1958 ♦ cafetière Bodum® (objet)

Publicité presse pour la cafetière Santos-Bodum, accompagnée de la mention ” Entertain your guests AND make an exceptional pot of coffee at the same time!”

le vide, cette dépression qui nous fait du bien

[par Yannick MAHE, Certificat Cnam Paris]

Au premier plan un objet ressemblant à un distillateur sorti directement d’un laboratoire. Il est formé de deux sphères en verre disposées l’une par-dessus l’autre et dont les contenants sont reliés par une forme cylindrique.
Au second plan, une femme au look des années 1960. Elle est souriante. Elle tient dans sa main une tasse. Sa présence détruit l’illusion qu’il pourrait s’agir au premier plan d’un outil issu d’un laboratoire d’expérimentation chimique, et nous met sur la piste d’un breuvage du type thé ou café.
Cette photographie noir et blanc porte également un logo avec l’inscription « Bodum® ». Il s’agit ici du fameux fabricant danois qui s’est spécialisé dans la création de machines à café au design très cherché. Cette entreprise fondée en 1944 par Peter Bodum® s’est rapidement positionnée comme innovatrice d’ustensiles de cuisine à prix modeste reliant parfaitement forme et fonctionnalité.
Le modèle Santos/Pebo sur la photo en était un de ces beaux objets.
Depuis 1958, année de sortie officielle de cette cafetière culte, un rituel parmi ses amateurs a vu le jour : disposer l’eau dans le conteneur du bas, fixer le filtre en plastique, mettre la dose de café moulu dans le conteneur du haut puis le tout était mis sur un réchaud au milieu de la table.
Au centre de l’attention des invités qui impatiemment attendait le moment magique où l’eau commençait à bouillir.
Tout le monde regardait curieusement cet objet, et au fur et à mesure que l’eau commençait à frétiller, les discussions s’animaient autour du fonctionnement de cette cafetière.
Alors que soudainement l’eau montait dans le compartiment supérieur, les premières hypothèses s’exclamaient « l’eau chaude est plus légère et monte », « l’eau bouillante s’étend », « non, à 100°C l’eau passe à l’état gazeux, l’air chaud s’étend », « la pression augmente dans le bocal inférieur et pousse l’eau à travers le cylindre » …
Même sans présence d’un scientifique autour de la table, l’échange animé des idées et réflexions aboutissait souvent à une théorie assez juste. Quel bel exemple d’intelligence collective !
L’eau surgissant dans le récipient supérieur se mélangeait avec le café moulu et formait un breuvage intensément savoureux. « Extraction des arômes ! ». Pas moins de 800 composants aromatiques volatiles différents ont été identifié dans le café torréfié. Ce qui fait de lui la deuxième boisson la plus consommée en France, et la troisième au niveau mondial.
Puis le maitre de la cérémonie éteignait le réchaud. Tous les regards se fixaient sur la cafetière quand à vitesse vertigineuse, le breuvage redescendait dans le récipient inférieur. Laissant le marc de café au niveau supérieur.
« C’est comme les cafetières classiques, l’eau descend par force gravitationnelle… », « Non pas possible, pas à cette vitesse », « C’est qu’il y a un vide qui s’est formé dans le bocal inférieur et qu’en refroidissant, la pression atmosphérique a diminué, c’est une dépression qui a aspiré le liquide ! »
Une dépression qui nous promet un bien-être.
Généralement, lors de la dégustation du café, la discussion continuait sur les différents types de cafetière, celle à filtres, la machine expresso, et bien sûr la bien connue cafetière italienne.
Décoction, infusion, lixiviation, percolation, nombreuses sont les méthodes pour arracher aux graines de café moulu son délicieux arôme. Et pour chaque méthode il existe sa cafetière.
Mais le coup de génie de Bodum®, c’était de mettre à nu le processus du changement d’état liquide en état gazeux, la pression atmosphérique, l’extraction, et les effets du vide.
En créant une cafetière entièrement en verre et décidément design, l’objet devient le centre d’attention au milieu de la table et stimule ainsi un échange de réflexions autour de phénomènes physico-chimiques dans un environnement très populaire.
A se demander si ce n’est pas lors d’une de ces discussions animées sur le fonctionnement de cette cafetière que l’idée du café scientifique ait vu le jour.
Les initiatives des cafés scientifiques sont apparues dans les années 1990, lorsque la science a connu une crise importante. Tout d’abord le résultat d’une série de scandales, mais aussi à force de spécialisation, la recherche est devenue de moins en moins compréhensible pour le citoyen lambda. Les cafés scientifiques avaient alors comme ambition de démocratiser les connaissances scientifiques en proposant des rencontres thématiques entre scientifiques et citoyens dans des cafés ou des bars. Transposer ces rencontres science-société hors laboratoires, université ou musée dans des lieux conviviaux promettait d’inciter à une relation de confiance entre ceux qui savent et ceux qui veulent savoir. Les experts sortant de leur zone de confort, et les citoyens moins impressionnés par l’effet « autorité scientifique ». Enfin oser prendre la parole, poser des questions, parler d’égal à égal.
Comme quoi autour d’un café, quiconque pourrait avoir la science infuse !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.