1969 ♦ Alunissage d’Apollo XI (vidéo)

Capture de la vidéo archive de l’alunissage de la mission Apollo XI. Neil Armstrong juste avant son premier pas sur la Lune. NASA, 20/07/1969.

Le petit pas d’un homme

[par Justine LOUVEL, Magister CNAM Paris]

Un évènement historique. Lors de la retransmission en directe mondiale de l’alunissage américain ce sont des images floues que les téléspectateurs du monde entier ont découvertes dans la nuit du 20 juillet 1969. L’astronaute américain Neil Armstrong, chef de la mission Apollo XI, est le premier homme à poser le pied sur le sol de la Lune. On le voit descendre l’échelle du module lunaire, puis faire son premier pas. La retransmission de l’exploit en direct a véritablement constitué un événement de l’histoire des médias. Le premier homme sur la Lune est donc un civil (alors que l’un de ses coéquipiers est un militaire). Il semblerait que ce choix soit politique, comme celui de ses premiers mots « C’est un petit pas pour un homme, un grand bond pour l’humanité ».
Cet évènement se produit dans un contexte de course à la conquête spatiale USA/URSS pendant la guerre froide, après un premier point marqué par l’URSS et Youri Gagarine, premier homme à se rendre dans l’espace.
Un exploit technologique. C’est le 16 juillet 1969 à 13 h 32 UTC que le lanceur Saturn V, pesant plus de 3 000 tonnes, décolle de Cap Canaveral. Il faudra 4 jours de transit de la Terre à la Lune et un ordinateur de module lunaire d’une puissance équivalente à celle d’une calculatrice bas de gamme des années 2000 pour que la mission Appolo 11 alunisse. Armstrong se verra même obligé d’atterrir manuellement dans la mer de la Tranquillité.
Pour suivre cet alunissage, une caméra fixe est installée sur le hublot droit du module lunaire et permet de voir la plateforme de départ, l’échelle, le pied du module et une partie du sol lunaire. C’est cette caméra qui retransmet les premières images de la Lune. Elle est activée par Neil Armstrong pendant sa descente des neuf marches du module.
Un haut fait très médiatique. Les images sont retransmises en direct sur l’ensemble de la planète. On estime que 500 à 600 millions de téléspectateurs et d’auditeurs ont suivi l’atterrissage et la marche du premier homme sur la Lune (sur une population mondiale estimée de 3,631 milliards de personnes). Trente-six chaînes de télévision sont présentes au centre de Houston, dont celle de la télévision publique roumaine, seul pays du bloc de l’Est présent. La salle de presse de Houston a accueilli 3 497 journalistes accrédités dont des délégations étrangères composés de 111 journalistes japonais, 80 italiens, 64 britanniques, 57 français, 44 allemands, 38 argentins, 38 mexicains, 32 canadiens, 21 australiens, 20 espagnols et 19 brésiliens. Les images et sons en provenance de l’Eagle depuis la mer de la Tranquillité sont récupérés par le Goldstone Deep Space Communications Complex.
Les images du module lunaire sont émises vers le vaisseau Apollo en orbite autour de la Lune, qui les transmet à la Terre. Elles sont encodées selon les normes américaines, pour diffusion sur chaine européenne il y a un besoin de ré-encodage aux normes européennes. Les images couleurs deviennent des images en noir & blanc. Pour la première chaîne française, un groupe de travail international d’ingénieurs est coordonné pour la retransmission ainsi que des journalistes français pour préparer le programme télévisé. D’ailleurs les journalistes français ne relèvent pas du tout la phrase devenue mythique de N. Armstrong.
Une empreinte indélébile. C’est un évènement qui a marqué le XXe siècle et fait rêver des générations. Cependant, aujourd’hui un certain nombre de personnes pense que cet évènement est un complot (6% américain en 1999). La théorie du complot nait dans les années 70 et est alimentée en 2001 par un documentaire de Fox TV et de nombreux forums internet. La rumeur la plus persistante étant celle où la NASA a embauché Stanley Kubrick pour filmer une fausse mission Apollo 11, qui a donné lieu à un « moqumentaire » (documentaire moqueur) Opération Lune (2002) qui réussit à jeter le trouble et nous rappelle le pouvoir des images et leur possible manipulation.
Des projets futurs ? Ce fut le premier de l’humanité sur la Lune, qui ne fut pas suivi par un second (pas de base lunaire, pas de mission habitée vers un autre astre du système solaire), dû au coût élevé et à l’abandon des programmes. Pourtant, les retombées et transferts technologiques sont nombreux aujourd’hui (satellite pour télé et GPS, micro-onde, ordinateurs, images médicales…). Le CNES estime une retombée économique de 20€ pour 1 € investi.
Malgré des contraintes budgétaires fortes les gouvernements du monde entier s’intéressent pourtant encore et toujours à l’exploration spatiale. En effet il existe des enjeux majeurs en termes de recherche et développement, de politiques internationales et enfin, de compétitivité pour toute l’industrie spatiale et bien au-delà. Le secteur industriel spatial sait passer de l’invention de laboratoire à la réalisation industrielle.
Cet intérêt des États se traduit par plusieurs projets visant la Lune ; le projet chinois Chang’e 2017, le projet russo-européen Luna 27 2020 et celui des USA pour Mars d’ici 2030. En 2016, le directeur de l’Agence spatiale européenne souhaite que la communauté internationale construise un projet commun d’exploration spatiale en commençant par installer une base lunaire permanente à des fins scientifiques ou commerciales.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search