1966 ♦ Et pour quelques dollars de plus (film)

Capture d’écran d’un extrait du film “Et pour quelques dollars de plus ” (1966 en France)

l’heure du duel, du tact et de la répartie

[par Adeline KOUADIO, Licence Cnam Paris]

Digne chef-d’œuvre du grand Sergio Leone, avec la musique originale du tout aussi célèbre Ennio Morricone, ce film a marqué le genre western. Avec Clint Eastwood, Lee Van Cleef et Gian Maria Volontè, c’est l’histoire d’un hors la loi, El Indio, recherché par deux compétents chasseurs de prime. Chacun de son coté au départ, Manco et le colonel Mortimer, finiront par faire équipe. El Indio sera neutralisé par le colonel Mortimer. Son combat n’étant que pure vengeance, Manco repartira avec toute la bande d’El Indio, et l’argent du braquage de la banque d’El paso.
Au travers de cet arrêt sur image, voyons autrement l’histoire de film, celle d’une montre de gousset. Elle apparait pour la première fois lors de l’exécution d’un traitre et de sa famille. Cette montre joue de la musique et l’Indien s’en sert comme d’un compte à rebours. On distingue à peine la photo d’une femme en médaillon, si on y attarde le regard quand l’Indien la tend au bébé. La deuxième fois, lors d’un moment d’attente intense. Puis, le duel final avec les trois hommes. Manco tient la montre du colonel Mortimer, qui est la « jumelle » de celle qu’a El Indio. La fin de la mélodie annonce le début d’un duel. Un duel entre le temps et l’homme ?
C’est une montre à répétition, pourvue d’un mécanisme de sonnerie que l’on peut armer à la demande. Aussi appelées « montre de nuit » parce qu’à l’époque de son invention, elle servait de manière tactile à savoir l’heure pendant la nuit. En 1572, Élisabeth Ière d’Angleterre possédait une montre bracelet offert par le Comte de Leicester. Elle possédait aussi une montre bague à répétition à tact (ou toc). Celle-ci répondait à la règle selon laquelle, il était inconvenant de regarder l’heure en société. Avoir du tact signifiait alors avoir une montre. La répartie ferait référence à la possibilité pour l’homme de contrôler « son temps ».

La montre permet de lire l’heure. En plus de la date, des jours de la semaine avec leurs figures symboliques, les mois et leur durée assortis de leurs planètes régissantes, les phases et âges de la Lune, et aussi les signes du zodiaque. Elle a servi aux amateurs d’astronomie et d’astrologie, à la médecine, l’artillerie et l’ingénierie (pour ne citer que ces fonctions). Les historiens de l’horlogerie considèrent que la miniaturisation de l’horloge à poids a conduit à la montre porter sur soi. Il est alors probable qu’elle soit apparue simultanément dans tous les pays d’Europe à la fois. Appelé garde-temps, elles étaient déjà commercialisées en Italie en 1488. Au XVe siècle naît la montre portative. Avec les progrès de la métallurgie, l’horlogerie gagne en souplesse et en sophistication. Les horloges deviennent plus légères, objet technique et mobilier d’apparat. Au XVIIIe siècle, les montres ornées de peintures sur émaux, riches et somptueuses pour échapper à la convoitise et aux vols, sont rarement mises en évidence. D’où l’intégration de gousset dans les vêtements des hommes; dont la version moderne est la poche dans les gilets à la fin des années 1600. C’est une montre que l’on agrafait sur son vêtement, et que l’on rangeait dans une petite poche intérieure. La montre s’ouvre des deux côtés et possède une glace et un cadran sur lequel tournent de grandes aiguilles dorées ou argentées.

La diffusion du cinéma lui-même digne fils de la révolution de la technique permet de répandre la bonne nouvelle de l’accessibilité des sciences et techniques. La culture populaire au cinéma induit forcément celle des techniques qui composent la société. Ainsi, le cinématographe reste aussi lié au chronographe (moderne) que possible. Du reste, l’année 1965 marque la fabrication de la montre à quarts, bien plus moderne que celle présente dans ce film. Les montres au cinéma ont toutes une vocation massive de répondre aux besoins esthétiques. Elles font la notoriété de leur constructeur, si bien qu’on en oublie parfois leur usage.

La médiatisation de la culture technique s’est transmise dans les médias de masse. Les nouvelles technologies et leurs moyens se servent mécaniquement de la technique pour produire une culture nouvelle : celle du paraître. Plus important aujourd’hui, elle n’est plus qu’un gadget élargissant les possibles. Tous les héros tel Indiana Jones et James Bond incarne la culture populaire qui berce les comportements économiques et personnels des publics. Leurs accessoires sophistiqués – ou non – font de ce même public un parfait amateur de techniques. Héros ou hors-la-loi, il se fait le vecteur culturel de la montre par l’identification immédiate du public à l’un ou l’autre des personnages. On peut sans risque affirmer que le cinéma a valorisé la culture populaire de la montre. Mais qu’en est-il de l’actualité de la technique si elle se définie aux yeux de la société comme une simple médiation esthétique ?


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search