1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre)

Couverture de l’ouvrage d’Alfred Robida ” Le Vingtième siècle” paru en 1883 aux éditions G. Decaux. Les dessins sont de l’auteur.

les origines de l’anticipation scientifique

(par Mélodie GALLET, Cnam Certificat 2016)

Le livre « Le vingtième siècle » est une œuvre d’anticipation dont l’auteur est Albert Robida (illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français né à Compiègne le 14 mai 1848 et mort à Neuilly sur Seine le 11 octobre 1926).
La couverture du livre représente un voyage de fiançailles au XXe siècle dans une machine volante improbable. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future.
L’œuvre d’Albert Robida n’est pas un cas isolé. Il fait écho dans l’histoire littéraire aux romans d’aventures scientifiques et à la vaste littérature d’anticipation qui se développe au tournant des XIXe et XXe siècles, empruntant une multitude de supports. Albert Robida exagère les travers de son époque en les caricaturant par le jeu d’une extrapolation temporelle.
Depuis quelques décennies, la science-fiction a pris une place importante dans la littérature et même à travers d’autres moyens d’expressions tels que la radio, le cinéma et la télévision.
De quoi s’agit-il ? Quelle est la place de l’anticipation scientifique dans la littérature et dans la pensée contemporaine ? Quel rôle exact joue la science ? Quelle part prennent les vrais savants ? Que peut-elle apporter à la science ?

Ce que l’on peut nommer la « prise de conscience de l’anticipation scientifique correspond tout naturellement à l’essor de la pensée scientifique au XIXe siècle.
Elle représente le point culminant des deux tendances majeures de cette pensée : la foi dans la science et la foi dans le progrès.

C’est de cette rencontre que date la notion même d’anticipation : les écrivains ou illustrateurs situent dans l’avenir des aventures ou des évènements que le progrès scientifique doit supposer rendre un jour possible. Réciproquement, l’anticipation scientifique reprend les thèmes anciens et réinvestie le climat même du merveilleux, ce merveilleux qui fait partie de la définition de l’épique, véritable épopée du futur. La science-fiction a en réalité souvent revendiqué les privilèges du genre : héros invincible, super pouvoir. Elle offre aux lecteurs actuels des récits extraordinaires. Tandis que l’épopée traditionnelle situe ses récits dans le passé, la science-fiction se place dans l’avenir.

Il y a trois grands types de récit d’anticipation.
La romantic story ou récit d’aventure est l’objet de sarcasmes de la part des puristes de la science-fiction. L’accent est mis sur l’action mais le support scientifique reste souvent très faible. Il sert d’alibi à un merveilleux plutôt bancal. Les récits empruntent fréquemment d’autres genres (western, roman policier, roman d’espionnage) des personnages et situations stéréotypées. La « romantic story » a contribué à populariser la science-fiction depuis la fondation de la revue Amazing stories en 1926 par Hugo Gernstack.
La sociologic story ou récit sociologique dont intérêt est de focaliser sur l’état psychologique et social du monde futur.
L’anticipation scientifique est dans ce cadre un prétexte qui permet d’exprimer avec une pleine liberté la vision poétique sociale ou épique du monde. La richesse de cette pensée est emprunte d’originalité et d’imagination. C’est donc grâce à ce mouvement, et entre autre avec Anthony Bonther, Spargne de Camp et Van Vogl que la science-fiction a cessé d’être un genre étroit pour gagner ses lettres de noblesse dans la littérature moderne.
C’est certainement le type de la Method story ou le récit à thèse qui correspond le mieux à cette exigence. C’est le développement poussé à ses extrêmes, la mise en œuvre complète d’une théorie scientifique actuelle. Par exemple : The world of nul A (Le monde des A) de Van Vogl qui présente sous forme romancée la théorie des logiques non aristotéliciennes : Whath Mad Univers (l’univers en folies) qui exploitent la théorie de l’infinité des univers possibles.

D’une façon plus générale, les sciences actuelles dont les découvertes ou les théories ont offert un point de départ aux spéculations de l’imagination anticipatrice sont larges et variées.
Il semble que les grandes théories récentes, celles qui ont renouvelé la pensée scientifique depuis cinquante ans, ont stimulé l’inspiration des romanciers ou nouvellistes d’anticipation.

L’anticipation scientifique est une démarche courante de l’esprit moderne. Ce genre relativement récent est indémodable grâce à ses qualités littéraires. La science-fiction peut rendre service à la science en exprimant librement les hypothèses les plus originales, défricher le terrain des inventions future et créer dans le public une certaine familiarité avec l’insolite et les préparer aux modifications de la vie courante, à la conception même d’un monde ou le progrès scientifique évolue rapidement. De cette manière, elle habitue l’homme à accepter une réalité qui dépasse la fiction.
Invoquant aujourd’hui les mêmes principes mobilisés pendant la révolution, d’autres pays exécutent à la chaise électrique ou par injections intraveineuse. La science et la technique toujours au service de l’homme, mais pour quel projet ?


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search