1964 ♦ Supermarché Auchan (presse)

Cliché de la façade du premier supermarché « Auchan », parue dans le quotidien «Nord-Eclair» en 1964.

la grande distribution à petits pas

[par Eloi CIMETIERE, MagisterCnam Paris]

De prime abord, l’image semble banale : on y voit une scène familière de parking de supermarché, avec des clients affairés et la station-service utilisée pour approvisionner des véhicules. Pourtant, en y regardant de plus près, cette photographie publiée en 1964 dans le journal « Nord-Eclair » mérite que l’on s’y arrête. D’abord on remarque le nom de l’enseigne : « Auchan ». C’est là la première fois que ce nom est apposé sur la façade d’un bâtiment. Il s’agit du premier supermarché de la marque ouvert dans un quartier populaire de Roubaix en 1961 par un héritier d’une famille d’industriels dans le domaine des lainières, Gérard Mulliez. C’est là, dans cet entrepôt, qu’est né l’un des principaux groupes de distribution dans le monde. Le magasin est abrité dans une usine Phildar désaffectée, propriété de la famille. On distingue tout de suite la vocation première du lieu, avec ses toits en dents de scie, ou sheds, typiques des usines des dix-neuvièmes et vingtièmes siècles. L’image nous montre un monde en train de changer : on assiste au passage de l’activité industrielle de fabrication de produits manufacturés à la société de services dans laquelle nous baignons toujours aujourd’hui. On constate aussi l’extrême rapidité, voire la brutalité, du changement, puisque la façade a été simplement peinte, sans qu’une attention particulière soit donnée à l’apparence. Quelques années après seulement, un bardage a été installé pour donner à ce supermarché une apparence plus moderne, telle qu’on l’associe aux supermarchés de nos jours. Un autre élément de l’image n’attire pas particulièrement l’attention tant il nous est familier mais il constitue pourtant un point clé dans l’apparition de nos modes de vie actuels : le parking. En 1961 ce supermarché est l’un des tous premiers en France à s’inspirer des méthodes de ventes en vigueur aux États-Unis, en suivant des préceptes développés par quelques théoriciens de la commercialisation comme Bernardo Trujillo, tels que le célèbre « no parking no business » qui recommande de disposer d’emplacements pour que la clientèle puisse stationner au plus près des lieux de vente. On distingue sur la photographie une autre innovation qui lui est intimement associée : la vente de carburant directement au supermarché, avec des tarifs agressifs, comme le suggèrent les prix barrés. Ceci ayant pour but de fidéliser la clientèle en lui proposant tout ce dont elle peut avoir besoin. Sous nos yeux se dessine la mise en œuvre du « tout voiture » qui va structurer la société dans les décennies suivantes, à savoir une répartition géographique distincte dans la ville, des lieux d’activité : habitations, travail, approvisionnement en biens de consommation et loisirs. On passe de l’un à l’autre en utilisant son automobile, d’abord une par foyer puis une par personne ou presque. Malheureusement ce mode de vie consomme beaucoup de ressources, en matière d’œuvre et en énergie. Ce sont là des difficultés auxquelles notre société actuelle est confrontée : la réduction des ressources et la pollution galopante. Cette image anodine recèle donc un nombre non négligeable d’éléments témoignant de l’état de la société française des années soixante, avec les innovations qui ont forgé notre société jusqu’à nos jours. Elle contient également en germe les difficultés à venir dans les décennies suivantes. En effet si on convertit les usines en centres commerciaux, cela montre la volonté des populations d’accéder le plus rapidement et le plus facilement possible aux biens de consommation disponibles à profusion sur les rayons. Cependant, l’usine Phildar telle qu’elle se présentait avant de devenir « Auchan » fournissait du travail et des ressources à plusieurs centaines d’ouvriers et de contremaîtres. Malheureusement ce ne sont que quelques dizaines de personnes qui sont nécessaires pour faire fonctionner le supermarché. Il y a là une opposition flagrante entre d’une part la volonté de la population d’obtenir des biens de consommation et d’autre part les ressources financières affaiblies par le manque de travail disponible sur la zone. On ne peut s’empêcher de voir là les ingrédients des crises économiques à répétition que nos sociétés connaissent depuis plusieurs dizaines d’années. Le mot « Auchan » lui-même n’est pas non plus anodin puisqu’il est issu du nom du quartier qui a accueilli ce premier supermarché, à savoir le quartier des « hauts-champs », lointain souvenir de la vocation agricole première du lieu. Ainsi sur une seule image on parcourt plusieurs siècles d’activité humaine : des siècles d’agriculture remplacés par la production industrielle qui elle-même s’est vue supplantée par la diffusion de services. Cette photographie à un instant précis d’un lieu bien circonscrit est le reflet de la société de son temps, mais elle montre aussi comment la société a évolué et quels ont été les changements qui l’ont traversée. Elle montre aussi comment la place de la technique a évolué au cours de ces modifications successives.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search