2013 ■ Real Humans (série TV)

En haut : Série de visuels produits par l’agence BDDP & fils pour Arte et diffusée dans l’espace public par voie d’affiches publicitaires et d’encarts dans la presse en mars 2013.   En bas : Image extraite de la première séquence suivant immédiatement le générique de début du premier épisode diffusé le 4 avril sur Arte à 20h50.

Humain, es-tu (encore) là ?

(par Michel LETTE, Cnam Paris, février 2014)

Arte, chaîne de télévision franco-allemande de service public à vocation culturelle, lance en mars 2013 une campagne de publicité sans précédent afin de promouvoir une série de science-fiction. Sans doute trop populaire et peut être pas assez intellectuel, ce type de production n’est en effet que rarement proposé aux téléspectateurs cultivés de la classe moyenne française. Avec Real Humans (100% humains), une réalisation du suédois Lars Lundstrüm, la chaîne tente pourtant le pari d’intéresser son public à la question tout à fait sérieuse du rôle des technosciences dans le devenir de nos sociétés hypermodernes. Cette invitation commence par la mise en exergue sur ses affiches de cette passionnante mais parfois angoissante question : Qu’avons-nous encore fabriqué ? Ce « encore » évoquant l’idée d’un « n’importe quoi », un tantinet culpabilisant aussi, renvoie à l’équivoque des technosciences tout au long de cette première saison dans la série.

De quoi s’agit-il ? La première affiche du haut ne donne pas vraiment d’indication. On y voit l’actrice Lisette Pagler, enveloppée dans une beauté plastique conforme aux canons esthétiques de la poupée asiatique. L’énigmatique titre « 100% humains » peut conforter le passant dans sa banale conviction de ne voir qu’un personnage de fiction, ou l’inviter au contraire à considérer plus avant cette figure à l’aspect de porcelaine. Le visuel suivant lèverait sans doute l’ambigüité s’il devait y en avoir une. Alexander Stocks y campe le personnage d’Odi que l’on perçoit tout de suite comme irréel. Tout indique clairement son statut plus proche du mannequin de vitrine que de l’humain. La texture des cheveux, celle de sa peau, la nature du regard comme son sourire, la perfection de sa dentition que l’on devine faite de céramique ou d’une matière proche, tout révèle l’artifice. La dernière affiche dévoile explicitement ce dont il est question. On y découvre une connexion de type USB inséré dans le bas de la nuque d’une personne toute aussi figée que les autres. Là réside la clé du mystère de ces personnages tout aussi fascinants que troublants. Ces personnes sont des choses. On devine qu’elles sont des androïdes, et plus exactement des « hubots », trouvaille des auteurs de cette série pour signifier la contraction des mots « humain » et « robot ».

Sur le visuel du bas, un plan serré sur une autre nuque tout aussi énigmatique le confirme : la fiction proposée par Arte met en scène l’existence dans notre société contemporaine de robots humanoïdes, un monde en tout point identique au notre si ce n’est la présence de ces créatures mystérieuses. L’image est extraite d’un spot publicitaire vu sur un écran de télévision, vantant le Hubot du fabricant Miyakki. Dans une lumière blanche et commerciale apparaît une jolie et jeune femme angélique préparant, puis livrant un petit-déjeuner, les yeux dans le vide, arborant un visage sans véritable expression. Elle pousse une porte. Dans la chambre à coucher, paisiblement installé dans son lit, un homme détourne le regard de son journal pour accueillir avec un sourire l’entrée de la femme au plateau. Le visage souriant de l’homme disparait vite derrière celui d’une autre femme présente dans le lit à ses côtés, et visiblement toute aussi satisfaite de la situation. Enfin, les deux humains disparaissent à leur tour derrière le plan formé par la nuque et la mise au point de la caméra sur le branchement USB. La voix off précise que la domestique de maison est en fait un HubMax PHD, dont le spot publicitaire vante le principal avantage : il se charge de toutes les tâches quotidiennes et vous laisse vous concentrer sur l’essentiel.

Dans ce premier épisode de la série, la publicité est diffusée sur l’écran de télévision d’une famille aux allures de catalogue IKEA. Elle se termine par une question adressée tout autant au téléspectateur qu’à nous mêmes : Êtes-vous prêts à changer votre vie ?, … question contenant en creux l’affirmation que cela est possible grâce aux progrès extraordinaires désormais permis par la plus haute technologie, et que l’on devine parfaite à la vue de ce gynoïde.

Cette mise en abyme cinématographique projette le téléspectateur dans un univers en tout point semblable au notre, tant par l’organisation sociale et politique que par les objets qui le peuplent. Car le monde de Real Humans est des plus réalistes. Il n’est en rien saturé de dispositifs magiques ou farfelus, surpuissants ou destructeurs, où le délire disputerait au fantasme diffus d’une maîtrise totale de la matière, des corps et des esprits. La société décrite est strictement identique à la nôtre, de la cafetière aux automobiles, du téléphone portable aux fonctions qu’occupent les citoyens dans une démocratie libérale conforme à celle que nous vivons en 2013, … excepté ce hubot dans lequel le génie humain semble avoir concentré tout ce que les technosciences autoriseraient de réalisation la plus sophistiquée. Au travers de cette mise à l’écran de l’omniprésence des hubots dans une société où toutes choses sont égales par ailleurs, le spectateur est en quelque sorte projeté dans une expérience de pensée dans laquelle il doit sans cesse redéfinir les frontières entre le naturel et l’artificiel, entre l’humain et la machine, et même penser la question de l’emprise des technosciences sur ses émotions et sentiments, ou encore imaginer, comme pourrait le suggérer l’image de ce spot publicitaire, de devoir s’effacer derrière la machine.

En savoir plus …

Le point de vue de Gérard Dubey, sociologue à Télécom Ecole de Management (vidéo de 6min41 sur You Tube) : https://www.youtube.com/watch?v=fIpIi7_Xfd8

Damour Franck, «Trouble dans l’humain … », Études, 2013/9 Tome 419, p. 247-248.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.