2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche)

Anonyme, Affiche publicitaire annonçant l’ouverture de la Fondation Louis Vuitton – Architecture illustrée : œuvre de Frank Gehry, 2014.

la création est un voyage

[par Agathe ALBI, Licence Cnam Paris]

Cette affiche publicitaire largement diffusée à Paris en 2014 annonçait l’ouverture prochaine de la Fondation Louis Vuitton, une fondation d’entreprise créée en 2006 à l’initiative de Bernard Arnault, président et directeur général du groupe de luxe français LVMH. Son projet officiel : une mission d’intérêt général, une œuvre philanthropique qui offrirait au grand public la possibilité d’avoir accès à des œuvres d’art moderne et contemporain bien au-delà de leur budget, à travers des collections permanentes, des expositions temporaires et diverses manifestations. Son but officiel : promouvoir la création contemporaine et favoriser son dialogue avec le public.
La fondation est officiellement créée en 2006. Elle a la jouissance du terrain d’un hectare pendant 55 ans. Le chantier ouvre deux ans plus tard. En 2011, la charpente métallique de l’iceberg est posée. En 2012, les coques et verrières du bâtiment sont installées. Le 27 octobre 2014 marque un évènement tant mondain que culturel et technologique, l’inauguration de l’écrin philanthropique/commercial du groupe de luxe. Que l’on ne se voile pas la face, la Fondation est avant tout pour Bernard Arnault une image de marque, la matérialisation de ses ambitions et des valeurs de luxe, d’esthétisme, de rareté et de grandeur qu’il défend à travers LVMH. Avec cette publicité monumentale en trois dimensions, le milliardaire s’impose dans le paysage parisien à l’instar de son éternel concurrent, François Pinault, qui l’avait devancé avec le Palazzo Grassi de la Punta della Dogana à Venise. L’outrage est réparé, la fierté retrouvée.
Les œuvres sont abritées dans un unique lieu, un bâtiment qui étonne et détonne dans le sage paysage de l’ouest parisien. Il est l’œuvre d’un architecte star, reconnu dans le monde entier et qui méritait bien d’être associé au projet de Bernard Arnault : Frank Gehry. On doit à ce lauréat du Prix Pritzker le musée Guggenheim de Bilbao, le Weisman Art Museum à Minneapolis ou encore la Cinémathèque française à Paris.
Frank Gehry a imaginé pour la Fondation Vuitton une architecture emblématique du XXIe siècle, audacieuse et qui marque suffisamment les esprits. Toute personne qui se représente la Fondation doit l’identifier avec ce bâtiment symbole. Pour qu’il s’imprègne dans l’inconscient du plus grand nombre, il lui faut être non seulement esthétiquement séduisant, mais également, et surtout, architecturalement innovant. Une marque qui dure est une marque innovante. Louis Vuitton doit donc s’adapter à son temps, mais aussi le devancer.
L’idée de Frank Gehry est de « concevoir à Paris un vaisseau magnifique qui symbolise la vocation culturelle de la France », un bateau flottant au-dessus d’un parterre d’eau, d’une légèreté et d’une transparence absolue. Il s’inspire des architectures de verre du XIXe siècle comme le Cristal Palace de Londres ou les Halles de Baltard à Paris, qui étaient à l’époque des prouesses scientifiques et techniques, permises par l’utilisation de la fonte de fer et de plaques de verre particulièrement grandes. Ces architectures symbolisent le XIXe siècle et la révolution industrielle. Gehry se place dans leur sillage en reprenant l’apparence de légèreté qu’elles produisaient et l’idée d’innovation technique qu’elles représentaient. En effet, l’architecte a inventé un verre courbé au millimètre près pour les 3600 panneaux des douze voiles du bâtiment qui représentent une surface de 13 500 m² et une envergure de trente mètres. Ce verre est associé à une structure de 19 000 panneaux de Ductal® (béton fibré). Le verre, le bois, l’acier et le Ductal® épousent les courbes omniprésentes de l’architecture, ce qui n’a pu être permis que par l’invention de Gehry. Les courbes ont été elles-mêmes minutieusement orientées par rapport aux vents dominants et pour laisser passer la lumière. Chaque plaque de verre a été conçue pour réfléchir ou absorber la lumière. Le Ductal® est un matériau hautement performant qui est particulièrement résistant. Tous les blocs de béton armé d’un blanc immaculé ont été coulés dans un seul moule, mais ont ensuite été cintrés sous vide pour donner à chacun d’eux une forme unique.
Le bâtiment est également écologique. La géothermie et son isolation sont particulièrement performantes. Il récupère l’eau de la ville, celles des nappes phréatiques et l’eau de pluie.
Ces innovations scientifiques et techniques ont été largement diffusées et mises en avant par la campagne marketing de la Fondation Louis Vuitton, qui a joué sur le fantasme qu’elles faisaient naître chez le grand public. Dans l’imaginaire collectif, une fondation d’art contemporain se doit d’être abritée dans un bâtiment résolument novateur. C’est une idée ancrée dans l’inconscient de chacun. Pourtant, tous ont été surpris et ébahis en découvrant le projet de Frank Gehry. Et tel était justement le but de Bernard Arnault, qui espérait ainsi cacher les défauts des collections d’art que le bâtiment devait enfermer. A l’inauguration de la Fondation, les salles étaient loin d’abonder en œuvres, la scénographie n’était (et n’est) toujours pas arrêtée, et la qualité de certaines œuvres pose question. Tout le monde s’arrête devant l’architecture innovante, donc personne ne pense à critiquer les collections d’art. C’est pourquoi toute la communication autour de la Fondation s’est faite sur le bâtiment lui-même. Et ce qui était vrai en 2014 l’est toujours aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.