1954 ♦ Johnny Guitar (film)

Le champ et le contre-champ d’une seule et même séquence de Johnny Guitar (1954) – un film de Nicholas Ray (1911-1979)

cheval de feu et guerre froide

[par Robert NARDONE, CNAM Paris 2016]

De même que culture populaire et modernité industrielle s’intriquent, cinéma et grande Histoire interfèrent. Pour l’historien Marc Ferro, le cinéma est un agent de l’Histoire. Le western participe de ce genre qui est aussi une mine d’or pour qui veut appréhender la formation des États-Unis. D’abord parce qu’il raconte des histoires qui ont fait l’Histoire : celles des premiers colons agriculteurs-éleveurs, des pilleurs de territoires indigènes, jusqu’aux premiers industriels et promoteurs du chemin de fer et de l’urbanisation. Mais aussi parce que tout film de cinéma parle de l’époque même où il est et où il se produit. Démonstration.

Ces deux images sont le champ et le contre-champ d’une seule et même séquence de Johnny Guitar (1954), un film de Nicholas Ray (1911-1979). D’un côté, on y voit une femme seule en longue robe blanche jouer du piano dans un décor de roche ocre rouge ; de l’autre, une femme en longue robe noire, la main au colt. Elle est entourée d’hommes en noir et armés, tous situés dans un décor de saloon. Quel peut bien être l’enjeu de cet affrontement entre noir et blanc, entre colt et piano ?

Cheval de feu contre cheval de trait

Du côté de la dame en blanc, jouée par Joan Crawford, voici Vienna, ex-prostituée, femme aventurière et indépendante. Elle a installé une salle de jeu dans cet endroit désertique, pariant sur les bénéfices du tracé du chemin de fer, d’une gare à proximité et de l’urbanisation à venir. Elle n’a pour seules armes que son piano, la guitare de Johnny, et une farouche détermination à résister aux pressions des riches éleveurs qui la poussent à quitter les lieux.

La roche brute sur laquelle se découpe la silhouette élégante de Vienna renvoie à l’aridité de l’extérieur d’où provient l’hostilité. Cet écrin domestiqué à l’extrême indique bien la volonté civilisatrice de Vienna.

Du côté de la dame en noir, jouée par Mercedes McCambridge, voici Emma, une riche propriétaire qui entraine les éleveurs à chasser Vienna. Avec elle, tous lui reprochent son intérêt pour le chemin de fer auquel eux s’opposent. Ils craignent l’arrivée massive de colons, ce qui signifie partage des terres, des points d’eau et agitation urbaine. Elle signifie surtout la remise en cause de leur toute puissance. Si Vienna incarne l’innovation technique et la modernité, elle suscite aussi la haine de ce qu’elle représente : une femme libre. Elle provoque chez ces cow-boys autant d’admiration que de rejet ; autant de jalousie que de haine chez Emma.

Vêtus des habits de deuil, ces hommes viennent d’enterrer le frère d’Emma, tué au cours d’une attaque de diligence. Pour eux, il ne fait aucun doute que Vienna est complice de ces bandits qui fréquentent son saloon.

Nicholas Ray les a placés sous le cercle du grand lustre. Élément rassembleur par sa forme même, il indique le drame qui va suivre. Emma met le feu en décrochant ce lustre composé de lampes à huile. Le final confronte Emma et Vienna dans un duel au pistolet qui clôture de nombreux westerns. A ceci près que c’est la première fois dans l’histoire du genre que ce duel oppose deux femmes.

Colt war ou cold war ?

Une autre dimension historique remarquable est à souligner ici. La critique, aussi bien américaine qu’européenne, est unanime. Elle voit dans ces images une parabole de la chasse aux sorcières. Par-delà la confrontation de l’ancien agricole et du moderne industriel, ce film met en effet en scène une autre dimension de la grande Histoire (peu glorieuse) des États-Unis. Car deux acteurs s’opposent dans ce film. Johnny Guitar est interprété par Sterling Hayden. Il est confronté à John McIvers, le bras droit d’Emma, interprété lui par Ward Bond. L’image de ce face à face tendu est alors une sorte de palimpseste. Une autre histoire se cache derrière, celle que les spectateurs de l’époque pouvaient recevoir : celle de la Commission McCarthy.

Nicholas Ray est alors soupçonné de sympathie pour les communistes. Également accusé, Sterling Hayden finit par craquer devant la Commission. A l’opposé, Ward Bond est un délateur. Il dénonce ses camarades de jeu en participant activement à la « chasse aux sorcières » et à la composition de la Hollywood blacklist.

A la surprise générale, Ray engage donc Bond, acteur mineur, dont tout Hollywood sait les engagements maccarthystes. Voici ce qu’en dira en 1962, Philip Yordan, le scénariste du film, dans un entretien avec Les Cahiers du cinéma : « Nous avons joué un bon tour à Ward Bond, qui était, comme vous le savez, un des meneurs du parti fasciste à Hollywood. Nous lui avons fait jouer le rôle du chef de milice, un extrémiste fascisant faisant régner la terreur. Et lui croyait que son personnage était un héros, un bonhomme sympathique. Il n’avait rien compris. »

Le récit des conflits générés par l’industrialisation de l’Amérique du Nord a été l’objet de nombreux westerns. Il oppose généralement des hommes, les femmes n’y jouant tour à tour que les rôles de mère, épouse et objet de désir ou putain. Avec Johnny Guitar, Nicholas Ray détourne le genre et les genres pour en casser les codes. Ce qui, en plein maccarthysme n’a pas plu à tout le monde, tel Bosley Crowther, critique de cinéma pour le New York Times : « … pas plus de féminité n’émane d’elle que chez M. Heflin dans ” Shane “. Comme elle, cette dame est aussi asexuée que le sont les lions en haut des marches de la bibliothèque publique, invitant à la romance comme le ferait un amas de lames de rasoirs acérées ».


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search