2010 ■ Fritz Haber (bande-dessinée)

David VERMEULEN (2010) Fritz Haber. 3. Un vautour, c’est déjà presque un aigle, Tournai, Guy Delcourt, [image de la couverture]
David VANDERMEULEN (2010) Fritz Haber. 3. Un vautour, c’est déjà presque un aigle, Tournai, Guy Delcourt, [image de la couverture]
L’ambivalence de la science sur le champ de bataille

(fiche proposée par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Près d’un siècle s’est écoulé entre les faits et le récit qu’en propose cette bande-dessinée aussi saisissante que l’histoire qu’elle raconte. David Vandermeulen, auteur et scénariste issu de la culture underground en Belgique, ose aborder de front l’un des thèmes les plus ambigu de la culture scientifique et technique : la guerre, et avec elle la capacité de destruction et de violence que les savants permettent de déployer sur le terrain. Dans une œuvre au graphisme et au style fantomatique, il rend compte d’un épisode peu glorieux d’une figure de génie, celle de Fritz Haber (1868-1934). Entre janvier et septembre 1915, ce brillant chimiste est en effet l’un des principaux acteurs de la production des gaz de combat et l’instigateur de leur mise au point sur le champ de bataille.

Fritz Haber a eu le triste privilège de commander l’opération militaire du 22 avril 1915 engagée à Langemark sur le front belge. C’est ce que montre la couverture de cette bande-dessinée où l’on voit le geste de militaires qui ouvrent, sous le regard déterminé du chimiste, des bonbonnes de chlore, gaz mortel s’il en est. Le spectacle de ces nuées dérivantes se solde par d’innommables souffrances, une agonie pour les victimes prises par surprise et au piège. Aucun être vivant n’avait pu ce jour funeste échapper au voile verdâtre et pesant d’une mort que l’on sentait et voyait venir de loin. L’utilisation des gaz étaient pourtant proscrite, moralement et par les textes internationaux. La nouvelle suscite immédiatement la panique, la vive protestation des chancelleries, mais ouvre aussi une brèche pour la recherche sans plus de scrupules visant la mise au point de substances vouées à la destruction massive, dont le sulfure d’éthyle dichloré, plus connu sous le nom de gaz moutarde.

Fritz Haber est assurément l’une des figures les plus ambiguës de l’histoire des sciences. Savant génial pour les uns, il est un criminel de guerre pour les autres. Allemand à la judaïté tourmentée, victime de l’antisémitisme qui sévit depuis la fin du 19e siècle, il a été un patriote dont les investissements sans limites auront contribué plus tard à consolider le IIIe Reich. Savant exalté par la puissance de la chimie, il est condamné à la fin de la guerre pour son rôle dans la fabrication et l’usage des gaz de combat, avant d’être désigné en 1918 par le comité Nobel comme bienfaiteur de l’humanité pour avoir mis au point la synthèse et la fabrication industrielle de l’ammoniaque, indispensable tant à la fabrication des engrais qu’aux explosifs.

Victime ou coupable ? La question reste une trame des travaux que lui consacrent les historiens. Deux moments rythment l’historiographie. Une première phase résonne dans les années 1970 avec une écriture traumatique, sur le mode de la culpabilité et de la responsabilité, de l’histoire allemande des origines de la guerre et du nazisme. La deuxième, plus apaisée, est celle du retour vers une histoire décomplexée de la société allemande. La reprise des études sur le régime nazi a ensuite donné lieu à de nombreux travaux sur les intrications complexes entre l’institution scientifique et l’organisation politique et sociale du Reich. Le regain d’intérêt biographique pour Fritz Haber traduit ce renouvellement du regard sur la science et les techniques en société.

Plus proche des angoisses du présent, la proposition de David Vandermeulen peut être rapprochée de l’intérêt que suscitent plus récemment encore les armes de destruction massive, et notamment chimiques. Le bioterrorisme, la menace d’un retour de la bombe dite du pauvre ont réactivé les études d’histoire sur la guerre chimique. Fritz Haber en est une figure imposée, et la bande dessinée un support original pour un regard populaire sur le thème de la science en guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.