1739 ♦ Le Paris de Turgot (plan)

Paris au XVIIIeme siècle. Plan de Paris : en 20 planches : fac-similé – planche n°11 – source : gallica.bnf.fr/

Paris, ville lumière !

(par Thierry LEDEME, Cnam Certificat 2016)

Ce plan à vol d’oiseau, le plus vaste jamais entrepris, connu sous le nom de plan de Turgot, est un plan de la ville de Paris au 1/400e. Il est composé d’un assemblage de vingt feuilles pour former un rectangle de 316 cm sur 245. Il fut commandé en 1734 par Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands dont le rôle se rapprochait de celui du maire de Paris. La version dessinée est terminée en 1736 par Louis Brétez, dessinateur d’architecture et membre de l’Académie de peinture. Le travail de gravure, effectué par Antoine Coquart et Claude Lucas, se termine en 1739. A l’époque, les plans de Paris sont imparfaits et ne sont plus conformes.
Mais alors que ce mode de représentation est abandonné depuis quatre-vingts ans, on choisit, pour réaliser celui-ci, un plan perspectif qui s’autorise des libertés par rapport à la réalité afin« de faire voir d’un seul coup d’œil tous les édifices et toutes les rues », comme précisé dans le cartouche (planches 18 et 19), plutôt qu’un plan géométral reposant sur des mesures exactes. Au lieu d’un plan technique ou scientifique qui viserait à améliorer le contrôle et la gestion de l’espace urbain, Turgot fait réaliser un plan qui met en valeur la ville de Paris et sa beauté, avec ses édifices et son architecture. Un plan qui est certes à contrecourant pour l’époque mais plus parlant aux yeux du public. Le choix de Louis Brétez, un scientifique et non un cartographe, membre de l’académie de peinture et de sculpture, confirme cette tendance. Ce plan a été réalisé par un artiste. Turgot ne souhaitait pas un document administratif mais un plan destiné aux visiteurs de Paris, aux touristes de l’époque en quelque sorte, « considérant que les différents plans qui, jusqu’à présent ont été levés […] quelque exacts qu’ils puissent être dans les proportions, et justes dans les mesures, ne sont absolument pas capables de satisfaire la curiosité des sujets du Roi et des étrangers et que pour y parvenir, il serait à propos de la représenter en vue perspective et élévation ».
Turgot fait donc réaliser un plan hybride à la fois scientifique et technique (il fait l’objet d’une levée importante de fonds et d’un travail d’une grande précision, comme stipulé dans le contrat) et dont le but est sa large diffusion afin de promouvoir la ville de Paris et son image : il s’agit d’un véritable plan de communication comme on en fait aujourd’hui pour convaincre les touristes de venir visiter une ville ou un pays.
Et l’objectif est atteint. Comme il est écrit dans le Journal des savants en 1740 : aucun plan déjà paru ne permet autant de « faire voir et l’étendue et les principales beautés de cette ville ».

Plus de 2500 exemplaires du plan sont publiés. A partir de 1740, le plan est diffusé au sein de tout le royaume de France et à l’étranger. Il est mis à disposition auprès des Académie des Sciences et de Peinture et auprès des lieux publics, mais aussi dans presque toutes les cours d’Europe, comme dans celles de Constantinople et de Chine. A travers ce cadeau diplomatique, la volonté de publicité, voire de propagande pour la ville de Paris est évidente ; ce plan est conçu pour la gloire de la Capitale du royaume.
Ce plan est aujourd’hui reconnu comme étant un des plus beaux de Paris jamais réalisés. C’est l’image qui prime devant la technique ici. Il n’est d’ailleurs pas conventionnel, en raison notamment de la perspective choisie qui oblige à avoir des rues 3 à 4 fois plus larges que la réalité, et de son orientation sud-est qui utilise la Seine comme axe de symétrie.

Ce plan du Paris des Lumières, publié douze ans avant l’Encyclopédie, est un outil pédagogique et un véritable dispositif de médiation scientifique et technique, à tel point qu’on imagine assez bien un touriste aujourd’hui tenter (et réussir) à se déplacer dans Paris avec. Repérer, comme sur les plans touristiques récupérés à l’aéroport ou dans les agences de voyage, les principaux monuments et lieux à visiter, déambuler dans les rues, le nez sur la carte, puis lever les yeux et dire : « c’est là ! » C’est un plan intuitif, qui ne nécessite pas de connaissances particulières ; logique et sens de l’observation semblent être suffisants pour s’en servir. Tellement contemporain qu’on se demande si les créateurs de Google Earth ne s’en sont pas inspirés.

Turgot semble être un visionnaire. Rien d’étonnant à ce qu’aujourd’hui ce plan apparaisse dans des boutiques touristiques, sur des mugs et autres assiettes en porcelaine, ou à ce que le service de chalcographie du Louvre en édite encore des copies à partir des cuivres originaux. En outre, il fait encore régulièrement l’objet d’expositions.

Ce plan institutionnel, commandé par la municipalité de Paris, est atypique, intéressant et original à plusieurs titres : par sa large diffusion pour l’époque, par sa forme, par sa valeur historique, par son aspect promotionnel voire publicitaire, par sa surprenante contemporanéité et, enfin, par sa beauté qui, à défaut d’égaler celle de Paris, est censée lui faire honneur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.