1498 ♦ Vasco de Gama à Calitcut (tapisserie)

Vasco est accueilli par le Zamorin de Calicut en Inde. Pendant ce temps, on charge sur les quatre navires de l’expédition toutes sortes d’animaux, dont une licorne…
La tapisserie « Arrivée de Vasco de Gama à Calitcut »

(par Philippe CHOLLET, Cnam Certificat 2018)

La tapisserie « A Chegada de Vasco da Gama a Calicute » c’est-à-dire « Arrivée de Vasco de Gama à Calicut » appartient à une série intitulée « À Maneira de Portugal e da Índia » soit « La voie du Portugal et de l’Inde ». Celle-ci retrace l’exploit du navigateur lusitanien : l’ouverture de la voie maritime des Indes en 1498. La série en question fut réalisée par les prestigieux ateliers de Tournai en Belgique au tout début du XVIème siècle. Les recherches ont démontré que ces œuvres sont une commande, du moins en partie, du roi du Portugal en personne, Manuel 1er.  C’est le cas, semble-t-il, de la tapisserie qui nous intéresse. Il est aussi suggéré, que le roi s’impliqua directement dans la définition des contenus des œuvres. Les tapisseries furent exhibées dans les palais à lors d’ambassades étrangères, et également présentées au peuple, notamment à l’occasion de grandes corridas populaires.

L’œuvre est colossale, elle mesure 7.6 x 4 mètre. Sur la gauche de la scène, Vasco de Gama est accueilli par le Zamorin de Calicut, sa cour et ses soldats. Sur la droite, courtisans et magistrats assistent à la scène, tous vêtus de somptueuses étoffes finement taillées. Mais, intéressons-nous particulièrement aux quatre caravelles qui trônent au centre de la tapisserie. Ce type de navire fut inventé par les Portugais au XVème. Ils révolutionnèrent le transport maritime, permettant à la fois la navigation côtière (faible tirant d’eau), océanique (bords élevés) et le commerce au long cours (grandes cales). De plus, l’aménagement de gaillards d’avant témoigne que les caravelles de l’expédition étaient dotées des toutes dernières innovations techniques. Elles ont traversé deux océans, elles sont là, intactes et victorieuses, oriflammes battants au vent ! Se faisant, elles disent en creux la maîtrise scientifique de la navigation. Elles sont aussi sensiblement déformées : bien rondes, presque dodues. Les coques sont éclatantes, voire dorées. On voit une multitude d’hommes s’activer à charger toutes sortes d’animaux exotiques, tandis qu’un marin doté d’un instrument à vent sonne l’arrivée triomphante ! La volonté d’impressionner est évidente. Dans cette Renaissance caractérisée par un contexte de compétition pour les conquêtes (les Espagnols colonisent déjà l’Amérique), il faut s’imaginer ces navires ultra-modernes dans les yeux de leurs contemporains, il faut s’imaginer l’impact de leur voyage jusqu’à l’autre bout du monde ; les Indes… Au-delà des promesses de découvertes et de fructueux échanges commerciaux, par sa maîtrise scientifique et technique de la navigation, le Portugal annonce sa puissance. On peut supposer que par la mise en exergue des navires au centre de la tapisserie, le royaume entend faire œuvre de propagande. Est-ce la réponse des Portugais aux Espagnols comme, en d’autres temps, le programme Apollo fut la réponse à Spoutnik ?

Intéressons-nous, pour finir, à un élément particulier et inattendu de la tapisserie : la licorne ! Si l’on admet la dimension propagandiste de l’œuvre, on peut supposer que c’est un choix bien réfléchi. Au début du XVIème siècle, pape, rois et peuples croient aux licornes. Les alchimistes prétendent que sa corne a des vertus curatives puissantes, ce qui justifierait largement ces coûteuses expéditions. En outre, l’animal mythique est attiré par la pureté, et c’est au roi du Portugal qu’il se rend… Voilà qui cautionnerait quelques entorses à la réalité. Mais n’étais-ce pas plutôt un rhinocéros ? On sait que les portugais en offrirent un au Pape Léon X en 1515. Il fut d’ailleurs l’objet d’une gravure célèbre de son temps : le Rhinocéros de Dürer. Dans ce cas, la volonté de respecter l’anatomie réelle de l’animal est évidente. Mais ici, quelques années plus tôt, il est intéressant de constater que s’entremêlent des éléments techniques réalistes à cette « apparition », qui relève de l’imaginaire ou de la mythologie. On peut spéculer que cette tapisserie est faite pour parler de son époque : ce XVIème siècle, à cheval entre l’enchantement ou l’obscurantisme du moyen âge, d’une part ; le modernisme des lumières et leurs sciences exactes, d’autre part… Mais bientôt, les seconds discréditeront les premiers. Aux licornes fantaisistes se substitueront, et pour longtemps, les dessins naturalistes…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search