2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain

La Rencontre des époques : Le Triomphe de la République reproduit sur le Parvis de l’Hôtel de Ville

Cliché pris la nuit du 6 octobre, Parvis de l’Hôtel de Ville, IVe arrondissement de Paris

Reproduction de la statue de Jules Dalou “Le Triomphe de la République” par Ugo Schiavi

Paris et ses statues, Paris et ses monuments, Paris et son Histoire, celle des français et celle de la France… Dur de passer son chemin sans tendre l’œil et admirer, cet art qui domine l’Espace public. Si bien qu’il s’y fond. Encore plus dur pour un artiste qui doit se contenter de contempler, à la limite esquisser la reproduction des œuvres parisiennes sur un bout de papier ou de tissu, à chacun sa méthode ! Mais celle qui définit notre artiste Ugo Schiavi est des plus saisissantes et des moins conformistes. Je cite « le collage anachronique » comme l’artiste aime à le dire.

Ugo n’a qu’une idée en tête, faire rencontrer les époques et les
figer dans un même espace. Notre artiste part la nuit en vadrouille en quête de statues ou monuments qui feront son modèle. Les piller ? Loin s’en faut, si la loi limite ses champs d’actions, il trouve les bonnes alternatives dans son esprit créatif. Ainsi, passe-t- il la nuit à mouler les sculptures de Paris avec du plâtre, attend gentiment et discrètement que celui-ci sèche pour le reprendre et l’emmener à son atelier pour en faire la base d’une reproduction… inédite. A travers ces morceaux de plâtres, le jeune Ugo s’amuse à les effriter en des fragments petits et grands, tantôt il ressort une tête, tantôt il fait couper une jambe. Et voilà qu’on l’interpelle, non pas la préfecture de police, mais plutôt le directeur artistique de la Nuit Blanche 2018 pour réaliser une série de sculptures sur le parvis de l’Hôtel de ville au 4 e arrondissement, pour la nuit du 6 octobre 2018. C’est là où je la vois, de mes propres yeux, la statue de la Place de la Nation : le Triomphe
de la République. Majestueuse reproduction anachronique de l’œuvre en bronze de Jules Dalou. Cette œuvre colossale qui avait orné la Place de la Nation pour fêter le centenaire de la révolution française a servi de base à Ugo pour donner place à une nouvelle archéologie, impossible à dater puisque sur la sculpture qui a abandonné quelques unes de ses parties, sont greffés des éléments contemporains qui rappellent les modèles de notre époque.

Des modèles véridiques puisque plâtrés sur des êtres humains en chair et
en os. La reproduction du Triomphe de la République est accompagnée d’une série d’autres installations à qui on choisira comme désignation « Soulèvements ». Et l’artiste d’expliquer : « Au delà de la dimension purement plastique, il s’agissait de parler de ces mouvements de contestations, ces soulèvements populaires. Le peuple va s’emparer lors
de ces mouvements des monuments et des statues. »
Ainsi, Ugo réalise l’impensable à notre époque, il s’empare à l’image des
révolutionnaires, des statues de l’Espace Public de Paris (et pas des moindres mais des plus éloquentes en l’occurrence La Place de la Nation), pour mélanger deux histoires qui émanent de deux époques afin d’en créer une nouvelle.
Ainsi à travers son rapport avec la sculpture et les sciences de l’archéologie, Ugo arrive à faire raviver au présent une science qui n’interpelle dans nos esprits que le passé. Il crée une archéologie d’avenir tout en préservant le poids du passé.

Rédaction et photo de Kawtar Mawas



1 réflexion sur « 2018 ◊ Nuit Blanche : Expression des Sciences de l’archéologie par l’art contemporain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.