1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal)

Illustration
Appareil construit par M. Léon Foucault au Panthéon, pour la démonstration du mouvement de rotation de la Terre
Gravure publiée par L’Illustration le 5 avril 1851

Léon Foucault invite les Parisiens à venir voir tourner la Terre

(par Lise ESCANDE, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Toulouse, juin 2014)

L’expérience qui attire en ce moment sous la coupole du Panthéon l’affluence des curieux a fourni dans presque tous nos journaux la matière d’explications plus ou moins claires et à la portée de toutes les intelligences. Nous aurions eu à choisir dans cette foule d’articles ou à essayer nous-même une explication. Le savant auteur de la démonstration expérimentale du mouvement de rotation de la terre nous a épargné la tâche difficile et même l’embarras de choix entre tous les illustrateurs de son expérience. Nous lui empruntons une grande partie de l’article qu’il a publié dans le Journal des Débats du 31 mars. Nous n’en avons retranché que ce qui ne concourait pas directement à l’explication, en y ajoutant des figures qui rendront la chose encore plus sensible :

« La notion du mouvement de rotation de la terre, dit M. Foucault, est aujourd’hui tellement répandue, elle a si victorieusement passé du domaine de la science dans celui des idées vulgaires, qu’il pourra sembler superflu de chercher à en donner une preuve nouvelle. Cependant, si l’on considère que les principaux arguments à l’appui de ce mouvement sont tirés de l’observation des phénomènes célestes, on accordera peut-être encore quelque attention au résultat d’une expérience qui permet de conclure à la rotation de la terre par l’inspection d’un phénomène produit à domicile et sans jeter un coup d’œil sur le ciel. De même que, en pleine mer, à perte de vue du rivage, le pilote, les yeux fixés sur le compas, prend connaissance des changements de direction accidentellement imprimés au navire, de même l’habitant de la terre peut se créer, au moyen du pendule, une sorte de boussole arbitrairement orientée dans l’espace absolu, et dont le mouvement apparent lui révèle le mouvement réel du globe qui le supporte. Quand l’aiguille aimantée, qui ne cesse de viser vers le Nord, a l’air de tourner dans un sens ou dans l’autre, on en conclut que c’est le navire qui vire de bord en sens opposé. En voyant tout à l’heure le plan d’oscillation d’un pendule libre dévier constamment dans un sens déterminé, nous conclurons également, en présence de ce plan qui ne doit pas tourner, que c’est nous qui tournons en sens contraire. Sur ce point donc, nous serons encore une fois obligés de redresser par le raisonnement le témoignage de nos sens. En mettant le pendule en branle, nous commencerons par établir en nous fondant sur une propriété essentielle de la matière, sur l’inertie, que le plan déterminé par les oscillations ne peut tourner autour de la verticale ; et si, contrairement aux lois de la mécanique les plus absolues, ce plan nous semble s’animer d’un mouvement de rotation conforme à celui de la sphère céleste, nous lutterons contre l’apparence, et nous nous appliquerons à nous-mêmes, au sol, aux objets environnants, ce mouvement en sens contraire. » (transcription)

Le pendule de Foucault au Panthéon : l’expression d’un génie des sciences populaires

« Venez voir tourner la Terre, venez la voir jeudi au Panthéon ! » C’est en ces termes que Léon Foucault, homme de science membre de l’Institut, invitait les Parisiens en 1851 à assister à la première expérience démontrant de manière directe, par l’observation des oscillations d’un pendule, la rotation de la Terre sur elle-même.

En relayant l’événement et en incitant ses lecteurs à aller assister à cette expérience publique, L’Illustration, premier hebdomadaire illustré en langue française, participe à faire de cet événement un véritable succès populaire. Malgré de fortes intempéries et une épidémie de grippe, la foule se précipite pour aller voir le pendule au Panthéon ! L’entrée étant libre, tout parisien curieux, sans condition de ressources, peut assister à cette expérience grandiose. C’est ainsi que l’auteur met en scène, sur la gravure, un public très diversifié : notables, savants et philosophes côtoient les gens du peuple. Cette mixité sociale est le signe du caractère populaire de cette démonstration.

En arrière-plan et surplombant la scène apparait la statue de l’Immortalité, créée en 1835 par Cortot. Aujourd’hui enlevée, elle se trouvait en fait dans l’abside, quarante mètres derrière le pendule. L’auteur de la gravure en a volontairement exagéré la taille et la proximité, comme pour légitimer cette victoire du rationalisme sur la foi et assurer l’immortalité des idées défendues et démontrées ici par Foucault.

Reflet de la vie quotidienne du XIXème siècle, L’Illustration occupe une place unique dans l’histoire de la presse mondiale. Voix de la France à l’International, L’Illustration, dit « Journal Universel« , est un porte étendard incontournable de la culture et du génie français, au-delà de nos frontières. Sa vision optimiste du monde est celle d’un développement des sciences et des techniques engendrant le progrès général de la société. A l’époque, paraître dans ce journal est pour tous une consécration.

Le 31 mars 1851, premier jour de présentation au grand public de son expérience au Panthéon, Foucault publie un large communiqué dans le Journal des Débats pour lequel il est chroniqueur. C’est ce contenu que reprend en partie L’Illustration dans son édition du 5 avril 1851, le journaliste qualifiant Foucault de vulgarisateur compétent, comme en atteste la deuxième phrase de cet article. Ce numéro sera tiré en 35 000 exemplaires, ce qui représente pour l’époque un véritable succès, et témoigne de l’attrait des publics pour la science et ses démonstrations monumentales.

Retour sur une des expériences les plus célèbres de l’histoire des sciences… Foucault part du principe que le plan d’oscillation d’un pendule est invariable dans l’espace et ne dépend pas d’une rotation du support du pendule. Dans ces conditions, si l’on abandonne le pendule à l’action de la pesanteur sans ne lui communiquer aucune impulsion, il oscillera dans un plan invariable. Grâce à l’autorité de Louis Bonaparte, futur Napoléon III, et à son goût pour les sciences, Foucault suspend un pendule de 67 mètres de longueur sous la coupole du Panthéon à Paris. A ce fil d’acier est fixée une boule de laiton de 28 kg. Une boule de cette masse n’est pas sans danger. Aussi, pour en protéger le public et pour empêcher les spectateurs d’interférer avec son mouvement, une balustrade avait été placée tout autour du dispositif. L’artiste a exagéré la taille de la boule, son diamètre réel n’étant que de dix-sept centimètres, faisant d’elle l’objet central de l’attention du lecteur. Sous le pendule se trouve un cercle gradué surmonté de monticules de sable où le pendule vient laisser sa trace à chaque aller-retour. Si le pendule, fixe dans le référentiel lié aux étoiles, change d’orientation selon le référentiel terrestre, c’est bien le Panthéon et donc la Terre qui a tourné. Et c’est bien ce qui fut observé ce 31 mars 1851…

Le bûcher de Giordano Bruno et le procès de Galilée ont posé les termes d’un conflit qui est loin d’être clos en février 1851. Dans une société agitée par des tensions entre républicanisme anticlérical et catholicisme, le génie de Foucault est de donner à voir, par l’oscillation d’un pendule, 218 ans après l’abjuration exigée par l’Inquisition, ce que Galilée avançait dans ses Dialogues sur les systèmes du monde. Grâce à son intelligence observatrice, Foucault produit une preuve « interne », observable sur Terre, de ce mouvement de rotation terrestre, preuve qui ne pouvait jusque-là être construite que par l’observation des étoiles.

Le coup d’état du Prince-président, en décembre 1851, va rendre le Panthéon au culte catholique et arrêter malheureusement là la belle expérience de physique. En 1995, cette expérience sera remontée par Jacques Foiret, ingénieur des Arts et Métiers, dans ce même Panthéon.

La forte médiatisation de l’expérience de Foucault permettra sa large diffusion internationale. Dès le 9 avril, un pendule oscillera à la Russel Institution de Great Coram Street à Londres. Quelques mois plus tard, des pendules seront installés à Reims, New York, Rome, Bristol, Dublin, Ceylan et Rio de Janeiro… Le pendule de Foucault fera sensation à l’Exposition Universelle de Paris en 1855 et déchaînera aussitôt un torrent de littérature scientifique. Mort en 1868, Léon Foucault reste, pour un grand nombre de personnes à travers le monde, l’auteur de l’expérience de science populaire la plus universellement connue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.