1908 ♦ Statue de Philippe Le Bon (carte postale)

Square Philippe LEBON à Chaumont, (carte postale vers 1906, postée le 15 Avril 1908, éditions Jullien et Morel)

Hommage au savant oublié, inventeur du gaz d’éclairage

(Par Jessica SIGNAHODE, Cnam Certificat 2018)

L’exposition Universelle de 1900 inaugure l’ère de la production massive et marque l’explosion de l’usage de la carte postale. Les correspondances vont de la simple salutation, à des souvenirs d’excursion ou d’échanges amoureux. Au début du XXème siècle, la phototypie représente le principal mode d’impression des cartes postales en nombreux exemplaires. A partir d’un cliché photographique en noir et blanc pris par un amateur ou par un photographe en quête de postérité, les éditeurs divulguent ici un monument de Haute-Marne à Chaumont (52) : le square Philippe LEBON, « inventeur du gaz d’éclairage ».

La carte postale envoyée le 15 Avril 1908 peut-être apparentée à une image populaire pour la région et marque la fierté de ses habitants originaires du même endroit de ce « grand homme ». La statue s’élève en premier plan sur un socle face à la vieille ville. Sa verticalité domine un parterre de fleurs et de verdure où il fait bon vivre. Elle surplombe un groupe d’enfants qui l’encercle et joue au cerceau. Un monsieur les regarde, intrigué par leur jeu ? En tout cas sur cette scène de vie, personne ne semble prêter attention à cette haute statue de Philippe LEBON (1767-1804) qui a contribué au changement du cours de notre histoire.

Ingénieur des Ponts et Chaussées et chimiste français, Philippe LEBON dit d’Humbersin se positionne debout, vêtu d’une veste longue entrouverte. Il tient dans sa main à l’aide d’une pince une fiole. Une flamme s’échappe du flacon qu’il regarde d’un sourire accentué par un geste éloquent de sa main gauche, paume ouverte vers le sol. Enthousiaste ? Il semble montrer qu’il a trouvé quelque chose de nouveau, de révolutionnaire ! A ses pieds derrière lui, un saut d’eau est posé sur un fourneau de briques. Construite à l’origine en bronze par le sculpteur Antide Péchiné, la statue est inaugurée en 1887 en sa mémoire et pour le pavillon de la Société Technique à l’exposition Universelle de 1889. C’est la grande époque des découvertes à l’orée de la révolution où la chimie était une science plutôt rudimentaire. La statue est fondue sous le régime de Vichy et sa matière est utilisée pour fabriquer des munitions. Aujourd’hui, la statue originale de Philippe LEBON a disparu. Depuis 1948 elle est remplacée par une copie en pierre à la posture différente : les mains rassemblées sur sa hanche gauche, le regard baissé, presque comme s’il s’excusait d’être là. Apparentée à un objet de mémoire, la statue est prisée par les collectionneurs et les membres de l’association pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine métallurgique haut-marnais. Sur son socle, seul un bronze a échappé à la fonte : le blason représentant une allégorie de l’éclairage est resté intact.

Philippe LEBON met en évidence en 1799 le potentiel du gaz en matière d’éclairage public et de chauffage en brevetant son « thermolampe ». Il développe sa technique de combustion de bois et tente de débarrasser les substances huileuses et goudronneuses du gaz. Il construit son appareil composé d’un fourneau servant à distiller le bois et d’un tonneau plein d’eau dans lesquels les vapeurs acides viennent se laver et se purifier : on parle de « gaz d’hydrogène ». Sûr de sa découverte, il annonce avec conviction aux paysans de son village : « Mes amis, je vous éclairerai et je vous chaufferai de Paris à Brachay ». Ses premiers essais au Havre pour expérimenter l’éclairage de phares sont sans succès. Il réalise une autre expérience en 1801 dans l’hôtel de Seignelay à Paris. Il parvient à alimenter les lampes des différentes pièces, à éclairer le jardin et à profiter de la chaleur du four pour chauffer l’hôtel. Or le procédé n’est pas adopté en raison d’un faible éclairage, de fortes odeurs du gaz de bois et d’importante production de chaleur l’été. Le décès prématuré du savant en 1804 permet à ses successeurs de poursuivre ses recherches. Ainsi, la carte postale laisse une trace de sa mémoire et la voie de la correspondance contribue à ce que son invention ne tombe pas dans l’oubli.

La première mise en lumière d’une ville au gaz d’éclairage a été réalisée à Londres en 1812 par William Murdoch. Il faudra attendre 1824 à Paris. Des usines en périphéries des villes se servent du gaz d’éclairage acheminé par des tuyaux sous terre. Il contribue à alimenter l’éclairage public, à aider à la sécurité dans les villes ou à se chauffer dans les foyers. Le gaz devient la principale source d’éclairage urbain avant que ne s’impose l’électricité à la fin du XIXème siècle. Aujourd’hui encore les appareils alimentés au gaz ne cessent d’être perfectionnés, les gestes du quotidien dans l’usage de l’électricité demeurent anodins et nos espaces publics regorgent d’éclairage.

L’édition de carte postale de monuments comme outil de diffusion s’est transformée et rarifiée. L’usage actuel renvoie essentiellement à une dimension touristique. Désormais le square immortalise une vue sur l’ancien château des comtes de Champagne, les maisons anciennes et les remparts de la vieille ville. Certaines agences immobilières s’approprient même l’imitation d’anciennes cartes postales pour renforcer le patrimoine historique comme territoire préservé de vente.

Homme quasiment oublié, son invention continue à nous interroger sur les impacts sociaux, économiques, environnementaux et symboliques. C’est entre les mains d’inventeurs comme Philippe LEBON que naissent les prémices des illuminations futures, nous permettant encore aujourd’hui d’y voir de plus en plus clair.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.