1947 ♦ Télévision, œil de demain (film)

Capture d’un extrait de film réalisé par JK Raymond Millet, avec des idées tirées de « cinéma total », de René Barjavel – Source : INA, 1947 sur http://www.ina.fr/video/I10257139.

omniprésence de l’écran… déjà

[par Nadia BASTIDE, Magister CNAM Paris 2016]

La capture de l’extrait choisie se situe à 0 :34 s. On y voit des individus se promenant les yeux rivés sur leur télévision portative, « de poche » imaginée par Barjavel. Cette scène ressemble étrangement à ce que l’on peut observer dans la rue aujourd’hui, où chacun marche son smartphone à la main…

Nous sommes en 1947. La télévision fait son apparition en France, mais reste réservée à quelques privilégiés (en 1949, seuls 297 foyers français possédaient un poste). Le premier journal télévisé sera diffusé le 29 juin 1949, et la télévision s’implantera progressivement dans les années 50 : 24 000 postes seront recensés en 1952, 683 200 en 1957. Les téléviseurs en couleur apparaitront au début des années 1970.
Le reportage qui nous intéresse est un reportage cinématographique, qui était alors un media de consommation culturelle de masse. En 1945, il y avait 357 millions de spectateurs en France. La fréquentation du cinéma concernait un public plus large que le théâtre et l’opéra, car moins coûteux.
 » Télévision, l’œil de demain « , reportage dans le présent et dans l’avenir » a été scénarisé par JK. Raymon Millet, à partir d’idées provenant de « cinéma total », essai sur les formes futures du cinéma publié par René Barjavel en 1944. Ce reportage débute par un exposé sur les techniques de la production télévisuelle en 1947 d’une dizaine de minutes, avant d’exposer ce que sera la télévision du futur. On y trouve la prédiction de l’omniprésence des écrans dans notre quotidien avec l’anticipation des caméras de surveillance (dans la rue, dans les aéroports), des images d’actualités, du téléphone avec l’image (skype), de l’internet nomade (3G), de la télévision à la demande, de YouTube, de Google earth, de la 3D et même de la réalité augmentée…
L’extrait choisi commence à la 19e minute et dure environ quatre minutes. Il s’agit de la fin du reportage. On y trouve une anticipation troublante des smartphones d’aujourd’hui. Dans cet extrait sont imaginés des « poste de télévision bijoux, de poche grand comme une lampe électrique » dont chacun aura « un besoin plus impérieux encore qu’aujourd’hui le cinéma ou la radio ».L’addiction aux écrans est prédite. Ainsi le risque d’accident qui en découle. « Toutes les voitures seront munies d’un poste récent » ; « Plus besoin d’acheter un journal ». Dans la rue, les passants regardent des « faits divers tellement passionnant » sur leurs appareils portatifs qu’ils en oublient de regarder avant de traverser la rue. Les images s’invitent dans toutes les circonstances et « quand vous lirez paisiblement au lit un reportage mal aiguillé fera danser une bohémienne sur votre édredon ».
Aujourd’hui la réalité augmentée ne fait pas encore partie de notre quotidien, mais c’est bien le seul élément du reportage dans ce cas. Les smartphones, qui correspondent de façon troublante aux télévisions portatives décrites, occupent indéniablement une place majeure dans nos vies. Selon une étude réalisée auprès de 2000 répondants âgés de 18 à 75 ans, 70% des français en sont équipés et 59% le consultent dans les cinq minutes suivant leur réveil. Près de la moitié des 18-24 ans utilisent jusqu’à 50 fois par jour leur smartphone et 72% d’entre eux l’utilisent en marchant dans la rue. Ce phénomène prend une telle ampleur, qu’en 2016, un député du New Jersey a proposé une loi visant à rendre illégal de marcher dans la rue, et surtout de traverser, les yeux rivés sur son smartphone.
Pourrait-t-on imaginer un reportage similaire aujourd’hui ? Il serait certainement diffusé via YouTube. Nous le consulterions sur notre téléphone, peut-être au lit, peut-être dans la rue, ou encore au restaurant… Et nous y verrions un futur, peut-être pas si lointain, où les voitures se conduisent toute seule et les frigos passent directement commande des produits manquants au supermarché… Et en imaginant plus loin, nous pourrions y voir des humains dotés de capteurs directement implantés sous la peau, nous permettant d’avoir accès à toutes les fonctionnalités des smartphones actuels, … et même de pouvoir transcender nos capacités, tout en interagissant avec des objets dotés d’intelligence artificielle.
Tout cela nous laisserait rêveur, et pourtant c’est bel et bien en préparation à plus ou moins long terme. Les google glass existent déjà et les voitures sans conducteur seront bientôt sur le marché. Les objets connectés se développent de façon exponentielle, notamment à travers les bracelets et montres comme l’Apple Watch, qui servent de coach personnel. Google s’est donné le défi de « vaincre la mort » grâce à son programme Calico, et s’intéresse au transhumanisme et à l’intelligence artificielle.
La question qui se pose, et qui avait déjà été soulevée en 1947 est la suivante : « Qu’en est-il de notre liberté individuelle à penser par soi-même ? Aura-t-on la possibilité de vivre sans la présence d’images intempestives venant nous distraire ? ». Aujourd’hui cette question est plus présente que jamais, puisque nous passons en moyenne… 7 heures par jour devant un écran, et que cette durée ne fait qu’augmenter. Aura-t-on besoin un jour de prendre du temps pour nous couper des écrans, tout comme aujourd’hui l’activité physique est devenue une pratique planifiée, obligatoire pour maintenir notre état de santé dans une société sédentarisée ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.