2000 ♦ La méridienne verte (objet)

Médaillon commémoratif en bronze, fixé sur une borne à Paris, au point d’intersection de la rue de Rivoli et du passage de Richelieu (20 cm de diamètre). Photo mai 2016, I. Charton.

ligne imaginaire posée sur l’an 2000

[par Isabelle CHARTON, Licence Cnam Paris]

Au croisement de la rue de Rivoli et du passage Richelieu, elle est là, assise sur une borne, adossée à l’une des portes du Musée du Louvre. Elle arbore un air discret, mais non moins mystérieux. Cet œil de bronze présente en effet quelques signes étranges. Des points relient Dunkerque à Barcelone. Des courbes sont traversées d’inscriptions : An 2000 – La méridienne verte. L’objet, en bronze, est en réalité l’empreinte urbaine et artistique d’une histoire, d’un projet politique au croisement des sciences, des techniques et de la société.

La méridienne originelle est abstraite, une ligne imaginaire et conventionnelle, fruit de mesures sur le terrain et de calculs. Il y a trois siècles, elle est associée à la Révolution française pour donner naissance à la définition du mètre. Elle va défendre sa fonction de méridien d’origine, longtemps référence du temps universel. En cartographie, le méridien en question sert de référence. Il permet de fixer le 0° de longitude. On y associe le système des fuseaux horaires en comptant les longitudes en heures, minutes et secondes, vers l’Ouest ou vers l’Est. Autrefois, chaque puissance maritime disposait de son propre méridien afin de situer ses navires à la surface du globe.

Avec le passage à l’An 2000, la méridienne de France (ou méridien de Paris) se matérialise à partir d’un tracé végétal. Son jardinier-architecte, Paul Chemetov, symbolise de cette façon le lien de modernité qui unit entre eux les êtres humains. La méridienne verte suit en partie la célèbre méridienne de France par des bornes et des arbres plantés entre Dunkerque et Barcelone. Elle traverse 8 régions, 20 départements et 336 communes. A trois siècles de distance, elle double le message de modernité et l’actualise avec la question environnementale.

Le prestige du Méridien de Paris s’est évidemment érodé au fil des siècles. Sa commémoration, à l’occasion du passage à l’An 2000, permet aux autorités politiques contemporaines d’en rappeler l’importance en le matérialisant dans le bronze. Elle rappelle le rôle du méridien dans la conquête de l’espace-temps, entre ciel et terre. Grâce à ce dernier, nous connaissons notre position géodésique, car à chaque point passe un méridien (longitude) et un parallèle (latitude). Ces points d’intersection permettent de placer avec exactitude un lieu sur une carte.

La naissance de la méridienne de France remonte au 21 juin 1667 (jour du solstice d’été), lorsque l’astronome Jean-Félix Picard, dit l’abbé Picard (1620 – 1682) obtient avec une précision suffisante une 1ère valeur de la longueur du rayon terrestre. Les mathématiciens de l’Académie calculent alors une ligne à partir d’un emplacement qui abritera par la suite l’Observatoire de Paris. Son premier directeur, Jean Dominique Cassini (1625- 1712), en achèvera la mesure en 1718.
Durant la période de la Révolution, il est mesuré à nouveau de Dunkerque à Barcelone par Delambre et Méchain, à la demande de la Convention afin de servir de base au système métrique. En mars 1791 naissait ainsi le mètre dont la longueur est définie comme égale à la dix millionième partie du quart du méridien terrestre. Basé sur cet élément de nature apolitique, il fut adopté presque partout.

En 1884 cependant, la détermination du méridien fut de nouveau le théâtre d’enjeux géopolitiques. Une convention internationale adopte son concurrent – le méridien de Greenwich – comme standard international. En échange, les Français obtenaient l’adoption du système métrique par les anglais.

Le méridien de Paris affiche un temps de moins de 9 minutes et 21 secondes par rapport à celui de Greenwich.

Si la méridienne de France n’est plus notre « Marianne », ce médaillon de bronze nous en rappelle son tracé, elle demeure dans nos cœurs comme un fil d’Ariane dans ce manège cosmologique. Elle poursuit inlassablement son tour du monde du Nord au Sud. Elle revient toujours à son point de départ, l’Observatoire de Paris, sa maison natale.

Il en aura fallu de l’ingéniosité sous Louis XIV pour la concevoir et de l’esprit sous la Révolution Française pour la déclarer universelle !
Vous cheminerez peut-être de médaillon en médaillon, comme à l’époque des cartographes : Méchain et Delambre avec leur quart de cercle, observez la méridienne vers de nouveaux horizons, et votre imaginaire percevra peut être le vœu de ses créateurs révolutionnaires : « À tous les temps, à tous les peuples ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.