1904 ♦ Puits pour ascenseur (carte postale)

Métropolitain de Paris – Puits pour Ascenseur. Coupe d’une station sur puits vertical, telle que Cité ou Saint-Michel – Publicité de l’entreprise Léon Chagnaud – carte postale noir et blanc, éditée par E.S. (1904) – Aquarelle de J. Lormier, ingénieur des arts et manufactures à Paris.

publicité pour un défi technique

(par Jérémie KALEFF , Cnam Magister 2016)

Début du 20e siècle, l’objectif des grandes villes comme Paris est de désengorger les rues encombrées par les véhicules. Elles construisent un réseau de transport souterrain (le Métropolitain) dont les difficultés techniques ne manquent pas de défier la capacité des ingénieurs à s’affranchir des contraintes de la nature urbaine. Le défi qui se pose ici aux constructeurs de ces lignes est de taille. Il s’agit de concevoir et de réaliser le passage sous-fluvial de deux rames de train. Le projet en 1904 de construction d’un passage entre les stations Saint-Michel et de la Cité est une première pour laquelle un concours est organisé.
Comment faire passer le métro sous la Seine ? Devant les plus grandes entreprises de l’époque, le lauréat du concours est cette année là l’entreprise Léon Chagnaud, dirigée par l’ingénieur des arts et métiers et constructeur de travaux publics du même nom. Il est spécialiste des travaux souterrain. Il a auparavant participé à la construction du réseau des égouts parisiens. On lui a notamment confié celle du collecteur de Clichy des égouts de Paris.
Pour le passage sous-fluvial, il propose une solution révolutionnaire pour l’époque, une technologie nouvelle à Paris. Son idée est de congeler le sol trop humide du lit du fleuve grâce à des forages multiples dans lesquels est injectée de la saumure à -24 degrés. Ainsi stabilisé, le terrain peut être travaillé sans craindre les fissures et accueillir des caissons métalliques vides, futurs tunnels et stations. La technique permet également de renforcer la fiabilité des cloisons et la résistance à la pression de l’eau.
C’est ici qu’intervient cette carte postale de 1904. Elle représente un plan en coupe de la partie des puits accueillant les ascenseurs et escaliers d’accès à la station souterraine. Elle est en fait un support publicitaire édité par Malcuit Métropolitain de Paris. Sur ce dernier nous voyons bien le type de caissons utilisés, ainsi que le principe de création des ascenseurs en souterrain. Ce schéma d’orientation pédagogique est une sorte de vitrine graphique des exploits du réseau métropolitain. Imprimé pour servir les échanges entre usagers potentiels du métro parisien alors en construction, cette carte postale permet de valoriser auprès d’un large public le réseau lui-même au traver de l’entreprise Léon Chagnaud et de son incroyable technique.
Dans les années 1900, le vecteur “carte postale” est un des plus courants avec la presse qui permet de communiquer à grande échelle. Cette voie de diffusion utilisée par le Métropolitain et l’entreprise Léon Chagnaud est un des cadres parmi les plus populaires visant à édifier la capacité des ingénieurs à relever les défis d’une époque et à déployer leur génie au travers de leurs prouesses techniques les plus hallucinantes. L’exposition universelle qui s’est tenue du 15 avril au 12 novembre 1900 est à ce moment encore proche à l’esprit non seulement des parisiens, mais aussi des touristes attirés la diversité des arts, des techniques et des découvertes dont se réclame la capitale française. A l’occasion de ce rassemblement, de nombreuses éditions de cartes postales ont été réalisées afin de communiquer de par le monde l’idée de l’émergence d’une aire de modernité nouvelle rayonnant depuis Paris.
Cette carte postale du métropolitain participe donc de cet engouement marqué pour l’étalage sans complexe des capacités techniques des ingénieurs français d’édifier et de construire. En une image, tout est résumé : techniques d’une époque et volonté qu’elles deviennent les éléments d’un impact culturel, une évidence de la modernité se matérialisant par la conduite de grands chantiers. De fait, les bénéfices en termes de sécurité et de confort des transports parisiens s’imposent à cette époque, nullement contredits par de très rares accidents. Une nouvelle manière d’appréhender les transports change considérablement la vie des Parisiens et transforme leur mode de déplacement.
toujours à voir le même ensemble technique, même si les usagers du métro ne savent plus rien aujourd’hui de la technologie employée à l’époque afin d’enclaver cette architecture souterraine soumise aux infiltrations et à la pression de la Seine. L’habillage du puits a changé plusieurs fois au cours du temps. Le témoignage de la capacité des ingénieurs d’une époque reste.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search