2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée)

Couverture en couleur de la bande-dessinée “Les chroniques de la plateterre. Le pendule de Foucault”, de Didier Convard, Eric Adam et Fred Vignaux, paru chez Glénat en 2012.

lire et non voir tourner la terre

[par Mohamed AOUBAID, Certificat Cnam Paris]

Dans un monde post-apocalytique, la redécouverte de la science… La jeune et impétueuse Kunnskap enrage : comme tous les autres habitants de la Plateterre, elle est obligée de se soumettre à la doctrine de la Voie, la religion en place. Dotée d’une intelligence supérieure, elle brûle de s’affranchir de cette domination oppressante et de permettre enfin à tous d’accéder aux connaissances scientifiques. Elle appartient à une communauté secrète de rebelles hérétiques qui recueille le précieux témoignage d’un voyageur. Celui-ci affirme qu’il existe une population ayant choisi de ne pas suivre la Voie, et dont les membres se nomment les Foucault. Ces derniers détiendraient de quoi faire tomber le clergé : la preuve irréfutable que la terre tourne Sur une planète Terre où l’humanité repart à zéro, cette bande dessinée nous emmène à un moment clé où l’audace d’une poignée d’hommes permettra à ses pairs de s’affranchir de l’obscurantisme.

Le Musée des arts et métiers en partenariat avec les éditions Glénat, ont publié en septembre 2012, la bande dessinée « Les chronique de plateterre, Le Pendule de Foucault ».
Mais qu’est-ce qui se cache derrière l’expression « bande dessinée » ? Pour certains, la bédé évoque tout ce qui est caricatural et humoristique, dessiné dans un style graphique « gros nez », autrement dit le « style franco-belge », Ce serait pourtant trop réducteur de cantonner cet art de la narration à un style caricatural, aussi emblématique soit-il. Tenons-nous en à la définition proposée par Scott McCloud dans son célèbre ouvrage « l’art invisible » Sa définition de la BD est : « images picturales et autres fixes volontairement juxtaposées en séquences ». Autrement dit, tout est BD (ou presque) pourvu que les images soient fixes et construites en séquence. Le format de la BD n’a cessé d’évoluer avec la transformation de son support : à l’origine, la BD était publiée en album à l’italienne (format horizontal) avant que l’album de 46 pages à la française (format vertical) ne se répande durant la seconde partie du vingtième siècle. Aujourd’hui, le web tend à imposer de nouveaux standards et permet à toute personne disposant d’un accès à Internet de publier ses productions sur la toile.

Autre les démonstrations publiques du mardi au dimanche, le musée des arts et métiers s’est emparé de cette BD « les chroniques de la plateterre » pour offrir au public la possibilité de découvrir le principe du pendule, à travers le prisme d’un art.

L’objectif de cette initiative est de crée une extension de cette démonstration, au-delà les murs, toucher un plus large public et pourquoi pas, un nouveau public par le biais d’une pratique artistique. C’est également une manière de faire de la communication autour du musée via un support original, différent des supports traditionnels.

Même si cela ne date pas d’aujourd’hui, Il s’agit ici d’une expérimentation en médiation des sciences d’une forme artistique, dont le fil conducteur est le récit, c’est une œuvre élaborée, ou « co-construite », par des médiateurs scientifiques ou professionnels de la médiation en collaboration avec des artistes, Didier Convard, Eric Adam et Fred Vignaux, scénaristes et dessinateurs.

Nous sommes face à un exemple d’outil de médiation fondé sur les atouts du croisement des sciences avec la littérature et le dessin, dans un objectif affiché d’un apprentissage des sciences.

La fiction scientifique, telle qu’on la découvre dans cette BD, cache au cœur de l’histoire une explication du principe du pendule, et le récit permet de faire le lien, à la fois entre les éléments de connaissances transmis, mais aussi entre le lecteur, les auteurs et le musée.

Conclusion. Le champ de la pratique artistique comme outil de médiation scientifique est peu fréquenté mais se montre pourtant fécond. La bande dessinée, par sa double nature artistique et médiatique, constitue un support efficace de transmission. Sa lecture, qu’elle se fasse pour le plaisir personnel ou dans le cadre plus formel de la classe, est un outil bien connu dans le monde éducatif, en milieu scolaire ou associatif. En France, L@BD et l’association Bulle en tête, développent des outils en lien avec la BD à cet effet. Il reste que comme tout support narratif, l’album de bande dessinée se lit seul, et son récit, à moins d’être véritablement conçu explicitement pour la transmission de connaissances « présence d’un narrateur/savant, notes de l’auteur, annexes pédagogiques, schémas complémentaires » soufre d’un manque d’accompagnement. L’objet en soi ne suffit pas à acquérir les connaissances, dans l’optique d’un apprentissage, sans l’aide d’un professeur, par exemple.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search