais c’est bien la femme qui seconde son mari et non l’inverse. D’abord, Madame de Lavoisier attire l’œil par sa beauté seulement, contrairement à son mari qui est représenté en train de faire quelque chose (écrire). Par ailleurs, les dessins ne sont pas visibles mais seulement suggérés par le carton. De plus, ils sont relégués à l’arrière-plan, comme pour montrer leur moindre importance vis-à-vis des écrits de Lavoisier lui-même et de ses fameuses expériences (symbolisées par les différents instruments situés dans la partie droite du tableau et mis en valeur par le rouge de la nappe). Le tableau est ainsi coupé en deux selon une ligne délimitée par la jambe de Lavoisier. Chacun reste dans son domaine : à Lavoisier l’écriture et les instruments scientifiques destinés aux multiples expériences qu’il réalise avec ses pairs, à Madame Lavoisier le dessin, activité inférieure et « féminine » par excellence, rendant simplement compte des activités du célèbre chimiste. En réalité, Madame Lavoisier est plus qu’une simple assistante. Pour aider son mari au mieux, elle apprend le latin, l’italien et l’anglais, ce qui lui permet de traduire un grand nombre de mémoires de chimie, parmi lesquels ceux de Priestley, Cavendish, et Kirwan.

Bernadette Bensaude-Vincent souligne que Madame Lavoisier n’est pratiquement jamais mentionnée dans les vignettes biographiques du célèbre chimiste et dans la littérature de science populaire du XIXe siècle qui entretiennent la légende de Lavoisier comme génie précurseur. La reconnaissance de ce tableau à partir de 1889 permet donc de corriger l’histoire dans une certaine mesure, mettant en lumière le rôle joué par Madame Lavoisier dans la carrière de son mari, présence indispensable pourtant cantonnée au second rang.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.