2008 ♦ Nos enfants nous accuseront (film)

Film documentaire de Jean-Paul Jaud sorti en 2008 « Nos enfants nous accuseront »

science et écologie : une médiation durable ?

[par Fabienne VELTER, Magister Cnam Paris]

Cette image est extraite d’une des séquences du film documentaire de Jean-Paul Jaud sorti en salles en 2008 sous le titre « Nos enfants nous accuseront ». Elle campe un agriculteur sur son tracteur cultivant ses terres. Il est protégé de la tête aux pieds par un masque et une combinaison.

Le reportage se déroule à Barjac, une petite commune des Cévennes. Le thème s’articule autour des problèmes environnementaux et sanitaires liés au mode de culture agricole et de consommation actuel. L’agriculture intensive est ainsi placée au cœur du débat. Elle est la technique agricole la plus répandue dans le monde (la France est le 1er pays européen à la pratiquer et le 3ème au niveau mondial). Elle combine sciences industrielles (machines) et sciences directes : utilisation de pesticides et d’engrais chimiques de synthèse (propagation de 140 millions de tonnes dans le monde et par an). Elle a pourtant permis de répondre en partie à une problématique de taille : l’insécurité alimentaire. Elle est aussi accusée d’être responsable de l’affaiblissement des sols, de la perte de la biodiversité et de graves problèmes de santé humaine.

Cultiver et consommer “bio” serait une alternative. Cependant, la conversion au « tout bio » semble complexe : l’agriculture durable suffirait-elle à lutter contre l’insécurité alimentaire ? Quelles conséquences cela aurait-il sur l’économie agricole (réduction des rendements et pertes de bénéfices pour les agriculteurs, prix élevé des produits bio pour le consommateur) ? Le documentaire s’évertue à démontrer que la culture et la consommation durable sont la solution, mais à la condition de rééquilibrer l’alimentation, de redistribuer plus astucieusement les subventions et de consommer différemment.

Le film débute par une conférence à la maison de l’Unesco. Le Dr John P. Meyer, chercheur en sciences pour la santé environnementale s’adresse à son auditoire du jour : « En incluant vos familles et amis, combien d’entre vous ont été directement ou indirectement atteints d’un cancer ? » Même question pour le diabète et la stérilité. Au final, la quasi-totalité des mains sont levées, toutes maladies confondues. Et de conclure : « Regardez autour de vous. Vous verrez qu’un pourcentage important de gens qui habitent notre planète est atteint d’une maladie que la science croit liée aux facteurs environnementaux. Cette nouvelle génération d’enfants est la 1ère dans l’histoire moderne à être en moins bonne santé que ses parents ». Le ton est donné, l’alerte est lancée.

Des témoignages d’agriculteurs conventionnels aboutissent à des chiffres dramatiques pour des maladies de type neurologiques ou pour les leucémies infantiles. 75% des espèces ont disparu en une centaine d’années. 30% des cancers sont estimés liés à la pollution, 40% à l’alimentation, dont celle sous la forme de nourriture distribuée dans les cantines et les écoles (pesticides, plombs, nitrate retrouvés dans les boîtes de conserve, l’eau, le pain).

Le reportage est assurément une charge contre l’agriculture intensive qui nécessite des machines agricoles et des intrants (plus de 30 000 produits). Sensibiliser pour cultiver et manger “bio” pour la santé, réduire la consommation de viande à l’échelle planétaire et rééquilibrer la répartition des produits végétale au bénéfice de l’être humain (55% sont aujourd’hui en réalité destinés à l’élevage du bétail) pour lutter contre la faim dans le monde. Relancer la demande de l’agriculture française “bio” et subventionner la restauration collective pour que les agriculteurs vivent de leurs produits. Telles sont les quelques réponses aux interrogations et craintes posées face aux enjeux humains et économiques d’une conversion 100% “bio”.

Avec la prise de conscience des enjeux environnementaux qui émerge après les années 60 et qui s’intensifie au début du 21e siècle, avec les campagnes de sensibilisation opérée à travers le cinéma, la télévision et internet, mais aussi l’enseignement scolaire et supérieur, les sensibilités ne cessent effectivement de s’exacerber. Des termes de science – quel que soit le domaine –  tels que les mots et expressions « environnement », « écologie », « recyclage », « énergie renouvelable », « développement durable », « chimie verte » y sont très largement associés. Des conférences internationales à l’image de la COP21 qui s’est tenue à Paris en décembre 2015 et préparée avec les publics des mois à l’avance au travers de campagnes de communication massive en lien avec les médias popularise le thème de l’environnement comme priorité et urgence interplanétaire.

La sécurité alimentaire est profondément liée à l’environnement. L’ONU évalue la population mondiale à 9,2 milliards d’ici 2050 et à 80% l’accroissement nécessaire de la production alimentaire. L’agriculture raisonnée peut elle constituer le mixte entre respect de l’environnement et rentabilité permettant de relever le défi ?


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search