2015 ♦ Paris Match (couverture)

Couverture du magazine Paris Match, n° 3463, octobre 2015.

peut-on agir pour nos enfants ?

[par Béatrice PARISI, Certificat CNAM Paris]

La couverture de ce numéro 3463 de Paris Match présente une photographie de la famille princière à l’aquarium du Musée Océanographique de Monaco. L’accroche annonce : avant la conférence sur le climat, l’appel de la terre du Prince Albert « Il faut agir pour nos enfants »

Le magazine – Paris Match est un magazine français du groupe de presse Hachette Filipacchi Médias, lui-même filiale de Lagardère Active. C’est un hebdomadaire d’actualités et d’images destiné au grand public. Son prix est abordable. Sa diffusion est large. La version papier est aujourd’hui complétée par la version internet. Ce magazine met aussi à disposition de tous les passants ses couvertures sous forme d’affiches de grande taille chez les marchands de journaux. Son impact va donc bien au-delà du lectorat habituel.

Le contexte – Nous sommes début octobre 2015, notre pays se prépare à la COP21, la conférence de Paris pour le climat, se déroulant du 30 novembre au 12 décembre 2015. Tout le monde a son avis sur les enjeux de cette conférence. Ainsi de nombreux articles et dossiers fleurissent dans la presse écrite, entre autres. Leurs sujets sont diversifiés. Certains alertent et sensibilisent aux changements climatiques. D’autres expliquent leurs conséquences sur l’environnement et sur l’économie mondiale. Les derniers s’attardent sur les tenants et les aboutissants de cette conférence internationale regroupant 196 participants (195 pays et l’Union européenne) lesquels doivent s’engager à court, moyen et long terme en vue d’améliorer la situation climatique globale. Les effets néfastes des activités humaines sur la planète pourraient ainsi être limités.

Parmi les engagements : réduction des émissions de gaz à effet de serre pour stabiliser le ‘réchauffement climatique’ en dessous de 2°C d’ici à 2100 (par rapport à la température de l’ère préindustrielle). Réalisation par une dizaine de pays, dont la France, de prêts et dons d’un montant de 10 milliards de dollars de financements publics d’ici 2020 à l’Union africaine sur les énergies renouvelables… L’idée n’est pas ici de reprendre tous les engagements, mais de mettre en évidence que cet événement est intimement lié à des questions environnementales, mais aussi socio-économiques et géopolitiques.

Le focus – Cette couverture annonce le sixième volet de la série ‘L’Appel de la Terre’ dédié à l’océan (sic). Le dossier traite de l’état des lieux alarmant des impacts de l’activité humaine sur les océans. Sont présentés des chiffres dénonçant la pollution, la disparition de nombreuses espèces, les effets de la surpêche. L’accent est mis sur l’appel de SAS le Prince Albert II de Monaco qui apparaît avec sa famille sur la présente couverture. Cette photographie fait partie d’un reportage réalisé par le photographe Alvaro Canovas dans l’aquarium du Musée océanographique de Monaco inauguré en 1910 par le trisaïeul du prince régnant, le Prince Albert 1er, décrit comme un défenseur de la nature avant l’heure. Aujourd’hui quinquagénaire et père d’enfants en bas âge, Albert II est publiquement engagé dans la protection de l’environnement et de l’humanité. Il se place ainsi en position de guide qui compte signer les engagements de la COP21.

Le photographe – Alvaro Canovas est un photographe indépendant qui collabore avec Paris Match depuis 1989. Polyvalent, son travail comprend des portraits de célébrités, mais est, depuis septembre 2011, beaucoup plus axé sur les conflits au Moyen Orient et en Afrique ainsi que les questions environnementales. Dans le contexte de ce numéro de Paris Match, le photographe signe une série de clichés destinés à sensibiliser le lecteur grâce à une famille somme toute populaire. D’autant plus que le magazine tient ses lecteurs à jour sur les moindres faits et gestes des familles royales et princières du monde sur son « Royal-Blog » avec une page spécialement dédiée au « Rocher ».
La mise en scène de la photo de couverture – Habile et touchante, la mise en scène est soignée et porteuse d’un message clair : le Prince Albert et la Princesse Charlène portent leurs jumeaux qui représentent l’avenir. Ils sont debout, face à l’un des plus grands bassins de l’aquarium du Musée océanographique de Monaco, probablement le lagon aux requins, symboles des espèces protégées.
La Princesse Charlène regarde, intentionnellement émerveillée, la vie marine représentée par la diversité des espèces, dans ce grand bassin, véritable prouesse technologique. Dans ses bras, sa fille Gabriella, regarde aussi en direction de l’aquarium. Le Prince Albert porte son fils, Jacques, qu’il regarde, l’air concerné. L’enfant semble, lui, intrigué par le photographe.
Le message – Le photographe respecte ici les devises du magazine : d’une part la devise de Paris Match entre 1949 et 2008 « Le poids des mots, le choc des photos » ; d’autre part la nouvelle devise adoptée par ce magazine depuis 2008 : « La vie est une histoire vraie ». La photographie porte donc un message fort, l’image d’une famille unie qui s’émerveille devant la beauté des habitants de l’océan représentés dans cet aquarium historique. De plus, l’accroche respecte la devise invoquant le poids des mots. En effet, en digne héritier de son trisaïeul, le Prince régnant Albert II se place ici en défenseur des océans et de la vie marine en invoquant l’avenir de ‘nos enfants’.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.