1988 ♦ Jacques Chirac en campagne (cliché)

comment mieux vivre à Paris

[par Lauriane OBRY, Certificat Cnam Paris]

Dans cinq ans, on pourra à nouveau se baigner dans la Seine. Et je serai le premier à le faire ! … Ces quelques mots ont été prononcé le 28 novembre 1988 par Jacques Chirac, alors maire de Paris. Cette fameuse promesse a immédiatement suscité de nombreuses railleries. Elle fut le point de départ d’un engouement politico-scientifique. La médiatisation de cette déclaration donne à l’opinion publique l’occasion de s’interroger sur la propreté du fleuve et sur le respect de l’environnement, ce qui soulève des questions sanitaires d’ordres scientifiques et techniques.

A plus d’un titre, la Seine est au cœur de Paris. Elle est un axe central : atout territorial et économique de la ville. Fleuve nourricier, elle a longtemps permis l’approvisionnement de matériaux de constructions, mais aussi de denrées alimentaires. Au-delà de son activité portuaire et commerciale, elle fut, aussi bien, une formidable source d’énergie, un lieu culturel, qu’une simple voie d’évacuation des eaux usées.
La densification de ces activités, dès le XVIIIe siècle, a posé de nouveaux problèmes en termes de circulation et surtout, de risques sanitaires. En 1923, la première interdiction de baignade dans la Seine fut prononcée, en raison de la mauvaise qualité de l’eau. Celle-ci s’ajoute à de nombreux décrets, déjà publiés, mais dont les raisons étaient davantage morales que sanitaires. Pourtant, malgré ces multiples interdictions, il n’a pas été toujours simple d’empêcher les parisiens de se baigner par fortes chaleurs ; les célèbres photographies prisent par Robert Doisneau dans les années 1950 en sont la preuve.
Ainsi, la dépollution promise par Jacques Chirac en 1988 n’est pas un acte dénué de sens. En réalité, ses propos s’inscrivent dans un cadre particulier : le maire de Paris prépare sa campagne présidentielle dans laquelle il présente un plan intitulé « Bien vivre à Paris ». La question de la propreté de la Seine y est clairement évoquée. Les français en sont amusés plus que séduits. Dans le même temps, Jacques Chirac perd les élections nationales. Cela ne l’empêche pas, le 15 mai 1990 (soit deux ans après son premier discours), de réitérer sa promesse lors de l’émission télévisée “La Marche du Siècle” sur FR3. Il profite de l’audience pour lire un passage du magazine “Le Chasseur Français” : « Dans la Seine, la variété des espèces est en constante augmentation. Au dernier recensement, plus de 25 poissons différents trouvaient des conditions de vie adéquates ». Malgré toute l’énergie mobilisée, Jaques Chirac ne convainc pas. La Seine reste impropre à la baignade. Dans les faits, au début des années 1990, seulement 10 à 15 espèces de poissons sont recensées dans le fleuve. D’importantes quantités d’eaux provenant des usines automobiles et pétrochimiques, des terres céréalières chargées de pesticides, ou encore des centrales thermiques et nucléaires, sont déversées dans la Seine sans être traitées par les stations d’épuration. La situation sanitaire et écologique est encore loin d’être satisfaisante. Néanmoins, l’ancien maire n’aurait-il pas encourager une prise de conscience nationale?

Trente ans après la publication d’un premier acte (16 décembre 1964), une seconde loi est votée le 3 janvier 1992. L’eau est reconnue « Patrimoine commun de la nation ». La mise en place d’un SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) ainsi que d’un SAGE (Schéma d’Aménagement et des Gestion des Eaux) est désormais clairement notifiée, afin de favoriser un meilleur traitement des eaux. Une troisième grande loi est votée le 30 décembre 2006 qui encourage les opérations d’assainissement.
Le SIAAP (syndicat interdépendant d’assainissement de l’agglomération parisienne), crée en 1970, est l’un des outils permettant la mise en place des différentes politiques menées. Ce service public francilien traite quotidiennement, dans six usines, 2,5 millions de mètres cube d’eaux usées, utilisées par 9 millions d’individus.

Aujourd’hui, 20 à 25 espèces différentes de poissons nagent dans la Seine. Mais, même si la majorité des flux est filtrée, la qualité de l’eau ne permet toujours pas de s’y baigner compte-tenu du risque de contamination microbiologique encore trop élevé. Pourtant, les tentatives d’organiser des rendez-vous sportifs dans la Seine affluent, mais aboutissent rarement en raison des avis négatifs émis par l’Agence Régionale de Santé (ARS) et par la Préfecture de Police de Paris. Au-delà des risques sanitaires, la baignade dans la Seine renvoie toujours à de nombreux enjeux politiques et économiques. La question de la régulation du trafic fluvial lors de ces événements nautiques en est un exemple. Tous ces éléments n’ont pourtant pas dissuadé l’actuelle maire de Paris, Anne Hidalgo, de renouveler la promesse en 2024. Rendez-vous est pris !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search