1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau)

Une leçon clinique à la Salpêtrière – Tableau d’André Brouillet (290 x 430 cm) représentant le Professeur Charcot pendant l’une de ses leçons sur l’hystérie

De l’art de mettre en scène la science

(par Christophe THOMAS, Cnam Certificat 2018)

« Une leçon clinique à la Salpêtrière » est une peinture d’André Brouillet réalisée en 1887 et exposée au Salon des artistes à Paris à partir du 1er Mai de cette même année. L’œuvre est ensuite achetée par l’Etat et attribuée au musée de Nice. De type réaliste, elle met en scène le professeur Charcot, célèbre neurologue français du XIXe siècle, lors de l’une de ses fameuses « Leçons », expériences médicales publiques qui sont peu à peu devenues un rendez-vous mondain incontournable dans le Paris des années 1880.

On y voit Jean-Martin Charcot, debout, l’index tendu, dans une attitude professorale, lors d’une séance d’hypnose sur la personne de Marie Blanche Wittman, patiente atteinte d’hystérie. L’hypnose permettait à Charcot de déclencher l’état hystérique chez ses patientes. Le neurologue est tourné vers le public – exclusivement masculin – assistant à la démonstration. Celui-ci est composé d’une vingtaine de personnes, dans des postures attentives et curieuses –crayon et carnet en mains pour certains-, où se mêlent médecins, journalistes, artistes. Parmi ceux-ci, Paul Richer, l’un des meilleurs illustrateurs scientifiques de l’époque et Albert Londe, pionnier de la photographie médicale et un des précurseurs de l’image animée. Le dessin représentant une patiente en crise d’hystérie, accroché au mur derrière le public, a ainsi été réalisé par Richer d’après une photographie de Londe.

Sur la droite du professeur Charcot se trouve une table sur laquelle est posée une pile de Grenet lui servant à l’électrothérapie. Technologie et homme de savoir sont intimement liés.

A l’opposé du public et juste à côté du neurologue, légèrement en avant, Marie Wittman est dans une posture caractéristique de l’hystérie : son buste bascule en arrière, son bras et sa main gauches sont rigides et la main est repliée sur elle-même. Wittman est soutenue par Babinski, l’un des élèves de Charcot, ainsi que par une assistante et une infirmière qui sont toutes les deux en partie hors-cadre.

Contrairement à la production de la science confinée dans les laboratoires telle que nous la connaissons aujourd’hui, « une Leçon clinique à la Salpêtrière » est un témoignage éclairant de la manière dont pouvait se fabriquer la science au XIXe siècle. Nous sommes ici au cœur d’une représentation publique et les deux grandes fenêtres de la salle participent à l’idée de la diffusion hors de ces murs des démonstrations de Charcot.

Cette représentation publique s’apparente presque à du théâtre. La théâtralisation de ces expériences – avec des patientes jouant l’hystérie? – a d’ailleurs été un reproche fait à Charcot a posteriori. Le dessin accroché sur le mur de gauche représentant le motif du « grand arc » de la crise hystérique n’est-il pas un signe en ce sens ? Wittman reproduit-elle consciemment ce qu’elle aperçoit en face d’elle et ce que le public et les hommes de science veulent voir ? Est-elle contrainte et si oui, jusqu’à quel point ? Des questions quant à la validité des expériences scientifiques et l’utilisation des patients dans la recherche émergent alors, nous renvoyant à des interrogations éthiques contemporaines.

L’importance de ce tableau engendra de nombreuses reproductions au cours du temps. Il peut également être considéré comme le jalon originel de l’étroite relation entre art et hystérie. L’hystérie a ainsi directement influencé le surréalisme; Louis Aragon et André Breton publièrent en 1928 « Le cinquantenaire de l’hystérie ».

En outre, cette toile a également participé à l’immense popularité chez le grand public des travaux de Charcot et à ancrer dans un imaginaire collectif la figure de l’hystérique et de l’hypnotiseur. Le « personnage » de l’hystérique, ses postures et ses mouvements saccadés, influenceront la scène théâtrale et plus tard le burlesque au cinéma. Celui de l’hypnotiseur, l’expressionnisme allemand; on peut citer par exemple « Le cabinet du docteur Caligari » et « Le testament du docteur Mabuse ».

L’œuvre d’André Brouillet fut en outre plus directement à l’origine de pièces de théâtre et de films.

Aujourd’hui encore, « Une leçon clinique à la Salpêtrière » est ancrée dans la culture populaire. Alice Winocour, réalisatrice du film « Augustine », sorti en 2012 et centré sur la relation ambiguë entre Charcot et une autre de ses patientes, Augustine Gleizes, déclara que cette peinture fut à l’origine même de son projet cinématographique. Elle y voyait une « situation très violente », « des hommes habillés en costume trois pièces regardant une femme comme un animal traqué ». Difficile effectivement de ne pas évoquer la question du genre devant ce tableau. On y voit une nette opposition entre ce public érudit, uniquement masculin et les trois femmes qui y sont représentées. Deux d’entre elles ont des rôles subalternes et ne sont pas complètement visibles, quant à la troisième, elle est le sujet d’étude de l’hystérie. A cette époque, l’hystérie est vue comme une maladie uniquement féminine -le terme hystérie a pour origine le mot utérus. Cette peinture oppose clairement la supposée irrationalité des femmes à la rationalité de la science qui devrait dès lors être réservée aux hommes. Plus de 130 ans après la réalisation de ce tableau, si les choses ont évolué, force est de constater que la surreprésentation des hommes dans le domaine scientifique perdure néanmoins…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.