1972 ♦ Plaque des sondes Pionner 10 et 11 (objet)

Plaque métallique placée sur les sondes d’exploration spatiale Pioneer 10 et 11

la quête de l’image universelle

[par Frédéric PITOUT, Magiste Cnam Paris]

Cette plaque se trouve à bord des sondes spatiales Pioneer 10 et 11 lancées respectivement en 1972 et 1973. Pourquoi ces gravures se sont retrouvées sur des engins partis explorer les confins de l’espace ? Pour communiquer ! Oui, communiquer avec d’hypothétiques formes intelligentes extra-terrestres que pourraient rencontrer les sondes. Cette plaque est la première tentative de message, scientifique en l’occurrence, qui est destiné à être universellement compris, accessible à tous, à toute logique, à toute forme d’intelligence. Vaste défi ! Quel message faire passer et comment ?

C’est à Carl Sagan, astronome américain et romancier à ses heures, qu’est revenue la responsabilité de concevoir un message le plus universel possible. Avec son collègue Franck Drake, connu pour ses travaux sur la recherche d’intelligences extraterrestres, Carl conçoit en trois semaines l’ensemble des dessins qui seront gravés par Linda son épouse, sur une plaque faite d’un alliage aluminium-or anodisé. Elle mesure 229 mm de long, 152 mm de haut et 1,27 mm d’épaisseur.
Regardons cette plaque de plus près. On y voit un homme et une femme qui représentent le genre humain. La sonde sur leur gauche est schématisée à la même échelle pour donner une idée de leurs tailles. Le système solaire tout en bas de la plaque est représenté avec le Soleil à gauche et les 9 planètes (Pluton comprise donc) alignées sur sa droite. Le début de la trajectoire de la sonde, partant de la Terre est indiqué par une flèche. Sont aussi représentées des choses un peu plus pointues comme à gauche, 14 pulsars qui indiquent la position du Soleil dans notre Galaxie grâce à leur période d’émission codées en binaire et leurs distances au Soleil, ainsi que, juste au-dessus, la transition entre deux états (hyperfins) de l’atome d’hydrogène.

Il faut savoir que cette plaque s’est vite retrouvée au centre de polémiques. Les plus anxieux se sont inquiétés : et si des petits hommes verts belliqueux nous retrouvaient grâce aux informations transmises ? Les plus militants se sont scandalisés du fait que l’homme et la femme représentés paraissent blancs. Les plus pudiques se sont outrés de la nudité du couple. (Encore aujourd’hui, certains sites web pudibonds mettent en garde contre la nudité représentée par cette plaque !)

Plus constructivement, des sceptiques ont mis en doute l’intelligibilité des dessins. La flèche par exemple. Pour nous elle indique sans ambiguïté un sens de mouvement par analogie avec une flèche qui file vers sa cible mais rien ne dit que cela sera bien interprété par une autre forme d’intelligence. De même le salut de la main pourrait fort bien être interprété comme un geste menaçant. Se pose alors la question de l’universalité d’un dessin. Cette plaque repose sur des postulats très contestables : les éventuels êtres qui verront ces représentations seront doués d’intelligence, de connaissance et de logique proches des nôtres. Ils seront même physiquement proches de nous ; comment reconnaître en l’homme et la femme des êtres vivants autrement ? Comment donc transmettre à quelqu’un (quelque chose ?) qui ne sait rien de notre monde, uniquement par des dessins et des schémas ? Peut-on réellement apprendre d’un dessin ou un dessin ne fait-il que représenter ce que l’on sait déjà ? En d’autres termes, passer de la dénotation à la connotation sans grille de lecture ou de compréhension est quasiment mission impossible.

Au-delà de la signification des gravures, on peut s’interroger sur la motivation réelle, probablement inconsciente, de cette initiative. Cette plaque avait pour but la communication (assez improbable) avec d’autres civilisations. Ça ressemble davantage à un désir de laisser une trace, une empreinte, un futur vestige du passage de l’humanité dans notre univers, comme une bouteille à la mer un brin désespérée. C’est en tout cas un objet qui nous interpelle et qui pose une question profonde : sommes-nous seuls ? Il est d’ailleurs intéressant de constater que certains de nos contemporains se sont (ré)appropriés ce message qui ne leur était pas initialement destiné. Cela prend la forme d’objets de la vie de tous les jours : T-shirts, tasses, badges, bijoux. Certains n’hésitent pas à se le faire tatouer, tout ou partie. Que veulent dire – consciemment ou pas – ces gens en arborant ces dessins ? On peut imaginer toutes sortes de significations : revendiquer leur appartenance à l’humanité ; exprimer leur conviction de ne pas être seuls dans l’univers ; conjurer notre sort d’humains condamnés à demeurer dans notre « prison terrestre » (Hannah Arendt) ; braver la frayeur du « silence éternel de ces espaces infinis » (Blaise Pascal) ; etc.

Plus prosaïquement, une utilisation didactique de la plaque peut s’avérer riche puisque de nombreuses notions y sont abordées : système solaire, gravitation, voyages dans l’espace, système binaire, pulsars, physique atomique, sort de Pluton, etc. D’ailleurs, preuve de sa notoriété, on la retrouve dans de nombreux ouvrages de physique de lycée et dans des ouvrages de vulgarisation ; elle est même largement parodiée ici et là (voir l’Exoconférence d’Alexandre Astier). Comme quoi, en attendant une très hypothétique rencontre extra-terrestre, c’est sur notre bonne vieille Terre que cette plaque fait le plus parler…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.