1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte

Science(s) en action

(par Diane Masclary, 2014)

MASCLARY_diane Extrait 1937 Palais de la decouverte
Extrait d’un article paru le 17 juillet 1937 dans le quotidien « l’Humanité » , organe central du Parti Communiste

Le titre initial de cet article du quotidien « l’Humanité » paru le 17 juillet 1937 invite à la balade. « Visitons le palais de la découverte » écrit G. Vigué. L’originalité réside dans la qualité de cet auteur ; il n’est pas journaliste mais agrégé de l’université et c’est hors de son amphithéâtre et de son parterre d’étudiants captifs, qu’il s’adresse au grand public, ciblant à travers l’organe quotidien du Parti Communiste les classes populaires et ouvrières. En 1937, l’Humanité comptabilise un tirage de 300 000 exemplaires. G. Vigué y endosse le rôle de passeur de savoir, à l’instar du médiateur d’aujourd’hui. Le fait est nouveau ; Les chercheurs, les scientifiques étaient jusque-là enfermés dans leur laboratoire, leur « tour d’ivoire », ne s’adressant qu’à des publics avertis. Mais l’environnement a changé. La période est marquée en France par de profonds bouleversements politiques et sociaux. Après les ravages de la grande guerre, les intellectuels du monde entier se mobilisent pour la paix et tentent de faire partager des valeurs fondées sur un esprit de raison. Universitaires et chercheurs affirment la nécessité d’organiser et professionnaliser la recherche scientifique. Ils veulent aussi montrer qu’il est possible de mettre la science à la portée de tous car c’est un moyen avec la culture de lutter « contre l’aliénation de l’homme. » Ils revendiquent également pour la science une place au sein du gouvernement.

La science à portée de tous

Ce sera chose faite avec Jean Perrin, agrégé de physique, prix Nobel le 12 décembre 1926 et nommé sous-secrétaire d’État à la recherche scientifique dans le gouvernement de Léon Blum en octobre 1936. Jean Perrin a un rôle primordial dans l’organisation de la recherche française : fondateur de l’observatoire de Haute Provence, il est à l’origine de la création du CNRS (centre national de la recherche scientifique) en 1939 et porte sur les fonts baptismaux le palais de la découverte.

Reprenant un avant-projet d’un musée scientifique proposé par André Léveillé, vice-président de la Confédération des Travailleurs Intellectuels en 1932, il propose d’organiser une exposition temporaire scientifique du 25 mai au 25 novembre 1937 intitulée « le palais de la découverte ». Celle-ci, inaugurée le 24 mai 1937 s’intégrera dans l’exposition internationale de 1937 placée sous le thème des arts et technique dans la vie moderne.

Animé par la volonté de montrer une science en train de se faire, Jean Perrin crée un lieu d’exposition vivant, illustré par toutes les disciplines scientifiques et dont l’ambition est de susciter des vocations auprès du jeune public. Il souhaite favoriser la popularisation de la science par les expériences effectuées devant le public ou par les visiteurs eux-mêmes. De mai à novembre 1937, l’exposition accueillera 2 225 000 visiteurs, un succès qui va pérenniser le palais de la découverte conçu à l’origine pour durer le temps de l’exposition internationale.

Des citoyens acteurs

 En 1937, six disciplines structurent l’espace : les mathématiques, la physique, la chimie, la biologie, la médecine, et l’astronomie. Pour les évoquer, le laboratoire en activité est le modèle de référence. « Explications et démonstrations par les conférenciers, conférences nombreuses, stands avec tableaux de renseignements et explications phonographiques parfois, possibilité pour le public d’être actif en faisant fonctionner certains appareils en appuyant simplement sur des boutons. » précise G. Vigué.

Aujourd’hui, les mêmes départements structurent l’espace : physique, chimie, sciences de la vie, géosciences, astronomie, et mathématiques, les mêmes clés d’entrée sont utilisées : la démonstration, la manipulation, la présentation. Chaque jour plus de 60 animations sont proposées au public : exposés, ateliers, séances du planétarium et conférences.

Les nouvelles technologiques y ont fait leur entrée, les scientifiques en blouse blanche ont laissé la place aux médiateurs, véritables interfaces entre le public et le savoir, véritables passeurs de connaissances et de passions et qui sont sans nul doute les bébés éprouvette du palais de la découverte. Aujourd’hui, en effet, ce métier est reconnu, et inscrit dans le statut de la fonction publique.

Mais quelles différences entre le palais de 1937 et celui d’aujourd’hui ? la mission est restée identique : participer à la formation culturelle de toutes les catégories de la population dans le domaine des sciences et de leurs applications, familiariser l’ensemble du public avec les résultats et les méthodes de la recherche fondamentale, éveiller sa curiosité intellectuelle et susciter des vocations en faveur de la science, présenter les expériences qui sont à l’origine de ces recherches ou qui marquent leur aboutissement.

Des vocations suscitées

56 % des scientifiques de plus de 30 ans et 41 % de moins de 30 ans indiquent selon un sondage réalisé en 2007 que le Palais de la Découverte a joué un rôle dans leur vocation scientifique. 600 000 visiteurs viennent chaque année au Palais.

Mais quelle place aura demain le palais de la découverte ? Aura-t-il toujours sa légitimité et son utilité ? Son ministère de tutelle et sa direction ont entamé depuis plusieurs années une réorganisation des lieux, le palais de la découverte est aujourd’hui mutualisé avec la cité des sciences, afin de faire des économies d’échelle. Des travaux de rénovation sont prévus en 2018. Et la question est posée.

Comment s’effectuera la médiation scientifique en 2018 ? Les médiateurs rencontrés sont perplexes : la science se complexifie, les moyens de communication via le net se développent et les démonstrations vont être vite limitées. « Comment montrer l’ADN ? interroge ce médiateur. Comment être plus performant que le net ? À travers ce défi, c’est un autre que les médiateurs devront relever : devenir indispensables et immuables.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.