2014 ♦ Interstellar (film)

Capture d’écran – La planète Miller en orbite autour du trou noir Gargantua dans le film Interstellar

illustration de la relativité temporelle

[par Tristan NOEL, Certificat Cnam Nantes]

Interstellar est un film de Christopher Nolan, sorti en novembre 2014. Cette fresque spatiale de près de 3h s’attaque à de grandes thématiques scientifiques, notamment aux trous noirs et à la relativité du temps. Ce qui va nous intéresser ici est une séquence particulière du long-métrage, qui se déroule sur la planète Miller, du nom d’un astronaute qui avait pour mission d’observer si cette planète était potentiellement habitable. En effet, petit rappel des faits, Interstellar se déroule dans un avenir où il n’est déjà plus question de sauver la Terre, mais bien de se trouver une nouvelle planète d’accueil, sans quoi l’Humanité pourrait disparaître.Une première mission avait été envoyée pour se poser sur plusieurs planètes de la galaxie (ici, le voyage interstellaire est possible) et observer si elles étaient habitables ou non. Des signaux avaient été envoyés depuis quelques-unes de ces planètes, dont la planète Miller, mais les équipes ne sont jamais revenues. Une nouvelle mission est donc mise en place pour aller vérifier les faits, et une de ses étapes : la planète Miller. Et c’est ici que les sciences ont une place toute particulière. En premier lieu, cette planète est en fait un océan peu profond, à perte d’horizon, et a une gravité de 130% celle de la Terre. Elle est de plus en orbite autour d’un trou noir, du doux nom de Gargantua. Elle est ainsi soumise à une forte attraction, entraînant inévitablement des marées monstrueuses. Et enfin, et c’est là le cœur du sujet, sa plus grande particularité est que le temps passé sur planète en question est foncièrement différent du temps passé sur Terre, ou dans l’espace, la relativité temporelle est telle qu’une heure passée sur la planète équivaut à sept années terrestres. Ainsi, les personnages sont confrontés à un grand défi : récupérer les données de l’astronaute Miller en moins de temps possible, sachant que leurs déplacements sont « alourdis » par cette gravité de 12,75 g. C’est ici que le film tient une de ses meilleures séquences car, au-delà du simple défi des personnages, c’est aussi le défi de l’Humanité qui est en jeu. Et la relativité du temps y joue un rôle majeur, d’autant plus que sa démonstration clarifie son seul concept. Quoi de plus illustratif qu’un exemple aussi frappant que celui d’un rapport de 1h pour 7 ans ? Finalement, nos personnages ne s’attarderont que 3,4 heures sur la planète, et ce seront 23 années qui auront passé sur Terre, pour leur entourage, leur collègue astronaute resté en orbite, leurs enfants… etc. Cette illustration de la relativité a cette particularité d’être ici d’une grande clarté. La thématique n’est pas nouvelle (La Planète des Singes de 1968 reposait aussi sur cette notion), mais elle offre ici la possibilité d’observer les deux dimensions, à savoir celle terrestre, notamment au travers du personnage de Murph, et celle de nos protagonistes, dont le père de Murph.
Autre élément marquant de cette séquence, c’est sa musique. En effet, le titre « Mountains » (référence aux immenses vagues de cet océan sans fin, que les personnages prennent d’abord pour des montagnes) repose sur un élément sonore, discret mais pilier de cet aspect chronophage prégnant à la scène. Elle inclut en effet un petit click, sorte de cliquetis de montre, rappelant sans cesse que le temps est le plus grand personnage de la scène, et que rien ne pourra se faire sans lui. Ce cliquetis s’enclenche lorsqu’un personnage rappelle : « Go ! Go ! Sept ans par heure ici ! ».
Faire de la relativité temporelle un élément sonore, musical, est une belle prouesse, qui nous montre qu’Interstellar réussit ici à faire du Temps un personnage à part entière, grand ennemi de nos protagonistes, un genre nouveau de méchant pour Hollywood. Au-delà, il réussit à faire de la complexité de la relativité temporelle un élément majeur de l’intrigue, sans pour autant que le spectateur n’ait à s’arracher les cheveux : une science plutôt complexe et le divertissement peuvent donc cohabiter ? C’est une des belles leçons de ce film, que de nous montrer qu’une réalité complexe peut captiver le spectateur et qu’il peut prendre plaisir à voir la science comme un personnage, clarifiée par les protagonistes, évidemment synthétisée, mais jamais simpliste. L’autre leçon de ce film, est d’avoir ouvert le regard des scientifiques sur les trous noirs. La rencontre entre l’imaginaire d’un réalisateur et les zones d’ombre scientifiques peut permettre cette ouverture d’esprit, cet élargissement du regard purement scientifique. Science et Art, le début d’une nouvelle amitié ? Car la science est depuis toujours présente au cinéma, particulièrement dans le cinéma de Science-Fiction, mais ce travail collaboratif science/cinéma est une chose assez neuve, qui laisse espérer une science plus compréhensible au sein de la création, sans qu’elle soit simples paillettes pour faire croire au spectateur qu’il est devant quelque chose de scientifique. Suite à Interstellar, Seul sur Mars, de Ridley Scott semble avoir fait quelque chose d’équivalent, en travaillant avec la NASA pour que son film reste le plus vraisemblable possible. Le début d’une nouvelle ère ? Possible, mais on continuera toutefois à prendre du plaisir devant les grands space opera que sont Star Wars et consorts !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search