2014 ■ Black mirror

black-mirror
Image utilisée par France 4 pour promouvoir par voie d’affiche publicitaire le lancement de la série début mai 2014

 Après Real Humans l’année dernière, une nouvelle série venue de l’étranger (de l’Angleterre en l’occurrence)  invite  depuis le 1er mai à la réflexion sur les évolutions dans lesquelles s’engagent nos sociétés portées par la techno-industrie scientifique : ici les technologies de l’hyper-connectivité et de la réalité virtuelle, des communications et tout ce qu’elles génèrent de transformations de nos rapports entre humains.

Des épisodes sans liens narratifs scénarisent – de façon hyper-réaliste ou à la limite de l’absurde – la question de la nature de nos rapports aux écrans, et plus exactement la question du modèle économique, politique et d’organisation sociale que chacun fantasme, imagine ou déjà là derrière nos écrans. Dans Black mirror, l’écran est noir. C’est celui de nos ordinateurs, tablettes et smartphones quand ils sont encore éteints, dans lequel se reflètent nos visages réels et sombres. L’image estompée de nous même renvoie-t-il au vide avant de nous plonger dans l’infinité du cyberespace, des réseaux ou de l’univers virtuel de nos jeux ? Black Mirror est un support de diffusion massive et populaire des questionnements de nous-mêmes en lien avec ceux des technsociences en société. Un énorme matériau en somme d’interprétations et d’analyses à exploiter pour penser et pratiquer la médiation culturelle des sciences et techniques.

plus de détails sur la série diffusée sur France 4 : ici


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search