2013 ♦ Gingerbread man (objet)

Dissected Gingerbread man – Jason Freeny (objet décoratif)

l’art de l’anatomie ludique

[par Caroline SINEAU, Certificat Cnam Paris]

Le bonhomme de pain d’épices est une figure délicieuse, traditionnelle et incontournable des hivers anglo-saxons et fêtes de fin d’année. Son apparition est estimée au XVIe siècle. En effet, les premiers bonshommes de pain d’épices connus auraient été servis à la cour de la reine Élisabeth I d’Angleterre (1533 – 1603) qui aimait beaucoup offrir à ses invités de marques des bonshommes à leur effigie. Il est, depuis, devenu un personnage récurrent des contes merveilleux. Il occupe une place de choix dans l’imaginaire collectif. On a récemment pu à ce titre le croiser au casting de la série des films d’animation mondialement célèbre « Shrek ».
Le bonhomme de Pain d’épice dont il est question ici n’est point une sucrerie mais un ornement en trois dimensions fait de plastique coloré, destiné à décorer les sapins de noël de par le monde. Il a été crée en 2013 par le sculpteur Jason Freeny, conçu tout spécialement pour être produit en grand nombre et vendu partout dans le monde (il est fabriqué et distribué par l’entreprise Mighty Jaxx avec laquelle l’artiste s’est associé).
Cette figurine, correspondant en tous points à l’image « traditionnelle » du bonhomme de pain d’épices avec sa couleur marron, et son costume fait de traits et de points blancs, donne à voir son squelette détaillé ainsi que certains de ses organes vitaux (poumons, foie, système digestif) qui apparaissent sous sa peau de pain d’épice semblant avoir été croquée par un impatient gourmand.
Jason Freeny est un artiste américain né en 1970. Il est spécialisé dans la sculpture, la création de jouets et d’images numériques. Ses planches et sculptures anatomiques de jouets et de figures populaires l’ont rendu célèbre. Barbie© et divers personnages Legos© sont passés comme tant d’autres sous son scalpel afin de révéler leur « beauté intérieure ». Ses premières illustrations anatomiques datent de 2007, tandis que ses premières sculptures sur ce thème apparaissent en 2010.
Ce Gingerbread man (bonhomme de pain d’épices en français) fut, au départ, une planche anatomique dessinée par l’artiste, représentant avec force détails et légendes les systèmes sanguin, digestif, urinaire, respiratoire ainsi qu’un squelette complet, bien qu’imaginaire de ce personnage. Cette représentation fut simplifiée lors de la création de la sculpture en trois dimensions qui servi de modèle à la production à grande échelle de l’objet final.
Le bonhomme de pain d’épices traditionnel étant une figure inspirée de l’humain, son modèle écorché l’est tout autant dans ses caractéristiques anatomiques. On retrouve donc, avec une grande fidélité, des attributs de l’espèce humaine autant au niveau de la représentation du squelette que de celle des divers organes qui deviennent ainsi, facilement identifiables. Cela semble donner vie à cette figurine, un peu comme ce fut le cas lors des diverses apparitions dans des films d’animation de ce personnage.
L’imaginaire collectif rencontre ici l’imagerie médicale. Le Gingerbread Man de Jason Freeny a ceci de particulier qu’il emprunte son esthétisme aux écorchés des salles de classe des sciences de la vie et de la Terre, à ceux des facultés de médecine, des planches anatomiques et mannequins figurant l’humain dans toute son exactitude anatomique, sans la couche protectrice de la peau.
Ces représentations sont aussi très anciennes et quasi-contemporaines des bonshommes de pain d’épices traditionnels. L’idée de dessiner le nu sans peau pour une meilleure représentation des muscles lors d’un mouvement apparaît pour la première fois dans le traité De pictura de l’architecte et théoricien Leon Battista Alberti (1435). Elle acquiert un caractère scientifique chez Leonardo da Vinci (1452-1519) qui représentait de façon détaillée les éléments qu’il observait sur des cadavres disséqués, conseillant dans son Traité de la peinture, aux peintres d’étudier l’anatomie du vivant afin d’utiliser ces connaissances dans leurs œuvres.

D’autres anatomistes se sont ensuite penchés sur le sujet afin de cartographier et répertorier les corps des diverses espèces, fussent-elles humaines ou animales. L’écorché, notamment sous la forme de modèle en plâtre, permet d’étudier la disposition et la forme des muscles, des veines, des articulations. Important pour l’enseignement de l’anatomie artistique dans les écoles d’art, l’écorché est aussi un outil pour les étudiants en médecine à qui il permet de mieux comprendre les structures qui produisent la forme du corps humain.
Ce bonhomme, de prime abord sans autre fonction que celles d’être ludique et décorative, constitue donc une approche – même basique – de la représentation de l’anatomie humaine. Tout cela entre les mains d’enfants à l’heure du goûter ou des fêtes.
Grâce à la reconnaissance mondiale dont bénéficie Jason Freeny comme artiste, et à un prix de vente relativement bas (environ 20$), cette figurine rencontre encore aujourd’hui un grand succès.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.