1997 ♦ Contact (film)

Arrêt sur image 30’12 du film Contact, de Robert Zemeckiss, avec Jodie Foster, 1997

un monde de la recherche pas si isolé

[par Elsa SCHERER, Magister CNAM Paris]

Dans cette séquence du film Contact, Ellie Arroway, une scientifique qui travaille pour le programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) à la recherche de signaux envoyés par une intelligence extra-terrestre, cherche à défendre son projet pour obtenir un financement de la fondation du milliardaire R.S. Hadden. Elle doit faire appel à des investisseurs privés après que le gouvernement ait alloué ses ressources à d’autres programmes qu’il jugea alors moins futiles.
Le film offre une vision qui se veut réaliste de la recherche en nous permettant d’observer la chercheuse hors de son laboratoire, ou plus exactement de son centre d’écoute spatial, et des stéréotypes. On peut voir dans cette scène qu’elle a dû se déplacer aux bureaux de la fondation Hadden pour entrer en relation avec ses potentiels investisseurs, leur exposer et défendre son projet. D’autre part elle ne porte ni des vêtements de tous les jours, ni l’« habit fonction » classique du scientifique : la blouse blanche qui permet dans la fiction d’identifier un scientifique en tant que tel, mais des habits de ville formels qui siéent aux discussions d’ordre financier. Ce film montre aux spectateurs que les chercheurs évoluent dans différents environnements car ils ne sont pas des êtres unidimensionnels qui ne se définissent que par leur travail de recherche. Et en plus de cela, qu’ils savent s’y adapter, notamment par les codes vestimentaires, car la recherche comporte un travail annexe qu’est la recherche de financements où il faut convaincre ses investisseurs.
Dans cette séquence, alors que les trois personnes décidant des financements viennent d’objecter que son projet tient plus de la science-fiction que de la science, elle vient de se rapprocher d’eux mais reste séparée par une table aux proportions démesurées. La caméra finit même par sortir du cadre les potentiels investisseurs : ils ne sont plus sur le même plan. Plan cinématographique comme plan métaphorique. Ils ne parlent pas le même langage, ne partagent pas la même réalité, comme s’ils ne comprenaient pas ce qui anime, au sens même de donner une âme, les recherches d’Ellie Arroway et de son équipe. Ce cadrage nous fait comprendre le gouffre entre ces deux mondes, celui de la recherche et des investisseurs, et combien il peut être difficile de les atteindre pour les convaincre de financer un programme de recherche.
Cette difficulté à convaincre est également représentée par l’espace qu’occupe Jodie Foster, qui interprète la chercheuse, dans le cadre. Au départ elle prend très peu de place, semblant très petite comme mangée par la pièce et le bureau. On peut déduire de cela qu’elle semble peiner à atteindre ses interlocuteurs et donc à les convaincre. Mais le travelling se rapprochant d’elle au fur et à mesure de son discours passionné, elle prend de plus en plus de place dans le cadre, devient plus présente, la rapprochant du spectateur pour le convaincre lui, à défaut de convaincre les investisseurs dont on sait pas s’ils ont changé d’avis car ne sont plus présents à l’écran.
D’autres éléments viennent appuyer le discours d’Ellie Arroway auprès du spectateur : les tableaux positionnés derrière elle. Le tableau de droite avec le visage d’une femme, qui est dans la même position qu’elle, vient doubler sa présence. La couleur rouge du tableau renforce la passion de son discours. L’expression de la femme du tableau peut être sujet à discussion, mais une de ces interprétations peut être la douleur : la douleur d’un énième refus. Quant au deuxième tableau, juste derrière sa tête, les lignes semblent sortir de sa tête et vont accentuer l’intensité de son discours. Mais ces lignes sont arrêtées, restreintes, par le cadre du tableau. On ne sait si elles et le discours d’Ellie Arroway arrivent à atteindre les potentiels investisseurs qu’on ne voit plus dans le cadre.
Cependant, cet isolement, cette absence d’interlocuteur visible dans le plan est un double artifice que l’on peut constater grâce au reste du film. En effet, un chercheur, de nos jours, n’est pas un être isolé car il fait généralement partie d’une équipe de recherche. De plus, il est en relation avec ses financeurs qu’il doit convaincre, comme dans cette séquence, et doit faire face aux réactions des différents pans de la société : que cela soit la société civile, le gouvernement ou même l’armée. Cet artifice est double car cette séquence se conclue par un retournement de situation : un cinquième personnage, en plus de Ellie Arroway et de ses trois interlocuteurs, était présent sans être visible. Le milliardaire R.S. Hadden lui-même avait assisté à cet entretient par vidéo, comme nous spectateur, et a été convaincu, comme nous spectateur, par le discours de la scientifique. Après une discussion téléphonique, parlant à travers un des personnages présents dans la pièce, le milliardaire annonce sa décision, providentielle, de financer les travaux de la chercheure Ellie Arroway.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search